Accueil » L’inde passe au super Jaguar

L’inde passe au super Jaguar

En attendant le Rafale et le T50, l’Inde a décidé de moderniser ses 120 avions de combat Jaguar datant des années 80 aux standards du 21ème siècle. Commandes de vol électriques, écrans multifonctions MFD et d’un nouveau système d’arme pour l’avion franco-britannique. Un pari osé…

2.10.2012

Après avoir modernisé ses MIG 21 Fishbed, MIG29 Fulcrum et entamé la prolongation de ses Mirage 2000, New Delhi s’attaque cette fois à ses avions d’attaque Jaguar.
Et le moins que l’on puisse dire est que la firme indienne HAL (Hindustan Aeronautics limited), principal avionneur du pays, ne lésine pas sur les moyens pour redonner une nouvelle jeunesse à ce vétéran. Des modifications fondamentales qui reviennent pratiquement à construire un nouvel avion.

La principale modification concerne les commandes de vol. A l’instar des appareils conçus dans les années 70, le Jaguar est doté de commandes de vol hydrauliques conventionnelles. En clair quand le pilote actionne le manche, les ordres sont directement transmis aux gouvernes via un circuit hydraulique. Plus pour longtemps, désormais le Jaguar sera piloté via des commandes de vol électriques redondées. Pour comprendre l’audace d’une telle décision, il faut savoir qu’en règle générale un avion de combat est conçu autour de ses commandes de vol électriques.

Les bénéfices attendus portent entre autres sur une plus grande facilité de pilotage, et une sécurité accrue de l’avion. Désormais il sera plus difficile de sortir de l’enveloppe de vol normale du Jaguar tout en exploitant au maximum les possibilités d’évolution de ce vétéran.

Mais ce n’est pas tout, le travail du pilote pendant les vols de longue durée sera facilité grâce à l’adoption d’un pilote automatique dernier cri tandis que les instruments classiques cèderont la place à des écrans multifonctions MFD en couleur. Pour couronner le tout, une nouvelle visualisation tête haute affichera les informations relatives au pilotage, à la navigation et aux différents modes de combat.

L’ergonomie n’a pas été oubliée puisque les différentes commandes de l’avion sont regroupées sur le manche et la manette des gaz selon le concept HOTAS.
Les ingénieurs indiens auraient pu s’arrêter là mais ce n’est pas le cas…

La cellule recevra un nouveau système d’autoprotection dont la chaine de réception et d’analyse comprend des détecteurs radar, laser et optroniques, elle présentera en temps réel au pilote l’environnement électromagnétique du biréacteur afin de mieux éviter les menaces adverses. La partie dédiée au brouillage assurera la protection contre les menaces sol-air et air-air modernes. Elle repose principalement sur une nacelle d’autoprotection emportée sous voilure capable de brouiller plusieurs menaces simultanément. Elle sera utilisée en conjonction avec des leurres remorqués. Ces leurres remorqués ont pour fonction de renforcer les capacités de leurrage de l’avion face à des missiles à guidage radar air-air ou sol-air. En dernier recours, le fameux « end game » en jargon de pilote, le leurre se sacrifie en attirant à lui le missile adverse, préservant ainsi le porteur.

Le nouveau système sera compatible avec les nouveaux moyens de communication et la mise en œuvre de pods de brouillage offensifs. Ces nacelles de brouillage à forte puissance et à large bande sont destinées à ouvrir un corridor électronique en neutralisant des menaces adverses, le temps qu’un raid d’attaque « ami » les franchisse. Les câblages et la panoplie d’armements seront également revus de fond en comble puisque les forces armées indiennes évaluent de nouvelles munitions air sol à guidage laser et GPS ainsi que des missiles anti radar. Des armes qui s’ajoutent aux missiles de combat aérien emportés sur l’extrados…

Pour couronner le tout, New Delhi discute avec Rolls Royce de l’installation de moteurs plus récents et plus puissants. La motorisation a, de tout temps, été le seul véritable point faible de cet appareil polyvalent regretté par de nombreux pilotes sur le vieux continent.

Ainsi modernisé le vénérable Jaguar se rapprochera des performances d’un F/A 18 dans sa polyvalence et sa modernité, le temps d’attendre l’arrivée d’un autre biréacteur qui sera produit sous licence lui aussi : le Rafale.

Reste qu’un tel programme de modernisation, qui revient à peu de choses près à refaire un avion neuf souligne la robustesse de la cellule, mais laisse planer de sérieux doutes sur la viabilité économique d’une telle démarche. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette démarche. La première est sans doute qu’avec le Mirage 2000, le Jaguar est un des piliers de la dissuasion nucléaire indienne puisqu’il est capable d’emporter une arme nucléaire tactique sous son ventre. Il y aussi la farouche volonté indienne de maitriser et d’appliquer les technologies aéronautiques les plus avancées tout en maintenant la crédibilité d’un parc d’avions de combat qui tarde à se renouveler. Enfin à New Delhi comme ailleurs, on l’a bien compris : en matière d’avions de combat militaires la quantité est une qualité en soi.

