Accueil » Regards

Regards

Nous avons tous un smartphone dans la poche. Nous prenons tous beaucoup de photos. Sommes-nous, pour autant, tous des photographes ?

Nous saturons la mémoire de nos téléphones avec un flot continu de clichés spontanés que personne ne regarde jamais. Une infime proportion s’expose à la curiosité des réseaux sociaux, le temps d’un éphémère message ou d’un tweet, avant d’être stockée pour l’éternité dans des fermes de serveurs, sous haute protection, quelque part sur la planète.

Des giga-octets ne font pas une œuvre. Mais une photo ou mieux encore, quelques secondes de vidéo, peuvent renverser une opinion publique voire influencer le cours de la Justice. Il suffit d’être là, au moment où tout bascule. Dans les décombres d’un quartier de Karachi après le crash d’un A320 ou au hublot d’un avion de ligne en train de perdre un moteur en feu… Sommes-nous, pour autant, tous des reporters en puissance ?

Tout au plus des témoins potentiels qui, contrairement à un professionnel qui va à la rencontre de l’actualité, n’ont pas forcément conscience du choc que pourra provoquer une image.

Depuis longtemps, la photo n’est plus rare. Elle s’est démocratisée avec les « Instamatic », le Polaroïd et le 24x36. Le numérique a accéléré le mouvement avant que les smartphones finissent de convertir les derniers amateurs. Et pourtant, la photo professionnelle résiste à la banalisation.

Il y a toujours une image pour émouvoir, questionner, surprendre. A la une d’un quotidien, la photo continue de faire vendre parce qu’elle interpelle. Cette photo est le contraire de celles qui saturent la mémoire de nos iPhone X et de nos Galaxy S20. D’un côté, il y a la photo qui suscite l’émotion, de l’autre c’est l’émotion qui en est le déclencheur.

Nos photos sont spontanées, provoquées par l’enthousiasme ou la découverte, l’envie de partager. Le résultat est rarement à la hauteur de ces sentiments. Souvent décevant. A l’inverse, la photo qui dans une expo ou à la une d’un magazine, va capter l’attention, est le résultat d’une longue réflexion. Le cliché a muri des jours, des semaines, voire des années dans l’esprit d’un photographe professionnel jusqu’à ce qu’il réussisse à réunir toutes les conditions avant de déclencher.

C’est ce processus créatif que nous avons tenté de cerner. Nous avons demandé à vingt photographes, réalisateurs et illustrateurs, de raconter l’histoire d’une photo, d’une séquence vidéo ou d’une illustration. De l’idée à la réalisation. Non pas pour vous donner des complexes. Mais d’abord pour partager avec vous une double passion commune, celle de la prise de vue et de l’aéronautique. Posons-nous le temps de la trêve estivale. Et écoutons les.

Quant au prochain « Dépose-minute », il vous faudra patienter jusqu’au dimanche 30 août 2020. D’ici là bonnes vacances avec Aerobuzz.fr.

Gil Roy

26.07.2020

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

13 commentaires

  • Jean-Mi

    Vieux proverbe ouvrier : « un outil ne vaut pas mieux que celui qui l’utilise… »
    Dans le cas qui nous intéresse ici : vous pouvez avoir le meilleur appareil photo du monde, vous ne serez pas photographe pour autant.
    Tout comme l’inverse est vrai, et qu’un bon utilisateur d’un mauvais outil peut faire de belles choses.
    L’histoire de la photo (et de la vidéo) est constellée d’images historiques prises dans des conditions déplorables avec du matériel de base, mais qui raconte le monde… Voir Kappa sur les plages du débarquement, Mai 68 dans les manifs, Armstrong sur la Lune, Farman et son premier kilomètre…
    Bien sûr, un bon outil facilite le travail. Aujourd’hui un smartphone au bon endroit peu capter « l’image magique », celle qu’on avait pas prévue.
    Mais ce n’est pas l’appareil qui fait la photo, c’est le photographe.
    Et oui, c’est bel et bien un métier, avec des pros, et des amateurs très éclairés du niveau pro…

  • Rouviere

    A chacun son métier, et les vaches seront bien gardées.
    Bonnes vacances à l’ensemble de la rédaction.

  • Bgs / Jp

    Merci Gil,
    Encore une belle initiative estivale pour nous faire prendre de la hauteur sur notre quotidien actuel.
    Au-delà de ce thème proposé, j’en profite aussi pour rebondir sur ta réflexion : « [images] avant d’être stockée pour l’éternité dans des fermes de serveurs, sous haute protection, quelque part sur la planète. »…
    pour ajouter : protegez cette planète en n’oubliant pas de supprimer ces photos, videos, que vous n’utiliserez plus, car elles consomment beaucoup d’énergie… pour etre disponibles H24 sur vos WhatsApp ou clouds des GAFAM … et donc le stockage de ces images Éphémères participent à polluer beaucoup plus la planète que nos engins volants actuellement si décriés… téléchargez les sur vos disques durs…
    Pilote et Responsable, effet colibri garanti.
    Bonnes vacances et bon shoote [photos] estival 😉.
    JpB

  • JL

    Comme tous les autres arts, il y a les moyens (« un Art moyen ») et les autres
    https://www.wonderlandmagazine.com/2013/05/20/mike-brodies-haunted-train-hopping-teenagers/
    A noter que Mike Brodies a décliné toutes les faveurs et est devenu mécanicien de train.

