Accueil » Défense » La France anticipe le développement du futur Hélicoptère Interarmées Léger H160M

La France anticipe le développement du futur Hélicoptère Interarmées Léger H160M

Le futur hélicoptère interarmées léger (HIL) qui équipera à partir de 2026 les trois armes sera baptisé « Guépard » par les forces françaises. © E. Raz / Airbus Helicopters

Le ministère des Armées n'a pas attendu le salon du Bourget pour annoncer qu'il donnait un coup d'accélérateur au programme de l’hélicoptère interarmées léger (HIL). Le H160M gagne ainsi un an et les forces armées françaises aussi…

La ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé le 27 mai 2019 l’anticipation du lancement de l’hélicoptère interarmées léger (HIL) en 2021. Le lancement du programme HIL, pour lequel le H160 d’Airbus Helicopters a été retenu en 2017 comme plateforme unique, était initialement prévu en 2022 par la Loi de Programmation Militaire actuelle. Cette anticipation va permettre d’avancer la livraison des premiers appareils H160M à l’armée française en 2026.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

10 commentaires

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(11) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Ce H160 « tuning » capable de tout mais bon a pas grand chose d’opérationnelle
    A qui profite la conception de ce vecteur ??
    A garder les 5 pales et le fenestron…. Repartir d’une feuille blanche pour les contraintes allant de l’infiltration de commandos ( capacité 12 pax) à la lutte anti-navire voir anti-sous marine, l’interception aérienne , l’appui-feu et le secours par héli-treuillage.

    Répondre
  • Le problème avec ce genre de programme, c’est que si on construit un oiseau marin, il sera un peu plus lourd et un peu plus cher, mais malgré tout plutôt apte à opérer à terre. A l’inverse, si on « marinise » un oiseau terrien, c’est le cauchemar pour la maintenance marine, surtout sur voilure tournante qui génère ses propres embruns. Corrosions de toutes sortes en perspective, même sur avion « très modernes » en plastique, titane ou carbone (cathode de la vieille pile Wonder)
    « Le pauvre paye toujours deux fois » (DF)
    HYB

    Répondre
  • par Martial DAUPHIN

    Je partage complètement !
    J’ai l’impression que une fois de plus les militaires n’ont pas été associés dans l’étude de cet appareil. J’entend militaire , ceux qui ont volés en OPEX.
    En 2019 le Tigre vole toujours accompagné « voir protégé » par une gazelle.
    Le NH 90 n’offre pas plus de capacité d’emport que le super Puma.
    Le H160, c’est finalement un « tuning » Panther.
    Hélas avec son train bas il a une hauteur de fuselage dont on reparlera en Opex.
    Bien sur c’est plus cher à l’achat, et à l’entretien.
    Plus fragile et difficile à entretenir et réparer au quotidien.
    Ils nécessitent des mécaniciens particulièrement bien formés et bien « câblés » en début de formations.
    En général la technologie qu’ils proposent est évidement un plus en OPEX, nos ingénieurs sont des bons; mais lorsque je note la disponibilité des Tigres, encore faut t’il qu’ils volent pour que l’on en profite !
    C’est tout un équilibre lorsque l’on manque de moyens.
    Heureusement qu’il y a encore les Gazelles de technologie de 1975 et pas mieux pour les Pumas pour surseoir à l’indisponibilité chronique de nos Supercopter.
    On verra pour celui-ci !

    Répondre
    • Bien sûr que les militaires n’ont pas été associés, il n’y a eu que des gratte-papier de l’industrie et de l’administration, parce qu’ils savent mieux que tout le monde.

      Et la disponibilité des Puma est bien meilleure que celles des NH90, c’est bien connu.

      Quand au H160, Airbus Helicopters a investi quelques centaines de millions juste pour « tuner » son hélico, il n’y a rien de nouveau, d’ailleurs, il n’y avait rien besoin de changer au Dauphin, qui se vend tellement bien face à ses concurrents….

      Répondre
  • Une belle machine pleine de promesses

    Répondre
  • Cet hélicoptère inter-arme léger n’a qu’un seul défaut, et il est de taille : il n’est pas léger, justement – remplacer des Fennec/Ecureuil ou des Gazelles par cette chose certes belle et impressionnante, mais qui coutera forcément bien plus cher, se traduira mécaniquement par une diminution des machines en parc. Et on ne me fera jamais croire qu’un hélico perfectionné fera le travail de deux voire trois hélicos plus légers.
    Pour mémoire et vous aurez tout compris : Fennec 1.2 à 2.3 tonnes, Gazelle 1.1 à 1.9, Alouette III pareil, et votre H160M …. de cinq à six tonnes !
    Et moi qui avait cru naïvement pendant des années que le Tigre était pour remplacer les Gazelles ! Bon, cela fera travailler l’industrie, ça c’est sûr, c’est pareil dans la construction navale en ce moment avec les frégates dont on multiplie les modèles(encore Le Drian avec sa Bretagne) et pour les avions de combat…. on sait tous ce qu’il en est. Il est plus important de faire tourner l’industrie que de d’équiper les Armées !

    Répondre
  • Sept ans pour militariser un hélico qui sera certifié en civil dans moins d’un an :
    Manque de ressources , d’argent ou difficultés techniques liés aux nombreuses missions à couvrir par une seule plateforme ?
    Je croyais que le Guépard était un animal rapide , son accélération au départ semble plus problématique mais en France on a des idées de communication mais pas de budget

    Répondre
    • par michael tolini

      On demande a un aeronef civil de voler en toute securite. Un aeronef militaire est une panolpie d’armes qu’il faut integrer, ce n’est pas pour rien que l’on designe le plus souvent un avion militaire come un systeme d’armes. Tout ca prend beaucoup de temps et de ressources. Prenez par exemple le F35 qui a vole voici une quinzainne d’annees, il entre a peine en service …

      Répondre
      • par Azub Tricon 06

        Avec les fonctionnaires tout prend du temps parce que tout le monde veut apporter la preuve de son existence. Et bien souvent c’est simplement le pouvoir de dire « NON ».

        Alors tout traîne.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(11) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(11) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.