Accueil » DGA Essais en vol va recevoir quatre TBM 940

DGA Essais en vol va recevoir quatre TBM 940

Le TBM 940 de Daher est un avion d'affaires de 6 places. Fabriqué à Tarbes, il revendique le titre de monoturbopropulseur le plus rapide (plus de 600 km/h en croisière rapide). © Daher

La Direction générale de l’armement (DGA) annonce sa commande à Daher de quatre avions monoturbopropulseurs TBM 940, qui seront opérés par le centre d’expertise et d’essais DGA Essais en vol. Ils seront livrés à partir de l’été 2021. Un contrat de 21,8 millions d’euros qui s'inscrit dans le plan de soutien à la filière aéronautique.

Les quatre TBM 940 équipés de la suite avionique Garmin G3000 et du système d’atterrissage automatique d’urgence certifié « Autoland » sont appelés à remplacer progressivement 3 TBM 700A en service au sein du centre d’expertise et d’essais DGA Essais en volDGA Essais en vol qui va recevoir à partir de l’été 2021, ces quatre monoturbopropulseurs modernes est un acteur incontournable dans les projets aéronautiques nationaux et européens, militaires ou civils, y compris dans le...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

6 commentaires

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(9) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Ils ont même pris le modèle ‘homesafe’ (à l’honneur dans le dernier HBGV 😉), la confiance règne envers les pilotes du corps technique !
    Dommage que la DGA soit servie avant les armées qui conservent leurs TBM700 et leurs Xingu… Je me sers d’abord…

    Répondre
  • Tiens, j’avais emprunté l’un de ces TBM700 du temps ou ils étaient neufs, donc… Il serait temps de les remplacer non ?
    Quoique au moins, mes sous de contribuables ont été bien utilisé et les avions utilisés dans tout leurs potentiels. Bravo !

    Répondre
  • Donc, finies les liaisons en « Paris » (fort onéreuses et fort angoissantes parfois pour les chefs PN…), C 411, C 310, et même CE 43 ou HR 100!
    Bon choix de machines dont l’achat, effectivement, fait travailler l’industrie française, possédant un domaine de vol étendu favorisant de nombreuses expérimentations de systèmes.

    Répondre
    • Ha oui, j’avais fait de ceux là aussi…
      J’aimais bien le Paris. Un avion d’un autre age déjà à cette époque, mais on faisait du jet… Le dernier des Morane Saulnier !
      J’ai été le dernier passager d’un paris du CEV, posé à Brétigny, avec tous les mécanos qui sortent du hangar pour saluer le retraité du jour… Pas moi… Émotion quand même, l’engin était en service depuis 40 ans, de mémoire !
      Souvenir ému d’un avion léger aux commandes, mais pas facile dans ses repères pour le jeune pilote que j’étais, car le tableau de bord rond ne donnait aucune référence de l’horizontale ! Mais avion passionnant, vivant, pas du tout clinique immaculé comme le TBM…
      Souvenir du pilote CEV en fonction en décollant avec le Paris de Cazaux, en montant péniblement, passant 8000ft alors qu’on visait niveau 200 : « Pfffff, en TBM, on y serait déjà ! »… On avait bien rit ! (enfin, lui, jaune…)

      Répondre
    • @P. Ouvrard :
       » finies les liaisons en « Paris » (fort onéreuses et fort angoissantes parfois pour les chefs PN…), C 411, C 310, et même CE 43 ou HR 100!  »

      Sans oublier le C 337 push-pull…..

      Répondre
  • Excellente nouvelle – et en plus cette fois, il ne feront pas que de la liaison, mais aussi des petits essais ou de la formation à ces mêmes essais. Comme à chaque fois que l’on commande pour notre pays des machines volantes neuves et fabriquées en France, que du bonheur – même si cela ne changera pas dans l’immédiat la vie du rédacteur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(9) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(9) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.