Accueil » Embarquement réussi pour 10 Rafale et un E-2C Hawkeye de la marine sur l’USS George Bush

Embarquement réussi pour 10 Rafale et un E-2C Hawkeye de la marine sur l’USS George Bush
premium

Le Groupe Aérien embarqué français a pris ses quartiers sur l'USS Georges H.W. Bush dans le cadre du déploiement Chesapeake. Une descente en force pour les 300 marins et pilotes français sur un porte-avions américain, à la fois historique et lourde de sens. Aerobuzz.fr a passé 24 heures à bord.

16.05.2018

Rafale à l’appontage sur l’USS Bush. Si les Rafale connaissent bien les porte-avions américains, le fait d’en déployer douze d’un coup au sein d’un groupe aérien embarqué donne à la coopération franco-américaine une nouvelle dimension. © Frédéric Lert/Aerobuzz.fr

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense.

13 commentaires

  • Arès

    Quand Stormy devient calmly, c’est un régal.

  • Pierre

    Quel magnifique symbole ! Les aviateurs français (qui ont tiré des missiles sur ordre du patron de Washington) embarqués sur le navire portant le nom du grand menteur qui a envahi l’Irak. Avec ça, on peut toujours espérer.

  • Didier

    A ce sujet il y a un article très interessant de Jacques Attali:
    http://blogs.lexpress.fr/attali/2018/05/14/nous-europeens-nous-sommes-seuls/

  • Philippe Berthon

    Bonjour,
    L’Armée de l’Air prétend que la Marine n’a pas besoin de second PA, c’est probablement assez juste. Cependant, nous avons aussi conscience que le PA est un formidable outil diplomatique…
    Sommes deux, US et France a posséder ce type d’outils avec catapultes, permettant de lourds emports. Si j’ai bien compris, les décollage via tremplin (UK, Chine, Inde, Russie) limitent les emports (il serait d’ailleurs intéressant qu’un spécialiste détaille ce point, cela doit bien se trouver parmi tous les lecteurs d’ABuzz).
    Notre second PA, devrait arriver au delà de 2030, pour remplacer l’actuel qui devrait être mis sur off vers 2040, voir au delà. L’idée est donc bien d’avoir deux PA, qui se succèdent à 20+ années d’intervalles.
    Pour ce qui concerne la communalité européenne, pourquoi pas, mais en rêve, et ce d’autant plus que les anglais, dans leur grand sagesse… ont construit deux PA à mazout et sans catapulte (des discussions furent initiées conjointement au début des années 2000, il me semble, et échouèrent assez piteusement). Donc pour les britanniques, aucune communalité avec l’US Navy et la France, seulement avec les US Marines (et leur F35). Mais il est vrai que les britanniques opted out in June 2016: Brexit!
    Le débat « PA or not PA » demeure, même si nos gouvernants se trouvent très bien d’en avoir un à disposition, sauf pendant les ITER, et rêvent d’en avoir un second, mais cherchent désespérément les sous pour le construire.

    • Ribinn

      Je tente un petit commentaire sur les catapultes versus les tremplins : 1/ le tremplin sert à orienter au dernier moment l’avion à une incidence permettant une portance significative, 2/ il faut que l’énergie cinétique obtenue sur ses seuls moteurs lui donne une vitesse suffisante pour ne pas retomber, ce qui est plus dur en lourde charge.
      La catapulte donne cette vitesse y compris pour de fortes charges.
      Attention, la catapulte n’apporte pas beaucoup de gain d’autonomie : l’énergie supplémentaire pour atteindre la vitesse nécessaire au bout du tremplin, n’est que l’équivalent d’environ 250m d’altitude.

  • a. moutet

    Et si construisait enfin une marine Européenne pour pouvoir utiliser en coopération les bâtiments Espagnol, Italien, voire même Britannique ….. et pourquoi pas en acheter un aux USA a disposition de tous les pays de l’Union Européenne ?

    • Stormy

      Le rêve habituel. Que c’est beau sur le papier !
      Faire confiance aux autres pour sa défense, en espérant qu’ils se sentent concernés par la nôtre.
      Thèse qui a en général beaucoup de succès chez les gens qui, pour diverses raisons, n’aiment pas l’Armée française ou alors sont mal à l’aise avec l’histoire de notre pays.
      L’antienne  » unis, nous sommes plus forts » fait oublier que c’est depuis que l’Europe existe vraiment que nous avons commencé à être envahis.

    • francois

      Imagine un porte avion Franco anglais… En 2003 les USA épaulé par les Anglais décident d’envahir préventivement l’Irak, la France refuse de participer… Que fait le porte avions franco-britannique ?? Les armées sont un outil de puissance aux services des politiques, il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs… Lorsque l’Europe « politique » existera la défense européenne prendra naturellement sens, faire l’inverse consisterai à avoir un « dragon » sans tête !!

  • DAUMONT

    Coopération et manque cruel d’un deuxième porte avions pour la France.

    • HG

      il y’a 3 semaines les Rafale français se sont fort bien passés de notre PA. Quand à Stormy je le trouve plutôt lucide.
      Un porte avion c’était bien il y’a 40 ans. Aujourd’hui c’est une ineptie de mobiliser près de 2000 personnes sur un navire. Les 2 dernières opérations aériennes – très contestables- de la France en Libye et Syrie se sont fort bien affranchies du PA…

      • Un commentateur

        Analyse béotienne et incomplète, un porte avions reste un outil de prédilection. Dans les 2 cas que vous citez, tous les aviateurs étaient d’accord pour dire que la corse fut le « porte avions » bien utile pour faciliter la réalisation des missions. Quand le théâtre des opérations est éloigné (on parle de véritable éloignement, pas « juste » de l’autre côté de la méditerranée), le porte avions est vital. Que l’on ne me parle pas des bases françaises en territoire étrangers, il ne faut pas oublier que toutes les missions réalisées depuis ses bases son entre guillemets soumises au bon vouloir du pays d’accueil, qui peut très bien demander à la France de faire ses bagages si ça lui chante (même si ok, c’est plus compliqué que ça, mais cela reste « vrai »).

      • Philippe

        Lybie et syrie c’est la porte à côté. N oubliez pas qu avec nos dom tom nous avons quasiment le plus grand territoire sur mer. Imagine qu il y ait un malin dans un pays quelconque qui refasse le coup des malouines mais en Polynésie ou Guyane. Le groupe naval avec porte avion sera le premier sur place pour intervenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *