Accueil » La formation des équipages du drone MQ-9 Reaper rapatriée à Cognac

La formation des équipages du drone MQ-9 Reaper rapatriée à Cognac
premium

Deux drones MQ-9 Reaper supplémentaires sont arrivés (en caisses) à Niamey dans les dernières heures de 2016. La France dispose désormais de cinq appareils de ce type, tous utilisés depuis le Niger dans le cadre de l'opération Barkhane. Avec l'arrivée prévue d'un sixième appareil à Cognac à la mi janvier, l’armée de l’air pourra en outre entraîner ses équipages en France et ainsi gagner en autonomie vis-à-vis de l'américain General Atomics. Encore faut-il réussir à convaincre les aviateurs de prendre les commandes de ces drones…

10.01.2017

La maintenance et les phases de décollage et atterrissage sont sous la responsabilité de contractuels appartenant à General Atomics. L’armée de l’Air attend avec impatience de pouvoir prendre la main sur ces opérations… © Frédéric Lert/Aerobuzz

Les premiers MQ-9 Reaper étaient arrivés au Niger en janvier 2015, pratiquement deux ans auparavant jour pour jour. Quand les deux appareils tout juste réceptionnés seront remontés et testés au sol et en vol, l’armée de l’Air disposera donc de cinq Reaper aux couleurs de l’escadron de drone 1/33 Belfort.[caption id="attachment_52315" align="aligncenter" width="700"] L’armée de l’Air dispose à présent de cinq M9 Reaper à Niamey. Un sixième rejoindra la France d’ici quelques jours. L’objectif...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

10 commentaires

  • G LESCALUP

    A Tangopapa.
    Vous avez raison de soulever cette question. L’air est à tout le monde et vouloir le commercialiser ou le militariser (ici ce sont des civils qui font la guerre, sans débat gouvernemental) me semble être une dérive inadmissible. On nous enferme de plus en plus dans des contraintes invraisemblables alors qu’on peut poser le problème à l’envers: l’espace est libre, aux professionnels (qui ont les moyens) de respecter à tout prix la liberté.
    Et qu’on arrête avec des mots galvaudés comme sécurité, normes, secret,….

  • Claude Guibert

    Question : pourquoi les commentaires postés ne sont-ils pas présentés à la lecture dans l’ordre de leur heure d’émission? mais dans un ordre qui apparaît pour le moins « aléatoire »? Est-ce un avantage « premium »?

    • martin

      Bonjour monsieur,

      Les commentaires sont classés dans l’ordre inverse de leur date de parution : les plus récents d’abord. Cela permet aux visiteurs / commentateurs de voir les derniers messages et d’y répondre.

      Si vous répondez directement à un commentaire et non à l’article, votre réponse ira se loger sous le-dit commentaire pour permettre une lecture plus logique.

      Le fonctionnement est bien entendu le même pour tout le monde ! 😉

      J’espère avoir répondu à votre question.

      Très bonne journée,
      Martin.

      • Claude Guibert

        Bonsoir,
        Je résume ce que j’ai compris :
        1) Je désire faire une observation à propos de l’article lui-même, je déroule tous les commentaires présents et trouve en toute fin de cette liste l’onglet « laisser un commentaire » que j’actionne… Ce post vient se loger en premier de la liste!
        2) Je désire faire un commentaire sur un post déjà existant, j’actionne d’abord directement l’onglet « Répondre » situé en fin du dit commentaire précis puis ,à la fin de la rédaction de mon commentaire j’actionne l’onglet « laisser un commentaire » pour l’envoyer.

        Puis-je faire observer cependant que le dernier commentaire posté aujourd’hui 11/01 à 11 h 28 par G LESCALUP, – positionné en premier sur la liste des commentaires – répond à un commentaire de Tangopapa qui lui est en queue de tous les commentaires car daté du 10/01 à 19 h 38… curieux?
        c’est vrai que ce commentaire de Tangopapa est le seul à ne pas comporter d’ailleurs d’onglet « Répondre ».
        Je ne suis donc pas le seul a priori à ne pas avoir tout compris… mais je vais certainement m’améliorer…
        Merci de vos conseils et bonne année.
        claude

  • anemometrix

    Quelqu’un aurait-il le rapport d’un crash d’un drone US lors d’une approche.
    A la lecture on croirait qu’il s’agit d’un avion traditionnel, avec pilote PF et copi PNF …
    … et au final un coupable … devinez qui ?…

  • claudeguibert

    Donc après 2 ans d’exploitation (janvier 15 à janvier 17), nous n’aurions encore aucun pilote de drone français lâché décollage et atterrissage sur Reaper, mais uniquement des « pilotes de croisière »?????? merci de confirmer ou d’infirmer!

    • Frédéric Lert
      Frédéric Lert

      Bonjour,
      La mise en oeuvre des appareils au décollage et à l’atterrissage par du personnel de general Atomics, qui assure également l’entretien des appareils, faisait partie du contrat initial passé avec Washington en 2013. Pour pouvoir prendre la main sur les phases de décollage et atterrissage, les Américains demandaient un niveau d’expérience minimum (600 heures d’opération sur l’appareil je crois) que les pilotes à distance n’avaient pas à l’époque bien entendu. Mais ce niveau d’expérience est maintenant atteint et les choses vont pouvoir changer. Pour la partie maintenance, il serait également étonnant que la sous traitance à GA continue éternellement, l’armée de l’air ayant bien entendu toutes les compétences pour prendre le relais. Tout est affaire de (re)négociation des contrats… Pour répondre à GDN21, la présence de civils sur les théâtres d’opération n’est pas une nouveauté… Pour ce qui concerne le Reaper, la mise en oeuvre des appareils (qui plus est armés !) de la RAF au sol à Kandahar était faite par des civils de General Atomics qui manipulaient gaillardement GBU-12 et missiles Hellfire… Dans le Sahel, plusieurs appareils de surveillance civils loués par les armées sont aujourd’hui mis en oeuvre par des équipages civils. Et si on remonte un peu plus loin dans l’histoire, on se souviendra de cet équipage de la CAT (faux nez de la CIA) qui fut abattu en C-119 sur Dien Bien Phu…
      Frédéric Lert

  • GDN21

    Décollage et atterrissage par des contractuels de General Atomics ?
    Dois-je comprendre que des civils opèrent sur des théâtres d’opérations ?!

    • Jean Louis

      Non, ils laissent ensuite la main aux opérateurs militaires français. On passait vraiment pour des guignols à ne pas pouvoir décoller et faire atterrir nos propres drones, mais c’était dans le contrat. Il était temps que ça change.
      Avec l’arrivée des Pilatus et des nouveaux Reaper, ça bouge à la 709, ça va nous changer des vrombissements des vieux TB30 qui volent sans échappement

      • tangopapa

        Et bientôt, l’aéro-club va pouvoir fermer ses portes avec toutes les contraintes qui vont suivre l’arrivée de ces nouveaux « avions »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.