Accueil » Le drone MQ-9 Reaper prend du galon dans l’armée de l’Air

Le drone MQ-9 Reaper prend du galon dans l’armée de l’Air
premium

A Cognac, où de nouveaux appareils sont attendus, les contractuels américains ont passé les commandes du Reaper aux pilotes français. D'autres évolutions se profilent : création d’un escadron de transformation opérationnelle et pourquoi pas d’une escadre, autonomie complète en matière de mise en œuvre et ouverture des postes aux sous-officiers. Et si, à l'image de la Grande-Bretagne, la France regroupait ses moyens de surveillance en faisant cohabiter drones et avions légers ?

11.10.2017

Traditionnellement réservée aux officiers, la spécialité « opérateur capteur » vient de s’ouvrir aux sous-officiers de toutes spécialités. Une raison de plus de regrouper sur une même base, drones et avions légers affectés aux missions ISR. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

L’escadron de drones « Belfort » dispose aujourd’hui de quinze équipages complets (pilote à distance, opérateur capteur, coordinateur tactique et opérateur image) dont quatre se relaient à Niamey pour y faire la guerre… La présence d’un drone à Cognac permet d’y conduire maintenant les actions de formation qui se faisaient auparavant à Niamey. C’est infiniment plus simple à gérer et on apprécie au sein de l’escadron « un retour à une situation plus saine ».

La France s'affranchit de la tutelle de General Atomics

L’autre nouveauté, c’est...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

8 commentaires

  • Starter

    deleùontez : les drones ne sont pas encore armés ! mais ca va le devenir ! et c’est souhaitable. L’homme dans la machine pose trop de contraintes techniques de limitation de temps de problèmes physiologiques, et la perte humaine doit être évitée… chez nous. Le monde n’a pas vocation à la paix, la surpopulation mondiale fait ses dégâts exponentiels, les conflits se multiplient, et il est de notre devoir de nous défendre, sachant que la meilleure défense est souvent l’attaque. On est loin d’une philosophie d’un monde de paix, qui tient lieu d’espoirs utopiques. Alors vive les drones. Et enfin, on va mettre des sous-officiers aux commandes, d’abord par droit et ensuite qu’ils n’auront pas besoin de subir toute la batterie de tests physiques.

  • SAUTERET

    la jeune génération ( pour moi 75 ans!) est fan du joystick donc pas de problème pour que des Sous-Officiers puissent piloter des Drones! d’ailleurs presque tous les avions de transports se pilotent avec un joystick ainsi que les chasseurs!
    une nouvelle époque depuis longtemps

  • deleùontez

    Machines volante à tous faire mais machine à tuer.

  • PIERRE

    On est pas en mesure de produire ce genre de machine en France ?
    Pierre

    • lotser68

      La question qui tue!! tout simplement parceque industriesl et surtout politiques n’ont pas été foutus de se mettre d’accord sur un programme commun ,notamment une alliance franco allemande. Ca aurait pu être un autre pays mais il faut en trouver un.. La Sagem en produisait un mais petit et pas très puissant, mais il a rendu des services.
      Alors comme ça urge maintenant , eh bien on achéte américain alors qu’on a les compétences chez nous.. Déjà qu’on a pas été capables de prévoir un successeur l’ Alpha Jet, donc on a acheté Suisse ;Qui est bien d’ailleurs ), mais on se demande pourquoi on a une construction aéronautique avec un tas d’ingénieurs capables..chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.