Accueil » DGA Essais en vol va recevoir quatre TBM 940

DGA Essais en vol va recevoir quatre TBM 940

La Direction générale de l’armement (DGA) annonce sa commande à Daher de quatre avions monoturbopropulseurs TBM 940, qui seront opérés par le centre d’expertise et d’essais DGA Essais en vol. Ils seront livrés à partir de l’été 2021. Un contrat de 21,8 millions d’euros qui s'inscrit dans le plan de soutien à la filière aéronautique.

8.02.2021

Le TBM 940 de Daher est un avion d'affaires de 6 places. Fabriqué à Tarbes, il revendique le titre de monoturbopropulseur le plus rapide (plus de 600 km/h en croisière rapide). © Daher

Les quatre TBM 940 équipés de la suite avionique Garmin G3000 et du système d’atterrissage automatique d’urgence certifié « Autoland » sont appelés à remplacer progressivement 3 TBM 700A en service au sein du centre d’expertise et d’essais DGA Essais en volDGA Essais en vol qui va recevoir à partir de l’été 2021, ces quatre monoturbopropulseurs modernes est un acteur incontournable dans les projets aéronautiques nationaux et européens, militaires ou civils, y compris dans le cadre du soutien à l’exportation. Ses essais et son expertise aéronautique contribuent au développement, à la qualification et la réception des aéronefs. Les industriels lui confient des travaux participant à la navigabilité et à la certification des aéronefs civils. Il assure le contrôle de la circulation aérienne d’essais et de réception. DGA Essais en vol est également très actif dans le domaine des systèmes de drones, la simulation, et la maîtrise des essais en vol. Et bien évidemment, il a en charge la formation des équipages d’essais (L’EPNER, école du personnel navigant d’essais et de réception). depuis près de 30 ans. « Ils renouvelleront et renforceront les moyens aériens de la DGA, lui permettant de maintenir un haut niveau d’expertise dans les domaines de l’instruction des pilotes et ingénieurs d’essais et le soutien au profit des programmes aéronautiques militaires et civils. », explique le ministère des Armées.

Les TBM 700 actuellement en service ont été livrés en mai 1992. Il s’agit de modèles « A » de toute première génération. Ils servent quotidiennement au soutien des essais en vol, de l’accompagnement de sécurité, au plastron en passant par le soutien à la mise en place d’essais et de réceptions hors des sites de DGA Essais en vol. Les TBM 940 seront modifiés par Daher Aerospace afin d’y intégrer de nouvelles capacités d’essais, ainsi que d’instruction dans le cadre des formations dispensées par l’EPNER ; ces nouvelles capacités s’ajouteront aux missions actuelles des TBM 700.

A cet effet, les voilures des TBM 940 seront modifiées afin de permettre l’emport d’une grande variété de charges utiles, jusqu’à 75 kg sous chaque aile. Des transformations de cette nature ont été réalisées et certifiées pour l’emport de matériel de prises de vue pour le compte d’Airborne Films (tournage des films promotionnels d’Air France). Côté cabine, des installations d’essais spécifiques ainsi qu’une console opérateur permettront de recevoir et de fédérer les données recueillies par les différents systèmes installés. Une génération électrique renforcée permettra d’intégrer tous les équipements de mission sans limitation de puissance.

Daher livre son 1000ème TBM

L’instrumentation d’essais des aéronefs, les sessions de formation et le maintien en condition opérationnelle expliquent le montant total de 21,8 millions d’euros du contrat passé par DGA Essais en vol. Le ministère des Armées souligne que cette commande « permettra de préserver une trentaine d’emplois directs dans l’industrie aéronautique ». Le passage à une flotte de quatre aéronefs permettra aussi à DGA Essais en vol « de réduire l’emprunt d’aéronefs auprès des armées et l’impact opérationnel associé ».

La dernière commande de TBM passée par la Direction générale de l’armement remonte à 2000. Elle portait sur trois TBM 700B destinés à l’armée de Terre (ALAT).

Gil Roy

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

6 commentaires

  • Gauthier

    Ils ont même pris le modèle ‘homesafe’ (à l’honneur dans le dernier HBGV 😉), la confiance règne envers les pilotes du corps technique !
    Dommage que la DGA soit servie avant les armées qui conservent leurs TBM700 et leurs Xingu… Je me sers d’abord…

  • Jean-Mi

    Tiens, j’avais emprunté l’un de ces TBM700 du temps ou ils étaient neufs, donc… Il serait temps de les remplacer non ?
    Quoique au moins, mes sous de contribuables ont été bien utilisé et les avions utilisés dans tout leurs potentiels. Bravo !

  • philippe ouvrard

    Donc, finies les liaisons en « Paris » (fort onéreuses et fort angoissantes parfois pour les chefs PN…), C 411, C 310, et même CE 43 ou HR 100!
    Bon choix de machines dont l’achat, effectivement, fait travailler l’industrie française, possédant un domaine de vol étendu favorisant de nombreuses expérimentations de systèmes.

    • Jean-Mi

      Ha oui, j’avais fait de ceux là aussi…
      J’aimais bien le Paris. Un avion d’un autre age déjà à cette époque, mais on faisait du jet… Le dernier des Morane Saulnier !
      J’ai été le dernier passager d’un paris du CEV, posé à Brétigny, avec tous les mécanos qui sortent du hangar pour saluer le retraité du jour… Pas moi… Émotion quand même, l’engin était en service depuis 40 ans, de mémoire !
      Souvenir ému d’un avion léger aux commandes, mais pas facile dans ses repères pour le jeune pilote que j’étais, car le tableau de bord rond ne donnait aucune référence de l’horizontale ! Mais avion passionnant, vivant, pas du tout clinique immaculé comme le TBM…
      Souvenir du pilote CEV en fonction en décollant avec le Paris de Cazaux, en montant péniblement, passant 8000ft alors qu’on visait niveau 200 : « Pfffff, en TBM, on y serait déjà ! »… On avait bien rit ! (enfin, lui, jaune…)

    • Stormy
      Stormy

      @P. Ouvrard :
       » finies les liaisons en « Paris » (fort onéreuses et fort angoissantes parfois pour les chefs PN…), C 411, C 310, et même CE 43 ou HR 100!  »

      Sans oublier le C 337 push-pull…..

  • Stormy
    Stormy

    Excellente nouvelle – et en plus cette fois, il ne feront pas que de la liaison, mais aussi des petits essais ou de la formation à ces mêmes essais. Comme à chaque fois que l’on commande pour notre pays des machines volantes neuves et fabriquées en France, que du bonheur – même si cela ne changera pas dans l’immédiat la vie du rédacteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.