Accueil » Que peut faire le Qatar de ses 84 Rafale, F-15 et Eurofighter ?

Que peut faire le Qatar de ses 84 Rafale, F-15 et Eurofighter ?

Le Qatar dispose actuellement d'une aviation de combat miniature composée à peine d’une douzaine de Mirage 2000. Demain, il alignera sur le papier sept fois plus d’avions, parmi les plus modernes au monde. Comment une force aérienne composée de 1.500 hommes aujourd'hui, peut-elle envisager, d'ici quelques années, de gérer simultanément la logistique opérationnelle propre à chacun des trois types d'avions de combat ?

25.09.2017

L'intention d'achat de 24 appareils, si elle se concrétise, serait un ballon d'oxygène inespéré pour le programme européen Eurofighter. Peut-être faut-il chercher ici un élément de réponse à l'apparente frénésie d'achat du Qatar. © Eurofighter

En moins de deux ans, le Qatar aura donc acheté 84 avions de combats à trois pays de l’Otan : 24 Rafale en mars 2016, 36 F-15QA (pour Qatar Advanced) avant l’été et donc aujourd’hui 24 Eurofighter. Dans ce dernier cas, il ne s’agit pour l’instant que d’une lettre d’intention. Le Qatar en a signé quelques autres dans le domaine aéronautique dont on attend toujours la concrétisation, mais faisons comme ci la vente des Eurofighter devait aller à son terme.

Un total de 84 avions de combat neufs

Placez donc ces commandes de 84 avions de combat dans un shaker, ajoutez les 3ème réserves mondiales de gaz et de pétrole du monde, une population de seulement 2,7 millions d’habitants et des sanctions économiques et diplomatiques imposées par des voisins pas toujours très sociables (Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Bahreïn, Egypte). Secouez le tout vigoureusement et servez d’autant plus frais qu’il fait chaud dans le désert. Le résultat est gouleyant, une peu épicé, avec une pointe d’acidité. Comme aurait dit Audiard, « y’a pas seulement que d’la pomme… »

Un ballon d’oxygène pour l’Eurofighter

Tous les commentateurs s’accordent pour écrire que la lettre d’intention pour 24 Eurofighter est une bonne nouvelle pour les partenaires du consortium, à commencer par Airbus et BAe Systems. C’est un joli ballon d’oxygène pour un programme qui commençait à s’essouffler malgré la vente l’année dernière de 28 appareils au Koweït.

Si l’opération du Qatar devait se concrétiser, la production de l’avion serait assurée jusqu’au milieu de la prochaine décennie. C’est aussi la quatrième vente dans la région, après l’Arabie Saoudite, Koweït et Oman, ce qui est un beau résultat des diplomaties britannique et italienne qui ont réussi à vendre les mêmes avions à deux camps antagonistes.

Des problèmes à la puissance 3

En vendant à l’Egypte et au Qatar, la France ne s’en sort pas trop mal non plus cela dit. Pour en savoir plus sur les dessous de ce genre d’affaire, on se référera utilement aux aventures de Tintin en Amérique latine dans l’album « l’oreille cassée »… Pince sans rire, le ministre de la défense britannique, Michael Fallon, explique que la vente au Qatar est l’occasion de faire travailler ensemble les nations du Golfe pour améliorer la sécurité dans la région.

Le Rafale a trouvé son premier client export avec l’Egypte. Sont ensuite venues les ventes à l’Inde puis au Qatar. Les premiers mécaniciens et pilotes qatariens sont actuellement formés en France, respectivement sur les bases de Mont-de-Marsan et Saint Dizier. © Dassault Aviation – A. Pecchi

Avec les Eurofighter s’ajoutant aux Rafale et aux F-15, le Qatar s’offre donc trois flottes distinctes d’avions de combat, trois chaines d’approvisionnements et de stocks, trois filières de formation. Mais aussi trois avions aux capacités et missions relativement proches avec pour chacun un radar à antenne active, une polyvalence air-air et air-sol et la capacité de mettre en œuvre des missiles de croisière.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les trois avions, F-15, Rafale et Eurofighter, se sont souvent affrontés sur les marchés internationaux. Au moins le Qatar aura-t-il servi à réconcilier tout le monde…

