Accueil » Un Dornier Do X à nouveau près du lac de Constance

Un Dornier Do X à nouveau près du lac de Constance

Le cercle des amis et sympathisants du Do X s'est donné un défi digne d'Hercule et de ses 12 travaux. Une réplique, non volante, du gigantesque Dornier Do X est en cours de construction sur les rives du lac de Constance, à Friedrichshafen. 30.000 heures de travail ont déjà été effectuées et l'avion devrait être terminé pour 2029.

22.08.2021

Le projet de construction d'une réplique de Dornier Do X (non volant) est un défi d'envergure : une voilure de 48 mètres et 12 moteurs installés dans 6 nacelles. © Freundes- und Förderkreis Do X e.V.

C’est un géant du ciel aujourd’hui disparu qui s’apprête à reprendre forme. Avec une longueur de 40,10 mètres et une envergure de 48 mètres, l’hydravion Dornier Do X a établi de nouvelles normes dans la construction aéronautique.

En 1926 et 1927, un chantier naval a été construit spécialement à Altenrhein, sur les rives suisses du lac de Constance, pour la construction de l’hydravion propulsé par douze moteurs, installés dans six nacelles. Le 12 juillet 1929, l’avion de transport est alors le plus grand avion du monde lorsqu’il effectue son vol inaugural depuis le lac de Constance.

La position du cadre 44 est visible en rouge sur cette modélisation. © Freundes- und Förderkreis Do X e.V.

Toutefois, le projet n’a pas été couronné de succès sur le plan économique. Outre le premier exemplaire, seuls deux autres Do X vendus à l’Italie ont été construits. En 1929, Dornier a établi un record du monde avec le modèle, lorsque le Do X, avec dix membres d’équipage et 159 passagers à bord, effectuait un vol de près d’une heure. C’était le plus grand nombre de passagers dans un avion. Ce record a tenu 20 ans.

Lors d’un tour du monde entrepris entre 1930 et 1932, Dornier a voulu faire la promotion de l’avion, mais le Do X a été endommagé lors d’un incendie au Portugal et a dû faire une pause de plusieurs semaines. Les réparations faites, il s’est envolé pour Rio de Janeiro et New York. Malheureusement pour Dornier, le voyage autour du monde n’a donné lieu à aucune commande.

Le plan du cadre 44 représente la section transversale du fuselage. La comparaison avec un être humain donne une idée des dimensions de l’avion. © Freundes- und Förderkreis Do X e.V.

 

En mai 1933, lors d’un amerrissage brutal sur le Danube à Passau, l’empennage se brise. Bien que l’accident ait été dissimulé et les dégâts rapidement réparés, cette mésaventure sonne le glas du programme. La chaîne d’assemblage du Dornier Do X est mise à l’arrêt.

L’avion immatriculé D-1929 a été démonté et exposé à la Deutsche Luftfahrtsammlung à Berlin. Lors d’un bombardement en 1943, l’hydravion a été endommagé et finalement démantelé après la guerre par des ferrailleurs et des voleurs de métaux. On ne sait pas où se trouvent les deux Do X italiens, leurs traces se perdent pendant la Seconde Guerre mondiale.

En utilisant des photos haute résolution de la phase de construction du Do X original, les concepteurs ont pu reconstruire de nombreux détails de l’avion par ordinateur. © Freundes- und Förderkreis Do X e.V.

Peter Kielhorn, l’initiateur et président du cercle des amis et du Do X de Friedrichshafen, veut faire ressusciter un Do X pour rendre hommage aux réalisations des ingénieurs, techniciens et ouvriers qui ont ouvert de nouvelles perspectives il y a près de 100 ans avec le Dornier Do X.

Mais la réplique à l’échelle 1 envisagée ne volera pas. « J’ai eu l’idée de ce projet en 2013 après avoir terminé mon livre sur le Do 31 »,a-t-il déclaré en parlant à Aerobuzz.de. « Le défi était le fait qu’il n’y avait pratiquement aucun dessin du Do X. Mais près de 1 000 images ont été trouvées aux Archives nationales de Saint-Gall, un véritable coup de chance. »

Dans ses recherches, il a trouvé des archives en plusieurs endroits, mais toujours très limitées en nombre. Le Deutsches Museum de Munich ne conserve que trois dessins du cadre 44 de l’avion, tous les autres dessins sont introuvables. Il s’est avéré que les dessins représentaient le Do X italien et qu’ils ont été réalisés a posteriori, à savoir en 1956. Le musée de l’aviation d’Altenrhein abrite une hélice originale du Do X, que les étudiants qui participent au projet ont pu numériser et mesurer précisément à l’aide d’un scanner laser. Les images obtenues ont été converties en fichier exploitables sous le logiciel Catia.

Mais Kielhorn a trouvé le plus grand trésor aux Archives nationales de Saint-Gall. Le musée dispose d’une collection d’environ 1.000 photos du premier Do X pendant la phase de construction. Dornier avait probablement photographié à l’époque chaque état d’avancement de la construction de son hydravion, ce qui s’est avéré être une aide précieuse pour le projet de réplique.

Les travaux préliminaires de construction sont achevés à 98 %. L’absence des plans originaux a rendu le projet difficile. © Freundes- und Förderkreis Do X e.V.

Dès 2014, Kielhorn a élaboré un modèle numérique du Do X avec un groupe d’étudiants. A l’époque, l’initiateur du projet s’est délibérément tenu à l’écart du public et de la presse, craignant que son projet ne soit pas pris au sérieux et que la faisabilité d’un tel projet ne soit mise en doute.

Entre-temps, 112 étudiants ont travaillé sur ce projet et ont effectué 33.600 heures de travail. « La préconstruction est prête à 98 pour cent », rapporte Kielhorn non sans fierté. Les étudiants qui viennent des universités de Ravensburg, Lörrach et Mosbach sont encadrés par deux constructeurs.

Le cercle d’amis et de promotion a passé commande du cadre 44. Il est construit en Hongrie auprès d’une société spécialisée et sera exposé dès septembre au Musée Dornier de Friedrichshafen. Avec cette pièce usinée, les derniers sceptiques devraient alors être convaincus qu’un tel projet est réalisable.

Le cadre 44 de la réplique du Do X servira de point de départ à la construction du nez de l’hydravion. © Freundes- und Förderkreis Do X e.V.

Désormais, l’association recherche des sponsors et des donateurs pour financer les prochaines étapes de la réplique Do X. Pour ce faire, l’association a l’intention d’exposer son projet lors de foires et de montrer l’avancement de la réplique afin de recueillir des dons.

A partir du cadre 44, l’assemblage de la partie avant de l’appareil pourra débuter. Celui-ci pourrait être exposé temporairement au Musée Dornier à Friedrichshafen. L’emplacement final de l’hydravion n’a pas encore été déterminé. Le géant Do X a besoin d’un espace d’au moins 40 mètres sur 50.

Mais, pour l’heure, cette question n’est pas encore une priorité, car le calendrier du projet dépend également des possibilités financières. Kielhorn a toutefois déjà une date butoir : il souhaite que la réplique soit achevée le 12 juillet 2029. Ce sera alors le centième anniversaire du premier vol du Dornier Do X.

Volker K. Thomalla

Le Dornier Seastar « nouvelle génération » a volé

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Volker K. Thomalla

chez Aerobuzz.fr
Journaliste aéronautique et pilote privé, Volker K. Thomalla est spécialisé dans les questions de l’aviation d’affaires et du trafic aérien. Il a écrit une douzaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a été rédacteur en chef des magazines aéronautiques allemands Flug Revue et Aerokurier entre 1995 et 2016.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.