Accueil » B-52 : la remotorisation attendra encore !

B-52 : la remotorisation attendra encore !
premium
libre

Un pas en avant, un pas en arrière… L’US Air Force n’en finit pas de ne rien décider ! Si les opérationnels disent oui à la remotorisation des bombardiers, l’affaire bloque chez les comptables… Et puis le TF33, véritable chaudière à mazout, est increvable

Difficile d’imaginer que le B-52 est né à une époque où le réacteur commençait tout juste à prendre la relève sur l’hélice… Le B-36 fut le dernier bombardier à hélice américain et le B-47 inaugura de nombreuses solutions techniques très rapidement reprises sur le B-52. © Boeing

Les 12 et 13 décembre prochains, les motoristes les plus en vue se retrouveront pour une réunion d’information sur la base de Barksdale (Louisiane) où stationnent une quarantaine de B-52H. L’Air Force leur parlera une fois de plus de la remotorisation de ses bombardiers. Mais sans rien promettre.

La remotorisation n’est pas une priorité

Le général Rand, qui commande le Global Strike Command, a pris soin de le préciser : il n’y aura pas d’argent pour ce programme avant 2020, au plus tôt. C’est que la modernisation de 76 B-52 entre en concurrence avec le financement du nouveau B-21 et le développement d’un successeur au missile balistique Minuteman III. Alors une fois de plus on va parler pour ne décider de rien. Ca fait plus de quarante ans que c’est comme ça…

Huit réacteurs sous les ailes

Lors de sa mise en service, le B-52 aurait pu être un avion à hélices, à la manière des Tupolev Tu-95 russes. Le réacteur ne s’imposa que parce qu’il offrait des perspectives de développement intéressantes sur le long terme.

Difficile d’imaginer que le B-52 est né à une époque où le réacteur commençait tout juste à prendre la relève sur l’hélice… Le B-36 fut le dernier bombardier à hélice américain et le B-47 inaugura de nombreuses solutions techniques très rapidement reprises sur le B-52. © Boeing

Les premiers J57 de Pratt & Whitney qui propulsaient l’avion manquaient toutefois de punch, et il fallu en coller huit sous les ailes pour obtenir des performances acceptables. Ces moteurs furent rapidement remplacés, au début des années soixante, par le réacteur à double flux TF33, en fait un J57 profondément remanié, doté notamment d’une soufflante offrant un gain spectaculaire en performances.

L’histoire sans fin d’une possible remotorisation

Les motoristes continuant à progresser à grands pas, la présence de huit moteurs sous l’avion apparu comme un anachronisme dès le milieu des années 70. Les projets pour faire du B-52 un quadrimoteur commencèrent à pousser comme des champignons (atomiques) après la pluie.

Faisons court et limitons nous aux principales hypothèses : remplacement des huit TF33 par quatre CFM-56-2B1 (réacteur équipant déjà plus de 500 KC-135) ou par autant de Pratt & Whitney F117 (réacteur du C-17). En 1996, Boeing remet à l’Air Force une offre non sollicitée pour la remotorisation de 71 avions par des Rolls-Royce Allison RB211 (le moteur des Boeing 757 et 767). Les 8 x 7,7 tonnes de poussée seraient remplacées par 4 x 19 tonnes. Poussée augmentée de 25%, consommation en baisse de 44%, rayon d’action en hausse de 30% : techniquement, la messe est dite.

Les premiers avions fabriqués, ici un B-52C, étaient équipés de réacteurs J57 à simple flux, gourmands en carburant et poussifs. L’Air Force est par la suite passé très rapidement au TF33 à double flux, mais en gardant toujours la formule octoréacteur. © USAF

La formule proposée prévoit la location à l’heure de vol des moteurs auprès d’un consortium regroupant Rolls Royce, Alison, Boeing et American Airlines, la compagnie aérienne se chargeant de l’entretien des moteurs. Mais les chiffres du compte d’exploitation s’entrechoquent : les industriels avancent des économies de plusieurs milliards de dollars sur trente ans. L’USAF voit quant à elle un surcoût sur la même période et l’affaire ne se fait pas.

Une chaudière à mazout

Vingt ans après cette proposition qui connut son heure de gloire, l’USAF en est toujours au même point : des offres techniques alléchantes, mais un financement qui n’arrive jamais. Pourquoi ? D’abord parce que le TF33 donne toujours satisfaction.