Cherchez la différence

La gamme des munitions associées aux différents appareils et vendues au Qatar n’est pas connue avec précision. Les deux frères ennemis, Rafale et l’Eurofighter, ont des capacités d’emport relativement similaires (bombes guidées, missiles de croisière, missile anti-navire Marte pour l’Eurofighter, Exocet pour le Rafale, missile Meteor à longue portée pour les deux…), mais aussi quelques différences : à l’Eurofighter par exemple les missiles Brimstone de MBDA, au Rafale les A2SM de Safran.

Le F-15 a également été vendu à l’Arabie Saoudite. Nul doute que la version QA vendue au Qatar emportera un système d’armes plus moderne. © Boeing

Ces différences ténues prouvent que la logique opérationnelle n’est pas l’élément moteur de ces achats. Une explication la plus répandue est que le Qatar élargit sa base de fournisseurs pour s’assurer des appuis internationaux dans la crise qu’il traverse au niveau régional. Ce serait faire bien peu de cas des leçons de l’histoire…

Le facteur humain

Reste une question essentielle, celle des hommes : quand on a une population équivalent à celle de la Bourgogne Franche-Comté, quand la force aérienne n’est forte que de 1.500 bonhommes, quand elle n’a su jusqu’à présent utiliser que mollement une douzaine de Mirage 2000, comment multiplier une flotte de combat par sept tout en introduisant simultanément trois modèles d’avions distincts et parmi les plus modernes du monde ? Réponse : on ne peut pas, sauf à faire massivement appel à des intervenants étrangers. Et encore…

Ou bien en se contentant de stocker les avions neufs dans des hangars climatisés, comme d’autres stockent leurs collections de voitures de luxe pour les faire rouler de temps à autre quand il fait beau. A Mont-de-Marsan, où sont arrivés les premiers officiers mécaniciens qataris, à Saint Dizier où sont formés les premiers pilotes de Rafale, on reconnaît à voix basse que la partie s’annonce compliquée pour Doha…

Frédéric Lert

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense.

23 commentaires

  • Collectionneur

    Quelques mois plus tard, avec l’option de 12 Rafales levés, on peut changer le titre en  »Que peut faire le Qatar de ses 96 Rafale, F-15 et Eurofighter ? » 🙂