En France, le retrait des Jaguar de la base de Toul a marqué la perte de certaines capacités telles que les missions antiradar et le brouillage d’accompagnement, les missions, d’attaque au sol et de frappe nucléaire tactiques étant confiées à d’autres plateformes.

La rédaction

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Martin R.

chez Aerobuzz.fr
Martin R. est le développeur et webmaster d’Aerobuzz depuis sa création en 2009. Développeur de formation, il a fait ses classes chez France Telecom. Il lui arrive d’oublier ses codes le temps de rédiger un article sur un nouveau produit multimedia ou sur un jeu.

10 commentaires

  • Maverick

    L’inde passe au super Jaguar
    Mis à part les qualités de la cellule, les besoins opérationnels (continuité des missions assurées par l’avion, recyclage des matériels et des personnels, etc.) et l’aspect sentimental … L’Inde fait probablement le calcul stratégique d’une consolidation de ses compétences industrielles, dans la perspective des transferts de technologie qui accompagneront le Rafale. Il ne faut pas se leurrer; HAL entend bien à terme jouer dans la cour des grands …

  • le barbu

    L’inde passe au super Jaguar
    La modernisation ne portera plus que sur 119 machines car ils en ont perdu un la semaine dernière.

  • jeanpierre78

    L’inde passe au super Jaguar
    Je suis très choqué par la grosse erreur dans le commentaire sur les commandes de vol, erreur assez classique de la part des journalistes.

    En effet que les commandes vol soient classique ou électriques, l’hydraulique ne sert qu’à apporter l’énergie pour faire fonctionner les servo-commandes qui actionnent les gouvernes.

    La différence entre les commandes de vol classiques et électriques se situe de la manière dont les ordres sont tranmis du pilote vers les servo-commandes :
    avec les commandes de vol classiques, il s’agit de bielles rigides dule manche et du palonnier jusqu’aux servo-commandes, avec des systèmes de restitution d’efforts, des trims et au besoin des démultiplicateurs non linéaire.
    avec les commandes de vol électriques, les ordres, au niveau du manche et du palonnier, sont repris par des capteurs électriques et transmis aux servo-commandes au travers de calculateurs électroniques.

    Un ancien du Jaguar

  • METRO 502

    L’inde passe au super Jaguar
    Le JAG , une belle « bête » qui n’a laissé que de bons ouvenirs à ses utilisateurs.Pourquoi ne pas le moderniser ? Fiable en general ,il ne pechait que par sa puissance un peu juste surtout lors des ravitos en altitude……..Belle fin de carrière.

  • Olivier Caillol

    L’inde passe au super Jaguar
    le Mirage III NG avait des commandes de vol électriques. Elles n’apportaient rien car l’avion n’avait pas été conçu pour cela.

  • Cuicui

    L’inde passe au super Jaguar
    Vers le 1er Avril , j’aurai cru à une blague!!!!!

  • hotel bravo

    L’inde passe au super Jaguar
    Bonjour,
    je suis d’accord avec Icaer4
    le jaguar est un (bel) avion qui rempli parfaitement sa mission.
    les indiens ont raison selon moi.

  • TIPLOUF83

    L’inde passe au super Jaguar
    Le jaguar, un bon avion homogène bien que sous motorisé mais qui a « fait le job » pendant la guerre froide. Sa cellule légère ses deux canons de 30 mm et sa rusticité en faisaient un véritable « avion de pilote » apte à toutes les missions. L’inde ajoute en plus à sa panoplie un casque HMSD, par contre il semble que Rolls Royce préfère moderniser les moteurs existants au lieu de proposer un ADOUR plus puissant
    du coup l’Inde pourrait se tourner vers des moteurs américains F125….

  • Icaer4

    L’inde passe au super Jaguar
    Pas tant osé que cela.
    Le Jaguar est un appareil exceptionnel qui a fait la preuve de sa robustesse et de sa capacité à encaisser les coups sans broncher. Je ne suis pas certain que les appareils modernes en soient capables. Il est parfaitement adapté aux missions qui lui ont été confiées. La réflexion des Indiens et peut-être plus opérationnelle qu’économique…

  • Manu

    L’inde passe au super Jaguar
    Bonjour,
    J’avoue quand lisant cet article c’est hallucinant le cout que doit etre une telle refonte de l’avion.
    Moderniser le Jaguar en attendant le Rafale, oui je suis d’accord mais là à completement tout refaire c’est fou.
    C’est un pari risqué quand même mais bon, souhaitons leur bon courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.