Le moteur est une chaudière à mazout dans laquelle il suffit d’enfourner du pétrole pour qu’il tourne rond. Le réacteur est connu sur le bout des doigts, facile à entretenir et toujours en service sur la flotte de Boeing 707 militaires, hors ravitailleurs. L’USAF est en outre assise sur une montagne de rechanges.

Depuis plus de 40 ans, l’US Air Force se pose la question de la remotorisation et de la transformation en quadrimoteurs de ses B-52. Un pas en avant, un pas en arrière, et l’affaire en reste toujours au point mort ! © Frédéric Lert/Aerobuzz.fr

Autre explication mise en avant, la frilosité de l’Air Force pour s’engager sur plusieurs décennies, avec une rentabilité économique pas aussi évidente que ça en période de pétrole bon marché. Mais le point de blocage essentiel serait bêtement comptable : les économies seraient faites sur les coûts d’opération, et les dépenses seraient comptées en investissement. Or les deux postes de dépenses ne communiquent pas : impossible de financer les investissement avec les économies réalisées en exploitation, même si les premières sont très inférieures au secondes…

L’US Air Force, qui a tant de programmes à financer simultanément, manque sérieusement de motivation pour lâcher encore la douzaine de milliards qui serait nécessaire à la modernisation de ses B-52.

Frédéric Lert

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense.

15 commentaires

  • François JOST

    Rassurez moi Pierre, vous ne faites pas de commentaire à chaque fois qu’un article ne vous intéresse pas ?!!!
    Concernant les suggestions d’articles, j’ai pour ma part adressé des propositions à la rédaction dont l’une a été reprise par Frédéric Lert. Preuve que ce monsieur sait faire preuve d’ouverture d’esprit.
    Mais il est vrai que j’ai employé pour ma requête un ton moins acariâtre que le votre.

  • Stampe

    Bonjour,
    Je dois avouer en lisant ce fil de commentaires que le site perd un peu de son image de sérieux rassemblant des lecteurs et contributeurs éclairés…
    Je ne comprends même pas la (les) demande (s) de « pierre »: s’agit-il de critiquer le fond de l’article sur le B52 en demandant un recentrage sur l’actualité nationale? Dans ce cas, effectivement la plupart des réponses se trouvent déjà sur internet, la presse spécialisée (où Monsieur Lert, entre autres, écrit des articles assez fouillés sur des sujets précis dont ceux évoqués).
    S’agit-il de demander des éléments compétitifs de coûts et performances que même nos services les plus spécialisés ont du mal à rassembler sur chaque machine et dans chaque contexte?
    S’agit-il de critiquer Dassault et les autres fournisseurs du secteur? Je suis d’accord qu’il y a sans doute beaucoup à dire, mais sur quelles bases? Pourquoi ces industriels seraient-ils pires que les superbes concurrents qui semblent leur être opposés?
    Si les données réelles sur le F22, F35 et autre SuXX étaient publiques et réelles, il faudrait d’urgence en informer nos militaires et politiques…
    Il me semble que les salaires de la fonctions publique et les primes spécialisées se trouvent quelque part sur le net, donc connaitre la solde d’un pitaine ou d’un colon ne doit pas être hors de portée d’une pointure de l’information. mais en quoi ceci nous est utile?

    A titre personnel, j’ai bien souri en lisant la réponse de Monsieur Lert.
    Il semble en effet qu’il vienne d’arriver quelque chose de grave au pays: un chanteur (dont j’apprécie certains titres) vient de décéder d’un excès de cigarettes, et un vieux monsieur intelligent et malicieux nous a quitté avec humour et intelligence. Leurs disparitions occupent médias et quelques milliers (millions?) de personnes bien davantage que les quelques dizaines de jeunes hommes (et femmes) qui ont donné leur vie ces derniers temps pour défendre (?) nos valeurs et notre mode de vie, ainsi que les vies de nos enfants et de nos familles.
    On peut effectivement sourire au décalage et prendre une respiration de fin d’année avant de répondre aux critiques bien placées … ou pas.