  • Alain MOCCHETTI

    L’AVION DE CHASSE FRANCAIS LE RAFALE MOINS CHER QUE LES F22 ET F35 AMERICAINS
    Le Rafale de Dassault Aviation est un avion de combat omnirôle développé pour la Marine nationale et l’Armée de l’air françaises, et livré à partir du 18 mai 2001. À la fin des années 1970, les forces armées françaises expriment un besoin d’un nouvel avion de combat polyvalent qu’il est envisagé de développer avec l’Allemagne de l’Ouest, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie, mais les divergences de besoins, notamment la capacité d’opérer depuis un porte-avions, amènent la France à se désolidariser de ses partenaires en 1985. Le démonstrateur Rafale A vole le 4 juillet 1986 et le programme est lancé le 26 janvier 1988 : le monoplace Rafale C vole le 19 mai 1991, la version marine M, le 12 décembre de la même année, et le biplace B, le 30 avril 1993 ; le coût total du programme est de 46,4 milliards d’euros. L’avion est à aile delta et plans canard, à commandes de vol électriques et il est équipé d’un radar à balayage électronique RBE2 et de deux moteurs Snecma M88. Pour la supériorité aérienne, il utilise des missiles air-air et un canon ; en bombardement tactique, il utilise des bombes guidées laser, des missiles de croisière, des missiles antinavires, et en bombardement stratégique, un missile nucléaire. Le Rafale est une réussite technologique, c’est un avion d’avant-garde, il est à la pointe de la technologie à la différence qu’il n’est pas furtif tels que le sont les chasseurs bombardiers américains le F22 et le F35. Du point de vue coût, la chasseurs bombardiers américains sont très chers alors que la Rafale est accessible à un prix raisonnable IL aura fallu attendre les années 2010 pour que le Rafale devienne une réussite commerciale. De nombreux Pays du Golfe ont passé commande chez Dassault de Rafales, je pense à l’Egypte, aux Emirats Arabes et à l’Arabie Saoudite, mais ce n’est pas tout, l’Inde a passé commande de 126 Rafales dont une partie qui sera assemblée en Inde dans des Ateliers Jumeaux. Le Rafale possède un niveau qualité & technologie – prix extrêmement intéressants. Dans les années à venir, des Pays de l’Union Européenne vont s’équiper de Rafales qui est le Fer de Lance de Dassault. Je ne pense pas me tromper en disant que les années 2010 seront le siècle de notre cher Rafale. Suite dans une Prochaine Rubrique L’AVION DE CHASSE FRANCAIS LE RAFALE MOINS CHER QUE LES F22 ET F35 AMERICAINS. Le présent article va être publié sur le mur du Journal Facebook à DAVID MOCCHETTI, il va être aussi publié sur YouTube et sur Google, pour accéder aux Publications Google tapez (Alain Mocchetti Ingénieur) dans le moteur de recherche https://www.google.fr/ et vous accéderez à mes 6410 Publications.
    Alain Mocchetti
    Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
    Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
    UFR Sciences de Metz
    alainmocchetti@sfr.fr
    alainmocchetti@gmail.com
    @AlainMocchetti

    • Andujar

      Bonjour, avec tout le respect que je vous doit concernant votre commentaire, l Arabie saoudite n’a jamais acheter de rafales. Pour mémoire 24rafales vendus à l Égypte +12en option, 24 rafales à l’Égypte +12 en options, enfin 36 vendus à l Inde ceux qui fait un total ferme de 84 rafales vendus fermés…En ce qui concernent les négociations pour la vente de 56 rafales M à la marine indienne,36 supplémentaires à l armée de l’air indienne, 12a la Malaisie etc… Bien cordialement.

  • SAUTERET

    la maintenance sera assurée par les fournisseurs par détachement des techniciens comme d’habitude; le Qatar espère le soutien militaire des pays fournisseurs!
    souvent une grande partie des matériels ne sont pas utilisés , j’ai constaté par moi-même !
    il ne faut voir que cela donne du travail à la France, la Grande Bretagne et les USA,
    les Pays du Golfe sont de « bons » clients et c’est la seule considération qu’il faut prendre en compte!

    • Ribinn

      Oui les pays du Golfe sont intéressants, mais les particularités du Qatar font qu’effectivement il est un des seuls à ne pas avoir besoin d’utiliser tous ses équipements (voir mon commentaire plus ancien).

  • plouk

    très intéressant ….. merci Juste une question hors contexte . L Allemagne a revendu une part de ses eurofighters à l’Autriche, l’Angleterre à l’Arabie Saoudite . Je constate que les 2 ventes récentes d’eurofighter ont été effectuées par 2 pays ayant des intérêts dans le F35 .Aussi je me demande si ceux ci ne seraient pas en train de refiler à d’autres leurs eurofighters tranche 3 pour se recentrer sur le F35 n’augmentant pas ou peu par la même les quantités d’avions produites ? Avez vous des infos sur cette question?

