Accueil » Défense » Atlantic Trident 2017 : Rafale, Typhoon, F-22 et F-35 travaillent ensemble !

Atlantic Trident 2017 : Rafale, Typhoon, F-22 et F-35 travaillent ensemble !
premium
libre

Français, Britanniques et Américains se retrouvent en ce moment sur la base américaine de Langley (Virginie) dans le cadre de l’exercice Atlantic Trident. Chaque pays apporte ses moyens de combat les plus modernes, avec notamment pour les Etats-Unis, la première participation de F-35A de l’US Air Force. 

L’exercice Atlantic Trident rassemble trois nations maîtrisant toutes les facettes du combat aérien moderne. Si l’US Air Force engage des moyens importants dans l’exercice, c’est de toute évidence qu’elle trouve ses partenaires français et britannique totalement crédibles… Sur la photo, un Rafale de St Dizier décolle en arrière-plan d’un F-22 au roulage. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

L’exercice est né de la Trilateral Strategic Initiative (TSI) qui rassemble depuis 2010 les armées de l’air de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis au sein de ce que les officiers rencontrés à Langley comparent à un « club d’excellence très fermé ».

Départ en mission pour un équipage de l’EC 1/4 Gascogne, dont c’est la première participation à l’exercice. La présence du deuxième membre d’équipage n’est pas un luxe au cours de missions très complexes, même en matière de défense aérienne. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Trilateral Strategic Initiative (TSI) : un partenariat stratégique de trois armées

La TSI est un partenariat stratégique permettant à ces trois armées de préparer les coalitions de demain en matière de combat air-air dans des conflits dits « de haute intensité », avec l’emploi de chasseurs et de missiles de dernière génération. « Nous sommes aujourd’hui dans des opérations de basse intensité (NDA : au Sahel ou au Levant) explique le général André Lanata, Chef d’état-major de l’armée de l’Air. Mais on voit bien que plusieurs nations développent des stratégies de déni d’accès et il faut apprendre à y faire face dès à présent, sinon on ne pourra plus entrer sur un théâtre » prévient-il.

Le général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’Air, est venu à la rencontre des aviateurs participant à l’exercice. Sa présence sur le sol américain a également été l’occasion pour lui de rencontrer ses homologues britannique et américain. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

L’armée de l’Air est venu à Langley avec six Rafale appartenant à trois escadrons différents : le 1/4 Gascogne de St Dizier, qui a amené trois biplaces, et les 1/30 Normandie Niémen et 2/30 Lorraine de Mont-de-Marsan qui ont apportée les monoplaces. Le détachement comprend 120 militaires, dont 7 pilotes de monoplaces et autant d’équipages de biplaces (un pilote et un navigateur de combat par équipage).

Trois escadrons français, six Rafale

Deux Boeing de ravitaillement en vol sont arrivés le 24 avril. Ils participeront à deux missions avant de repartir vers la France avec les Rafale en fin de semaine. Les Rafale ont retrouvé sur place huit Typhoon britanniques, des F-22 (six sont engagés dans l’exercice, mais la base de Langley en héberge une quarantaine au sein du 1st Fighter Wing) et six F-35A de l’US Air Force.

Deux missions sont organisées quotidiennement, avec à chaque fois pas moins d’une quarantaine d’appareils engagés simultanément. L’exercice est très profitable pour l’armée de l’Air, qui lui accorde un très haut niveau de priorité. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

« La venue des F-35A a été une grosse surprise pour nous reconnaissent les Français. C’est une excellente chose d’apprendre à travailler avec cet avion qui sera amené à remplacer les F-16 dans de nombreux pays ».

Le F-35A sur la réserve

La première semaine de la rencontre a été consacrée à des entrainements au combat à vue, alias « BFM » pour « Basic Fighting Maneuvers ». Une fois de plus, les pilotes de Rafale ont pu regretter de ne pas être équipés de viseurs de casque : « Nous avons appris à nous battre contre le Typhoon qui en dispose, mais on ne peut pas nier que si nous en étions également équipés, les choses seraient plus simples pour nous » expliquent-ils.

Un des six F-35A engagés dans Atlantic Trident décolle alors que les Rafale mettent en route. Le nouvel avion américain a présenté un mot d’excuse de ses parents pour être dispensé de la première semaine d’exercice consacrée au combat rapproché. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

A noter que les F-35A n’ont pas participé à cette première semaine d’entraînement. S’agissait-il pour les Américains de ne pas prêter le flanc aux critiques ? En l’état actuel des choses, les F-35 ne sont équipés ni de canon ni de missiles à guidage infrarouge. On se souvient également qu’en janvier 2015, opposé en combat BFM à un F-16 biplace équipé de réservoirs largables, le F-35 s’était fait laminer. A l’heure où l’avion américain se retrouve une fois de plus opposé à des appareils européens sur les marchés export, peut-être l’Air Force et Lockheed Martin n’ont ils pas souhaité donner des munitions nouvelles à la concurrence…

Rafale, Typhoon, F-22 et F-35 en scène

En deuxième semaine, Rafale, Typhoon, F-22 et F-35 ont travaillé ensemble pour faire barrage à des raids « rouges » joués par des F-15 E et T38. Un pilote américain expliquait qu’avec seulement deux missiles dans sa soute mais d’excellentes capteurs, le F-35 pouvait être vu comme un joueur de fond de cour, capable de distribuer les cibles et de diriger ses partenaires.

Un Typhoon de la Royal Air Force au roulage derrière les Rafale. Adossés à deux réacteurs puissants et à un viseur de casque, les pilotes britanniques ont de bonnes cartes en main pour les missions BFM. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

De défenseurs, les acteurs français, anglais et américains passent maintenant à l’offensive pendant la troisième semaine de l’exercice « poussant » des raids contre des lignes de défense tenues par les F-15 E et T-38. Avec toujours le même effet de masse mettant à rude épreuve hommes et machines :

Le savoir-faire des Airboss de l’US Air Force

« Une mission peut mettre en l’air une quarantaine d’avions de toutes natures souligne un pilote français. Gérer une bataille aérienne de cette ampleur avec des appareils évoluant à des vitesses supersoniques est très vite épuisant mentalement ». Et le travail se poursuit en profondeur au sol, avec des débriefings pouvant durer jusqu’à trois heures. « On va vraiment au fond des choses, les Américains savent très bien faire ça avec des « airboss », les animateurs de l’exercice, qui sont expérimentés et très francs quand il faut l’être ! »

Le patch de l’exercice met en évidence deux écoles de pensée pour les avions de combat : les delta canard en Europe, les bidérives furtifs aux Etats-Unis… © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Au cours de ces longues séances de travail en commun, les trois armées bâtissent l’interopérabilité de demain, mais pas seulement. Au-delà de la technique, la connaissance mutuelle prend également une place importante à tous les niveaux hiérarchiques. Depuis les mécaniciens de piste jusqu’aux chefs d’état-major (les trois généraux concernés se sont retrouvés pour une journée à Langley), en passant bien entendu par les équipages. Les jeunes capitaines qui transpirent ensemble dans le ciel de Virginie se sont déjà croisés dans les opex, ou bien le feront un jour.

Frédéric Lert

 

 

 

A propos de Frédéric Lert

Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Bannière Tbm910

Sur Facebook

cfc