Accueil » Tahiti – Faa’a sous les eaux

Tahiti – Faa’a sous les eaux
premium
libre

Fin janvier 2017, les images des ATR d’Air Tahiti, le ventre baignant dans l’eau boueuse, ont impressionné le public et les professionnels du transport aérien, rappelant, au passage, le risque permanent auquel sont confrontés certains aéroports côtiers. Eric Dumas, directeur général d’Aéroport de Tahiti détaille les causes de cet événement et tire les leçons d’un sinistre récurrent.

2.02.2017

Le parking avion de l'aéroport de Tahiti-Faa'a inondé ; les ATR d'Air Tahiti ont baigné dans l'eau pendant quelques heures. © ADT

Avant de lire l'article

L'article est classé dans la catégorie "débat et opinion", il reflète donc le point de vue de l'auteur. Il n'engage pas la rédaction d'Aerobuzz. Si vous souhaitez, réagir n'hésitez pas à le faire via les commentaires au bas de la page.

Avec 130 litres d’eau par mètre carré en 3 heures, 190mm en 6 heures, le taux de retour des pluies du 22 janvier 2017 sur Tahiti a été estimé par Météo-France à plus de 20 ans. Cela explique les dégâts considérables qui ont été recensés sur l’ensemble de l’ile.

Victime de l’urbanisation

L’aéroport de Tahiti-Faa’a souffre d’un positionnement géographique où les mécanismes liés aux phénomènes torrentiels sont amplifiés par plusieurs facteurs, naturels et humains. La piste a été construite au début des années 60 par le remblaiement artificiel d’un platier, haut fond corallien du lagon.

L’aéroport de Tahiti-Faa’a en 1963. © ADT

Un bras de mer avait été laissé à l’époque entre la bande de piste et la montagne, suffisamment large pour absorber la descente des eaux du bassin versant. Au fil des années, la pression foncière et l’urbanisation ont peu à peu réduit la largeur de ce bassin naturel jusqu’à le limiter à un étroit canal rectiligne d’une dizaine de mètres de large.

L’aéroport de Tahiti-Faa’a en 2017. © ADT / Google

Les terres ainsi gagnées ont été colonisées par la population, jusqu’à atteindre une densité quasi urbaine. La section réduite du canal ne permet plus d’assurer l’évacuation des eaux de ruissèlement vers le lagon et engendre de nombreux débordements lors d’épisode de pluies intenses. Les populations qui se sont installées sur ces points bas en sont les premières sinistrées.

Nécessité d’un curage permanent du canal

Les conséquences pour l’aéroport sont considérables. Des travaux permanents de curage du canal permettent de maintenir à minima sa fonction d’évacuation des eaux du versant. Il en coûte à l’exploitant plus de 100K€ par an. Malgré cela, on a comptabilisé pas moins de 14 jours d’inondations sur les aires de trafic en 2016, heureusement sans impact majeur sur la continuité d’exploitation. Car dans un territoire aussi vaste que l’Europe, composé de 118 iles dont 49 sont équipées d’aérodromes, la continuité d’exploitation de l’aéroport de Tahiti-Faa’a est vitale, en particulier pour permettre le fonctionnement normal des secours médicaux et des recherches en mer.

Le bras de mer, entre la bande de piste et la montagne, n’est plus suffisamment large pour absorber la descente des eaux du bassin versant. © Gil Roy / Aerobuzz.fr 2006

Les solutions pérennes sont coûteuses et non garanties. La première mesure élémentaire constituerait à créer des bassins d’orage sur les nombreux ruisseaux côtiers qui descendent de la montagne. Le coût serait considérable, difficilement finançable par le territoire et il n’est pas du ressort de l’exploitant d’aéroport d’assumer l’aménagement du réseau hydrographique du bassin versant.

Dans un territoire aussi vaste que l’Europe, composé de 118 iles dont 49 sont équipées d’aérodromes, la continuité d’exploitation de l’aéroport de Tahiti-Faa’a est vitale. © Gil Roy / Aerobuzz.fr 2006

Côté aéroport, une étude menée par EGIS Eau en 2011 préconise de recréer le bras de lagon aujourd’hui disparu en élargissant le canal à quarante mètres sur toute sa longueur. Coût estimé : 17M€ dont la question du financement se posera également. Une telle mesure imposerait en outre l’emploi quasi permanent d’une drague pour maintenir une profondeur suffisante et éviter que le bassin ainsi créé ne soit comblé en quelques années par les alluvions.

Il aura fallu deux semaines aux équipes d’Aéroport de Tahiti pour remettre en service l’ensemble des infrastructures de Tahiti-Faa’a. © Gil Roy / Aerobuzz.fr 2006

En attendant, les équipes d’ADT sont passées maîtres en matière de gestion de ce type de crise par la répétition incessante de ce scénario.Un système de mobilisation de volontaires a été mis en œuvre et le parc à matériels a été adapté en conséquence. Une cellule de coordination permet d’affecter les personnels aux différentes missions : gestion des passagers, nettoyage des aires de mouvements et du balisage, interventions auprès des occupants, soutien logistique.

Eric Dumas

 

 

Un commentaire

  • Bernard Petit

    Intéressant… le 2 février la priorité du patron de l’aéroport est d’écrire des articles pour raconter qu’il fait tout bien et que c’est pas sa faute… 2 semaines plus tard, rebelote, l’aéroport est sous l’eau, les vols internationaux dégagent ou ils peuvent, comme d’hab zéro anticipation. On parle pas d’un cyclone ou d’un tsunami hein, juste d’un épisode pluvieux un peu intense en pleine saison des pluies. Ca pour emmerder les usagers, y’a du niveau et des budgets, mais pour gérer les risques existants, y’a plus personne… faut-il en rire ou en pleurer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.