    • PIERRE

      Indeed tout est ou presque est disponible sur le net, il suffit d’en faire un article pertinent sur un sujet en particulier.
      Encore une fois le B52 et ses chaudières, c’est le cadet de mon intérêt dans le domaine aéronautique.
      Dans mes lignes je n’ai donné que des pistes, non limitatives.
      Votre lecture et votre compréhension semble s’arrêter là ou l’imagination devrait s’épanouir.
      Encore une fois, s’agissant d’un site d’information aéronautique qui se veut pertinent et qui à mon sens rate souvent cette cible, « la vache écarlate », les bandes dessinées et les jeux de chaises musicales concernant les nominations de postes de tels ou tels personnages industriello politiques, ne sont pas les infos pertinentes que j’attends de ce site internet.
      Si l’article de Fred LERT, pardon de Frédéric, sur la motorisaton du B52 vous mets en émoi, cela n’engage que vous. Moi j’attends autre chose de plus consistant et pertinent de la part d’Aérobuzz !
      C’est d’ailleurs une raison majeure pour laquelle je n’ai pas encore participé au financement de ce site comme adhérent.

      • chorus2a@gmail.com

        Par pitié monsieur, ne parlez ni de mon intelligence ni de mon imagination dont vous n’avez aucune idée. Ce n’est pas parce que on ne partage pas vos points de vue et vos centres d’intérêts qu’on est forcément un imbécile. Et quand je regarde vos désidératas quant aux sujets que vous aimeriez voir évoquer, je me dis que le manque d’imagination n’est peut être pas là ou vous le voyez. (Comparer le Rafale avec ses concurrents, c’est dingue que personne n’ai jamais pensé a faire un truc comme ça, votre fertilité créative devrait être longuement célébrée…) Je crois simplement que vous analysez les limites des autres avec celles qui vous sont propres, il en résulte forcément une vision tronquée et inexacte des gens avec lesquels vous discutez. Dommage. Mais bon, personne n’y peut rien…

      • Vladimir_K

        Si vous n’êtes pas adhérent, comment avez-vous obtenu l’accès à cet article ?

  • Vladimir_K

    Je ne reviens pas sur la réponse de Monsieur Lert, il a le droit de répondre comme il l’entend, libre à nous d’apprécier ou non, c’est le principe de la liberté d’expression.

    Je voulais répondre à Pierre sur deux points. Vous vous intéressez par l’état de « notre » (votre) armée. Je me permets de vous rappeler que même si le domaine d’Aerobuzz est en .fr, il est pour moi plus un site francophone qu’un site français. Je ne serais pas surpris si des francophones d’autres pays fréquentaient ce site… moi-même je suis au Canada, alors l’état de « notre » armée est une notion assez vague pour moi.

    Cela étant, vous posez des questions intéressantes sur le Rafale que l’on pourrait transposer en fait au cas du B52. Comme je n’en ai pas les réponses, je me permets de poser les questions ici :

    Quel est l’intérêt pour l’USAF de garder des B52 en activité ? Leurs missions sont elles encore d’actualité alors que le « tapis de bombe » est de moins en moins populaire ? Que peut faire de plus un B-52, dans les conflits actuels, que ne peuvent faire des (chasseurs-)bombardiers plus récents ?

  • LLB

    Je regrette que et aient pensé qu’il suffirait d’une étincelle pour allumer le feu sur ce forum (de grande qualité), alors que les mots d’amour de suffisaient amplement à comprendre le second degré que nécessitait franchement le post de .
    @ si vous voulez donner l’envie à d’écrire des articles, ou même l’envie d’avoir envie de le faire, je vous suggèrerais un angle d’approche moins belliqueux, voire de les écrire vous même, ce à quoi vous pourrez toujours me rétorquer « quoi ma gueule ? qu’est ce qu’elle a ma gueule ? »…
    Bref, restons en paix brothers, en ces temps de deuil national où deux chevaliers des Arts et de Belles Lettres nous ont quittés.

