Accueil » Défense » 4/4 – Quelles missions pour les Mirage 2000-5 ukrainiens ?

4/4 – Quelles missions pour les Mirage 2000-5 ukrainiens ?

La France utilise le Mirage 2000-5 dans la mission air-air, avec comme armement principal le missile MICA. L’avion est également équipé de deux canons DEFA 554 de 30mm. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Les Mirage 2000-5 sont exclusivement utilisés en France pour la mission de défense aérienne et de police du ciel. Les forces aériennes ukrainiennes pourraient certainement leur confier la défense de zone contre les missiles et drones russes dans l’ouest de l’Ukraine. Et sans doute même des missions de bombardement de précision.

Pour le seul mois de mars 2024 les Ukrainiens ont noté pas moins de 860 missiles balistiques, missiles de croisière et autres drones à longue portée tirés contre leur territoire ! La consommation de missiles par la défense sol-air est prodigieuse et les chasseurs complètent ponctuellement ce bouclier. Le Mirage 2000-5 aurait donc toute sa place dans ce dispositif de chasse aux intrus.

Aux mains de pilotes expérimentés, les Mirage pourraient aussi aller semer le trouble du côté de la ligne de front, dans les missions air-sol (les avions en sont capables, moyennant sans doute une mise à jour logicielle du SNA) ou face aux avions russes. Mais ces derniers gardent aujourd’hui un avantage décisif avec l’emploi de missiles à longue portée qui ont fait des dégâts dans l’aviation ukrainienne.

Ce qui nous amène directement à la question des munitions. La France livre déjà chaque mois une cinquantaine de bombes guidées et propulsées AASM à l’Ukraine et elle a cédé à Kiev une bonne part de ses missiles de croisière SCALP-EG. Dès lors il semble logique que les Mirage 2000-5 cédés par la France soient adaptés à l’emport et aux tirs de ces munitions. Et pourquoi pas de munitions américaines. En attendant, les Mirage 2000-5 donnés seront bien évidemment accompagnés de dizaines de missiles MICA essentiels pour la mission air-air.

Le Mirage 2000-5 et son radar RDY ont été conçus pour la mise en œuvre de ce missile « fox3 », c’est à dire « tire et oublie ». En théorie, le missile équipé de son propre radar miniature peut se débrouiller seul après le tir et trouver lui-même sa cible qui aura été préalablement détectée par le radar de l’avion.

En pratique, le ciel est vaste, l’auto-directeur du missile a des capacités tout de même limitées et l’avion transmet au missile, pendant tout son vol, des informations sur la position actualisée de la cible. La procédure est moins discrète, les émissions de l’avion peuvent être entendues, mais la probabilité de coup au but est améliorée. Le MICA, qu’il soit à guidage électromagnétique ou infrarouge, est réputé pour son efficacité.

La France est, en ce qui la concerne, réputée pour disposer d’une armée « échantillonnaire » et ne possède pas plus de quelques centaines de missiles en stock. Un pilote lambda n’en tire généralement qu’un dans sa carrière… Là aussi, la cession à l’Ukraine coûtera cher à l’AAE à l’heure où le renforcement des capacités militaires nationales est pourtant officiellement une priorité…

Frédéric Lert

Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

2 commentaires

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • On voit que dans ce conflit toute sorte d’armement est adapté sur toute sorte d’appareil.
    Dans ce cadre, le Météor serait-il compatible avec le 2000-5 ?

    Répondre
  • Quelle mission demandez-vous ? : QRF !
    Demi-tour en vol !
    Si, comme cela se profile, il y a un nouveau gouvernement avec un nouveau ministre des armées qui vont découvrir la folie des très coûteux objectifs très belliqueux mis en place, je me permet d’imaginer (et d’espérer) qu’une fin prématurée à cette vocation guerrière mettra de l’ordre dans les ambitions actuelles.
    Les Mirage 2000, les canons, les missiles deviendront de vrais mirages et les moyens financiers engloutis par notre pays aux finances désastreuses ré-orientés vers des buts plus urgents comme l’hôpital, l’école, etc, etc …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.