  • Ribinn

    La crainte du Qatar, tout petit pays riche, est de se faire envahir par ses voisins souvent borderline, sans réaction internationale. Dans les 3 achats, il y a d’abord la recherche d’un accord de sécurité censé apporter une promesse d’intervention si attaqué.
    Pas vraiment besoin de savoir utiliser les F15 puisque les US leur demanderont de rester au sol pour dégager l’espace s’ils interviennent et, s’ils n’interviennent pas lors d’un conflit par exemple avec les saoudiens, ils sauront verrouiller les avions depuis Washington.
    A l’inverse, il vaut mieux qu’ils sachent utiliser les Rafale d’une part parce que la France a moins de capacité d’intervention et ensuite parce que Paris s’engage à ne pas disposer de moyens pour verrouiller les avions de ses clients.
    En plus, Paris aide généralement ses clients à participer à des forces de coalitions. Une participation à une coalition n’a rien de secondaire car ça sensibilise les opinions publiques des pays vendeurs en perspective d’une invasion.
    Il reste le cas des Eurofighter : une intention de commande répond largement à l’objectif de sensibiliser les opinions publiques … des 4 pays du consortium.
    En conclusion, opérationnellement, ils n’ont besoin que du Rafale.

    • François

      De quels moyens disposent précisément les américains pour « verrouiller » les appareils de leurs clients ? Ce sujet est souvent évoqué, comme par exemple les F-16 égyptiens qui auraient été « bloqués » par les Etats Unis, ce qui aurait poussé l’Egypte à acheter des Rafales. Mais on ne précise jamais de quelle manière ce verouillage de la part des USA peut se faire. Un blocus des pièces détachées ne peut pas bloquer instantanément une flotte d’avions, une armée dispose tout de même de certaines réserves.

      • Ribinn

        Le moyen le plus connu consiste à ne pas autoriser le téléchargement des dernières bibliothèques de menaces.
        Pour leurs clients export (sauf sans doute Israël), les bibliothèques sont chargées depuis Washington : difficile de partir à la guerre avec des bibliothèques dont on n’est pas sûr car les contre mesures ne marchent bien qu’en utilisant les données connues des menaces.

        Il se dit aussi que certaines armes de ces pays sont stockées sur place mais dans “un magasin” contrôlé par du personnel US.

        La France vend les Rafale en laissant l’accès, voire la possibilité de modifier les bibliothèques.

    • EFFAIGE

      En cas de pénurie de pilote réellement opérationnels quataris,  » Paris  » dépêchera des pilotes directement opérationnels sous cocardes quataris …….. peut-être limitée à interventions sous le FL 310, qui sait ?????

      • bdd13
        bouduleblé

        La pénurie de pilotes opérationnels est aussi à chercher dans nos propres rangs !

      • bdd13
        Bouduleblé

        @EFFAIGE : La pénurie de pilotes, c’est surtout dans l’Armée de l’Air !

      • Collectionneur

        Ce n’est pas aussi impossible que cela en à l’air, des pilotes français ont participé à la campagne de Suez avec leurs avions sous cocardes israéliennes, et durant la guerre Iran Irak, on susurre que des pilotes de Super Etendarts n’ont pas fait que de la formation en Irak.

  • CaptainDangeax

    Je ne partage pas votre point de vue Alain Ménargues. Si les 3 avions sont relativement similaire, ils sont plus différents que ce que l’article veut bien dire. Par exemple, en combat rapproché, le Rafale est imbattable sous les 31000 pieds. L’Eurofighter ne vaut rien en attaque au sol, c’est un intercepteur de haute altitude. Quant au F15, même modernisé, il accuse le poids des ans, sa force est plutôt dans le fait qu’il est américain et donc peut emporter les armements de l’oncle Sam.

  • Alpha

    Analyse très intéressante, pleine de bon sens et piquante comme on les aime.

    Une petite remarque néanmoins : « à Luxeuil où sont formés les premiers pilotes de Rafale » : n’est-ce pas plutôt à St Dizier ? (comme cela est dit plus haut)
    Il me semble que la base franc-comtoise n’héberge que des Mirage 2000(-5)…mais peut-être aussi ponctuellement des Rafale pour la formation ?

    • Frédéric Lert
      Frédéric Lert

      Bonjour Alpha,
      Vous avez bien raison, je me suis encore mélangé les pinceaux entre Luxeuil et St Dizier (faute corrigée).. Pour faire chic je me dis que c’est un lapsus calimi mais dans le fond je suis très inquiet. Je suis à Bordeaux mais la géographie, qui place les deux bases quelque part dans mon nord-est, n’explique pas tout. J’ai bien peur de vieillir…

      • lotser68

        Quelque part dans le Nord Est???????! voila où on en est avec l’enseignement de la géographie laissé à vau l’au depuis des années..Et les nouvelles régions ne vont pas arranger l’affaire…mais enfin pour un journaliste…..
        SL

  • Alain Ménargues

    Article très pertinent d’un connaisseur. Dommage, par manque de place sans doute, qu’il ne soit pas évoqué l’aspect diplomatique. Sur ce terrain (si étroit) ces avions n’auraient aucune efficacité qu’elle que soit la qualité des pilotes, par contre, ils représentent un atout politique de poids entre les mains du Qatar vis à vis des pays fournisseurs. Une manière très insistante de dire « service pour service, le mérite est à celui qui commence » (Zmil bez mil wel-fadl lel-bade)

    • Vladimir_K

      Je ne pense pas que Monsieur Lert ait manqué de place, je pense plutôt qu’il joue avec subtilité sur la limite de ce qui est le champ d’intérêt/compétence d’Aérobuzz – qui est l’aéronautique – sans trop se risquer sur l’aspect politique, qui peut être très « casse-gueule », même si nous devinons le point que vous évoquez. Cette prudence est tout à son honneur.

    • Stormy

      Mr Ménargues, avec les raisons « diplomatiques  » on peut tout justifier, même l’indéfendable (c’est comme avec les avocats, les deux professions partageant de nombreux points communs, dont celui de ne pas être passés par les écoles scientifiques) Les lois de l’aéronautique et du militaire sont comme les lois de la physique, ça passe ou ça ne passe pas. Ici pas la peine de tourner autour du pot, ou de dire « ça sera compliqué » … ça ne passera pas !
      Ils ont un tas d’argent, vraiment un tas, donc ils ne pensent même pas à se servir de ces avions une fois livrés dans 5 ans voire plus. Ils voient à très courte vue (pour une fois !) et cherchent à se concilier les pays vendeurs. D’abord le Qatar dans sa forme actuelle sera-t-il toujours là d’ici là ? Ce pays a déjà eu deux coups d’état dans sa courte existence, et a toujours eu recours à des mercenaires de différents pays depuis tout ce temps, pour sa petite flotte de Mirage F1 suivi de sa non-moins petite flotte de 2000-5 (et sans parler des hélicos ou de l’entrainement) Et je sais de quoi je parle …
      Bref, si on leur fait sauter leur pays, ils auront perdu leur argent de toutes façons (sauf la part mise à l’abri dans tous les coffres de la planète) alors pour eux ça passe ou ça casse
      Et c’est fort embarrassant pour notre pays de continuer comme avant à être les meilleurs amis du monde avec le Qatar et les Emirats, en disant  » ça va s’arranger  »
      L’espoir fait vivre.
      Enfin tant que les chèques tombent chez nous, ce n’est pas bien grave …

      Mr Lert, merci pour votre article de qualité qui compense l’illetrisme de la presse main-stream … et bien vu pour  » l’Oreille cassée « , c’est tout à fait ça !

      • lotser68

        Mais bien sur, comment peut on etre naif au point de ne pas penser que ce qui les interesse c’est d’étre potes avec tout le monde…avec au passage une petite précaution s’il y avait un embargo d’un des vendeurs un jour.. ça leur en toucherait une sans bouger l’autre, c’est arrivé à d’autres.. Ils ont compris.
        Au pire les avions ils s’en foutent, ils arriveront à trouver de mercenaires bienveillants (si si ça se fait) pour les piloter avec un super pactole à la clef. Et ils n’auraient pas de pilotes sous entrainés eux..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.