  • PIERRE

    Fred votre article est classé dans les articles payants : c’est une bonne chose car la remotorisation des B52 c’est vraiment l’info dont je me soucie le moins…
    Vous travaillez sur les articles militaires et notre armée alors voilà quelques sujets :
    – Un état actuel de notre armée de l’air, combien de Rafales, combien de chasseurs, de transporteurs, d’appareils de formation , nos bases sont ou, et pourquoi faire ?
    Ca coûte combien en vrai un Rafale (pas la source Dassault mais votre étude) à l’achat et à l’HDV ? Ca brûle combien de pétrole, d’huile, son potentiel, son coût de remplacement, un pneu, un break paddle, un parachute, enfin bon c’est bien de savoir ce que l’on paye avec nos impôts non ?
    Combien de pilotes dans notre armée de l’air, combien gagnent’ils, comment deviennent’ils pilotes militaires, quel pourcentage de réussite quand ils se présentent aux concours, ect… et après l’armée, que deviennent’ils, ou sont’ils après leurs carrières militaire et comment parviennent t’ils a se re-caser et dans quoi et et et… ?
    Le Rafale a 30 ans : Un comparatif du Rafale avec ses challengers étrangers, dossier pas sponsorisé par Dassault svp. Que vaut’il face à un F22, un F35, un SU27/30 avec des chiffres (V/S à MTOW, autonomie, ratios, potentiels, coûts). Quand faudra t’il le replacer et par quoi ? A t’on le savoir faire ? A t’on les moteurs ? A t’on le fric ?
    Un peu d’imagination que diable !!!
    GR et ses fans vont me detester encore un peu d’avantage 🙂

    • Frédéric Lert
      Frédéric Lert

      bonsoir Pierre,
      Fred n’étant pas disponible, c’est Frédéric qui vous répond…
      Beaucoup des questions que vous posez ont des réponses en libre accès sur internet. La curiosité n’est pas un défaut, c’est une qualité que vous possédez déjà mais que je vous encourage à développer un peu plus encore. Pour les questions qui resteraient sans réponse, certaines sont pertinentes mais d’autres pas. Mais que pèsent-elles face au drame collectif que nous vivons cette semaine avec la disparition de Johnny d’Ormesson et Jean Halliday ? Alors laissons au deuil la place qui lui revient et reparlons nous tranquillement en 2019, si vous le voulez bien. Cordialement.

      • DAUMONT Xavier

        Quelle arrogance dans votre réponse, monsieur Lert

      • Guerit

        Soit c’est de l’humour au 3ème, voire 4ème degré, soit c’est prendre de très haut les remarques (fondées ou pas) de ce lecteur. Dans tous les cas, c’est une réponse qui me parait quelques peu déplacée et/ou hors sujet.

      • Charles

        Bien dit monsieur Lert, votre réponse m’a fait rire.
        Difficile de répondre autre chose à quelqu’un qui trouve pertinent de commander une série d’articles dans un commentaire (en accusant au passage à mots couverts F.Lert de faire de la propagande pour tel ou tel industriel). Surtout qu’il n’aurait même pas accès à ces articles car ce monsieur ne paye même pas d’abonnement ! Il faut croire quee travail des autres est toujours trop cher…

      • Roland M___

        Les « artistes » cités étaient-ils aviateurs ? Là est la question ! Autrement, on se demande ce qu’ils viennent faire dans la discussion …

    • fildru

      Cocorico , 12 Rafales pour le Quatar ce jour , ancien client amis de mirages , famille d avions polyvalents et ça coûte mais ça marche . En 40 c était au premier qui tire entre spitsserchmitts , évidement avec les radars poursuite …
      Les b52 ont beaucoup traverse l hexagone ,routes dvr cmb rlp dij top pour éviter la blanche suisse depuis 30 ans , et combien d Hercules qui brulent l huile comme un deux temps ! Les restes de nos forets recyclent ce co2 , voilà . Chacun est concerne’ par son voisin + ou – …

    • chorus2a@gmail.com

      Ah bon… Eh bien moi ça m’intéresse. J’ai le droit? Vous allez me crucifier parce que je n’adopte pas le nombrilisme bien français de ne considérer comme important que ce qui se passe ici… C’est votre droit. Seulement voila: j’ai le droit de vivre aussi, et d’avoir envie de lire autre chose que les sujets tournant en rond sur la petite armée, le petit complexe de supériorité bleu blanc rouge. Le monde ne tourne pas autour de Paris.
      L’info ne vous intéresse pas, soit. Ce n’est pas pour cela qu’elle n’intéresse personne. Je suis dans le regret de vous confirmer qu’une légère recherche sur internet vous aurait permis de constater que les sujets que vous évoquez sont traités en long et en large depuis de nombreuses années. Et si vous trouvez que c’est insuffisant, il y a une bonne solution: faites le vous même.
      Quant à moi, le jour ou Aerobuzz ne sera plus qu’un site dédié à la gloire ou aux déboires de l’aviation française, j’irai dépenser 6€ par mois ailleurs. Rien ne vous empêche, pour d’autres raisons, de faire de même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *