Accueil » Heureux copter

Heureux copter

par Gil Roy

En 2021, plus d’un hélicoptère civil sur deux livrés dans le monde est sorti des lignes d’assemblage d’Airbus Helicopters. Les hélicoptères aussi ont fait le job ! Au même titre que les avions commerciaux, les voilures tournantes ont participé au redressement spectaculaire du groupe aérospatial européen après le cataclysme de 2020. Well done !

Au passage, Airbus...

6 commentaires

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Sacré Gil, toujours imprégné d’images ! Tu n’hésites même pas à donner aux B.D. une place royale dans l’écriture. Alors Jet Ranger, moi je veux bien, mais l’Alouette, gentille Alouette, elle ne s’était pas fait plumer, hein ? Reviens à tes boîtes Heller !

    Répondre
  • Délicieux jeu de mots ! Je crois que Gil a été journaliste pour un volatile palmé, dans une vie antérieure.
    Dans cette ambiance de crise du Covid, peu de gens réalisent les fluctuations terribles qu’a subi le marché des hélicoptères, notamment légers, les quelques années d’avant.
    A l’autre bout de la gamme, côté pistons, le marché est passé de 1000 appareils en 2008 (référence haute) à 200 en 2009, puis 500 en 2016 et… 160 en 2019, faisant à l’avance le travail du Virus !
    Il remonte fort depuis six mois, et on peut se demander à quel point c’est lié au Covid ou non. Les carnets de commandes se remplissent, et pourtant de nombreux clients potentiels qui ont brutalement disparu des écrans radar début-2019, ne sont pas encore réapparus.
    Nous verrons bien, et en attendant, même si toute forte variation est très difficile à gérer, surtout dans l’ambiance d’improvisation (pour ne pas dire de bordel) induite par les problèmes socio-sanitaires, c’est une situation plus confortable que l’inverse.

    Répondre
  • La politique très restrictive de l’ EASA sur l’utilisation opérationnel des monomoteurs limite les ventes d’écureuils et ne facilitera pas le démarrage de Kopter en Europe. D’un autre coté le monde est vaste et pas aussi arc-bouté sur le principe de précaution que nos Services Officiels.

    Répondre
  • C’est très bien de se féliciter d’un succès MAIS qu’y a t’il dans un hélicoptère Airbus Hélicoptères, vendu aux USA qui ne soit pas de fabrication américaine ? Cela avait été noté lorsque les Coasts Guards s’étaient équipés « chez nous ».
    Par ailleurs ne perdons pas de vue qu’à l’origine de l’essor des hélicoptères français comme américains il y a les noms de deux polonais.

    Répondre
  • Grande entreprise, qui avait peut-être souri lorsque d’aucun prédisaient que le suisse Copter allait très vite manger la laine sur le dos de ses écureuils…
    Bon, faut qu’elle soit vigilante quand même ! 🙂

    Répondre
  • Il me semble que le succès de l’Ecureuil sur les écrans américains tenait tout autant à la ligne moderne de l’appareil qu’à la bonne initiative de la filiale américaine d’Eurocopter qui avait choisi de prêter très librement des appareils aux sociétés de production qui les demandaient… Quant aux films de guerre, qui a oublié la remarquable prestation du Puma déguisé en Hind dans la série des Rambo, avec une magnifique voilure greffée sur le fuselage ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.