Accueil » Creech Air Force Base : dans le repaire des Reaper

Creech Air Force Base : dans le repaire des Reaper
premium
libre

[1/2] Reportage exclusif à Creech (Nevada), la plaque tournante des opérations « drone » de l’US Air Force. C’est d’ici, depuis une cinquantaine de cockpits climatisés, que sont menées à distance des opérations de combat dans le ciel d’Irak, de Syrie, d’Afghanistan ou de quelques autres pays jamais cités officiellement. C’est aussi à Creech que sont formés les pilotes français des drones MQ-9 Reaper.

19.04.2018

Creech Air Force Base est le haut lieu du drone armée aux Etats-Unis. C’est depuis cette base que sont commandés la plupart des appareils en opération dans le monde. © Frédéric Lert/Aerobuzz

A une heure de route de Las Vegas (Nevada), Creech Air Force Base est une base aérienne méconnue, une des plus petites en superficie de l’US Air Force. C’est aussi l’une des moins discrètes, l’ensemble des installations étant pleinement visibles depuis la Highway 95 qui monte au nord vers des localités aussi célèbres que Tonopah ou Reno… Pas moins de douze escadrons sont rassemblés au sein du 432nd Wing.

Les cockpits climatisés du 432nd Wing de l’US Air Force

Douze escadrons, le chiffre a de quoi faire tiquer, mais c’est le miracle de l’Air Force 2.0 et des opérations sur drones : très peu d’appareils sont en fait présents sur la base aérienne de rattachement. On compte même à Creech plus de caisses de transport que de drones à proprement parler. La force du 432nd Wing à Creech, ce sont ses cockpits climatisés, il y en aurait une cinquantaine à minima, permettant de contrôler les appareils à distance, qu’ils évoluent dans le ciel d’Irak, de Syrie, d’Afghanistan ou de quelques autres pays jamais cités officiellement.

L’US Air Force ne dira jamais précisément où sont engagés ses appareils. Mais elle ne se fait pas prier pour communiquer sur leur activité. Et là aussi les chiffres sont fascinants…

Un million d’heures de vol en trois ans

Après un début des opérations de combat avec les drones en 2001, la barre du million d’heures de vol a été franchie dix ans plus tard, le 1er juin 2011. Les deux millions ont ensuite été atteints le 22 octobre 2013 et les trois millions en octobre 2016. « On est à présent sur un rythme stabilisé, un million d’heures de vol supplémentaires tous les trois ans » explique-t-on à Creech. Les 4 millions seront donc franchis en octobre 2019.

Paradoxalement, la seule activité aérienne enregistrée dans le ciel de Creech est celle du 11th Squadron, un des deux escadrons d’entrainement du 432nd Wing. Ce 11ème escadron concerne de près l’armée de l’Air, puisque c’est en son sein que sont formés les équipages de Reaper français.

Les MQ-9 Reaper français pilotés par des contractuels américains

Un coup d’œil dans le rétroviseur est ici nécessaire : quand la France reçoit ses premiers MQ-9 Reaper fin 2013, ceux-ci sont directement envoyés sur la base montée de toutes pièces à Niamey (Niger). Les appareils ne sont pas automatisés et les décollages et atterrissages doivent se faire « à la main ».

Aucun équipage français n’étant formé pour ces phases de vol, l’armée de l’Air doit donc faire appel à des Launch & Recovery Element (LRE) armés par des contractuels civils (pour la plupart d’anciens militaires) de General Atomics. Ceux-ci font décoller les drones avant de passer le relais aux équipages français qui gèrent la mission proprement dite. En fin de vol, c’est le même tour de passe-passe : le LRE Américain récupère l’appareil à quelques nautiques de la piste et le ramène au bercail.

Cette situation est peu satisfaisante pour plusieurs raisons, avec en premier lieu la dépendance vis à vis des Etats-Unis. Même si les équipes de General Atomics ne sont pas censées savoir où vont les drones, on peut également craindre un manque de confidentialité.

Le premier binôme français, pilote et opérateur capteur, à Creech

Se pose également la question du coût de cette contractualisation, sachant que l’armée de l’Air ne manque pas de gens capables de faire décoller et atterrir les Reaper. Encore faut-il pouvoir les former et c’est là que le bât a longtemps blessé, la filière de formation Creech était totalement engorgée par les besoins américains.

Les choses ont changé en 2017 avec l’envoi d’un premier binôme français, pilote et opérateur capteur, dans le Nevada. Ce sont eux qui contrôlent véritablement le vol de l’appareil. L’officier renseignement et l’opérateur image complètent l’équipage en temps normal mais ils n’ont pas d’influence directe sur le vol. Aucun besoin donc de les former à Creech.

Des anciens du Mirage 2000 aux commandes des Reaper

Six LRE français se sont succédés à ce jour dans les salles de cours de Creech, dans les simulateurs et « à bord » des cockpits pour in fine enchainer les tours de piste avec de véritables appareils au bout du joystick. Deux autres binômes suivront avant que la France soit pleinement autonome dans ses actions de formation grâce à la mise en place d’un drone et d’un simulateur à Cognac.

Lors de notre passage à Creech, nous avons pu rencontrer un pilote et un opérateur capteur qui arrivaient au terme de leur formation. Tous deux, un commandant et un capitaine, étaient de (jeunes) anciens du Mirage 2000. Leurs parcours les plaçaient quelque peu à part des autres stagiaires américains, le plus souvent de très jeunes gens frais émoulus de la filière drone, avec pour seule expérience du vol la conduite d’un simulateur…

206 spécialistes pour opérer H24 un drone américain

Avec ses six Reaper en service, la France a encore le pouvoir de piocher dans un réservoir humain hautement qualifié en faisant appel, dans une certaine mesure, au volontariat. L’escadron de drones 1/33 Belfort monte en puissance, il sera bientôt partie intégrante d’une petite escadre basée à Cognac et des opportunités de carrière s’entrouvrent pour qui veut bien tenter le grand saut vers la guerre à distance.

La logique est très différente aux Etats-Unis. Il faut, selon le décompte très précis de l’Air Force, 206 personnes (!) pour assurer le contrôle d’un drone H24. Et l’Air Force dispose aujourd’hui de la capacité de maintenir en vol en permanence une soixantaine de drones. Le compte des besoins en main d’œuvre est donc vite fait !

A Creech, on lance donc des promotions de quatre ou cinq équipages toutes les semaines, pour deux mois et demi de formation. Devant l’intensité des flux à gérer, la moitié des instructeurs sont des civils, comprendre d’anciens militaires qui reprennent le travail en échange d’un beau chèque. L’ère de l’artisanat que l’on connaît encore en France est depuis longtemps révolue Outre-Atlantique. Place à l’industrie !

Frédéric Lert

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.