Accueil » Défense » L’USAF teste le ravitaillement en vol en monopilote

L’USAF teste le ravitaillement en vol en monopilote

Le KC-46A décolle le 25 octobre 2022 pour son vol en monopilote. L’idée de faire voler un tel appareil avec un seul pilote fait peu de cas du principe essentiel et de bon sens du contrôle mutuel entre deux pilotes. © US Air Force

L’US Air Force annonce avoir réalisé deux missions d’entraînement à bord d’un avion-ravitailleur KC-46A Pegasus avec un équipage réduit à un seul pilote et un opérateur de ravitaillement en vol. Une expérimentation qui a de quoi laisser perplexe !

Le 25 octobre 2022, un Boeing KC-46A Pegasus du 22nd Air Refueling Wing de la base de McConnell a réalisé deux missions d’entrainement avec un seul pilote aux commandes accompagné d’un  « boomer » (opérateur de ravitaillement en vol). Un pilote instructeur était également présent dans le cockpit, mais uniquement pour assurer la sécurité des vols.  L’équipage habituel est de deux pilotes et un « boomer » en temps normal.

Le premier vol du 25 octobre a simplement consisté en une navigation. Le deuxième a inclus également des phases de ravitaillement en vol, pour recevoir et donner du carburant. « Le vol avait été préparé au simulateur et un deuxième KC-46A était également engagé à proximité avec un équipage complet pour porter assistance en cas de besoin. », précise l’Air Force.

Toujours selon l’US Air Force, cette expérimentation a été conduite pour répondre à deux scénarios possibles : une évacuation rapide des avions d’une base aérienne menacée par des tirs de missiles, ou bien la conduite de missions très longues avec un équipage de deux pilotes se relayant aux commandes. Dans un cas comme dans l’autre, on est dans le scénario d’un affrontement direct avec la Chine.

Cette expérimentation laisse tout de même perplexe et est loin de faire l’unanimité au sein de l’Air Force, alors même que celle-ci se débat encore dans les difficultés de mise au point de l’avion et de son système de contrôle à distance de la perche de ravitaillement en vol. Même si le KC-46A permet en théorie à un seul pilote de le contrôler, tout milite aujourd’hui pour le maintien de deux pilotes (alors que les navigateurs ont déjà été débarqués des équipages) qui doivent piloter, naviguer, gérer les rendez-vous, les réserves de carburant, garder un œil sur la situation tactique, parfois assurer des relais de communication, le tout dans un espace aérien pouvant être très encombré avec la mise en place de véritables « trains » de ravitailleurs.

Frédéric Lert

Frédéric Lert

Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.