Accueil » Premier ravitaillement en vol pour le drone MQ-25 Stingray de Boeing

Premier ravitaillement en vol pour le drone MQ-25 Stingray de Boeing

C’est une première pour Boeing, pour l’US Navy mais aussi pour l’aéronautique mondiale : le 4 juin 2021, le prototype du drone MQ-25 a ravitaillé en vol un F/A-18 Super Hornet de l’US Navy. Le futur est en marche…

8.06.2021

Le MQ-25 a été conçu en premier lieu pour soulager les Super Hornet dans les missions de ravitaillement en vol. Mais il est fort possible que le drone soit également mis à contribution à l’avenir dans les missions de reconnaissance, de surveillance ou même de lutte anti-surface. © K. Flynn / US Navy

En 2012, un drone RQ-4A Global Hawk en avait ravitaillé un autre en vol et c’était déjà un bel exploit ! Trois ans plus tard, le drone X-47B s’était quant à lui ravitaillé de manière autonome sur un Boeing 707. Une nouvelle étape est aujourd’hui franchie avec un premier transfert de carburant entre le drone MQ-25 et un  chasseur F/A-18 Super Hornet. [caption id="attachment_7872959" align="aligncenter" width="1000"] Le drone d'essai Boeing MQ-25 T1 entre dans...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

2 commentaires

  • Aff le loup

    Ok, c’est la première fois, mais arrimer des engins automatiques entre eux, un engin commandé par son pilote à un engin automatique, bref on sait faire depuis les programmes lunaires des années 60, non !
    Seule chose à constater c’est qu’il n’y aura pas de boomer pour aider le pilote short petrol à enquiller le panier !

    • Stormy

      Euh… quand on est short petrol* et qu’il faut enquiller à tout prix, je ne vois pas trop ce que le boomer peut faire, c’est à vous et à personne d’autre de réaliser le contact à la main (à moins que vous ayez des billes que je n’ai pas) et vous avez bien sûr remarqué qu’on évoque ici le procédé « US Navy » de ravitaillement, de surcroit identique à celui de notre Armée de l’air.
      L’autre système – la perche que le boomer introduit dans votre dos** – est effectivement plus facile pour le pilote, et là le boomer a son rôle à jouer. Mais ce n’est pas celui expérimenté ici, tout simplement.

      Dans l’espace – que vous évoquez à titre de comparaison – il n’y a pas de turbulences (vu qu’il n’y pas d’air, pour ceux à qui il faut tout expliquer)

      Plus de boomer – donc on pourra désormais faire des barriques autour du tanker si on arrive un peu vite, vu qu’on ne vous voit pas ? (oui, car c’est bien sûr interdit, les équipages des ravitailleurs n’aimant pas à juste raison***)

      (*) je vous fais grâce de mes souvenirs personnels
      (**) je sais
      (***) quelques accidents célèbres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.