  • Vladimir_K
    Vladimir_K

    Je voudrais rebondir sur la première partie du texte : sommes-nous des reporters en puissance ? En effet, dégainer son intelliphone, ou smartphone si vous préférez, dès qu’il se passe quelque chose est devenu un réflexe irrépressible, et pourtant ce n’est pas toujours la meilleure chose à faire.

    À ce sujet, le rapport de l’ATSB sur l’incident du Vol Quantas 32 (explosion moteur sur A380) est très intéressant et instructif : à la page 28, les enquêteurs parlent de cette nouvelle habitude qui, certes offre de nouvelles preuves, de nouvelles informations, mais qui posent aussi de graves problèmes.

    Les passagers se concentrent sur leur téléphone et sur ce qu’ils filment, et non sur les instructions de l’équipage. Quand on a besoin de ses deux mains pour se sortir de là, il y en a une qui est occupée à filmer. En cas de choc, un téléphone ou une tablette peut devenir un projectile qui s’il ne tuera sans doute pas, peut blesser, et quand bien même les chances seraient faibles, en matière de sécurité, c’est déjà trop. En fait, ce n’est pas toujours une bonne idée de sortir en priorité son téléphone en cas de danger.

    Il y a encore peu d’études sur le sujet, mais cela commence à se faire.

    Lien vers le rapport de l’ATSB :
    https://www.atsb.gov.au/media/4173625/ao-2010-089_final.pdf

  • BOUR Michel

    Bonjour
    Quand j’entends dire mon téléphone fait de belles photos ! Quelle bêtise de prétendre cela.
    Le bon cliché revient à l’humain qui le fait. La seule contrainte étant de mettre en valeur l’expression d’un instant ou raconter une histoire ! Bonne ou mauvaise. La qualité de l’instrument, n’est que très complémentaire voir relative. Un Maître en la matière, Monsieur Robert Doisneau en est une belle illustration !
    Pour reprendre un proverbe Arabe lié à l’équitation : Une paire d’éperons aux bottes d’un cavalier inexpérimenté c’est comme une mitraillette dans les mains d’un singe.
    Cordialement
    Michel BOUR

  • Jean-Baptiste Berger

    Bonjour Gil,
    Un article qui ne parle pas d’avion….il va encore y avoir des grincheux qui vont râler…sans rien apporter de plus. Ceux qui aiment bien ranger les objets dans les cases (sans inventer de nouveaux objets) rappeler les règles de la loi (sans en proposer la moindre déviation qui pourrait l’améliorer) prôner pour tous les thèmes le conformisme, le « pas un mot plus haut que l’autre », l’obéissance sans réserve, etc….
    Les chiants, quoi !
    Ceux-là n’auront même pas fait le parallèle avec ton magnifique sujet sur les images d’avion.
    Moi j’adore ce blog parce que justement tout le monde peut dire ce qu’il veut, sans forcément être un spécialiste du sujet. Il y a des « ferraillages » hauts en couleur (Les pro et les anti Greta) des remises à plat argumentées (justement parce que certains spécialistes amènent le complément de connaissance que l’amateur éclairé n’a pas forcément).
    Ces échanges entre amateurs, pros, rêveurs, scientifiques, poètes (Bernard ?),gens d’expérience et anti conformistes sont source de réflexion, et contrairement aux débats télévisés toujours sous contrôle d’un comité de bien-pensants, et où on est obligé de se cogner le temps de parole réglementaire de tous, chacun est libre de « zapper » les commentaires de celui (ceux) qu’il trouve peu enrichissant.
    Un des intervenants a un jour comparé ces joutes verbales à des combats aériens ; c’était amusant mais il a hélas cru bon d’ajouter que ceux qui s’y adonnaient le faisaient pour compenser le fait qu’ils n’en avaient pas eu l’occasion (comprendre « en seraient incapables ») .
    Ça c’était idiot, il aurait bien pu se douter que chacun savait que le dernier pilote Français ayant participé à la bataille d’Angleterre ne pouvait plus, hélas, s’exprimer sur ce blog ! et donc sa comparaison s’appliquait surtout… à lui-même ! quand bien même il aurait été le meilleur instructeur en combat aérien de France en temps de paix….
    Alors oui, comme pour ces photos d’amateur qui peuvent être géniales, même si prises par hasard au milieu d’une rafale de deux cent, la technologie moderne permet (ce blog électronique) de faire partager des images, des avis, des concepts, des idées etc…par et avec le plus grand nombre.
    Et c’est enrichissant.
    A une époque seuls les peintres étaient capables de créer des images, ils étaient peu nombreux et pas tous talentueux.
    Depuis l’invention de la photo, tout le monde peut créer des images, mais au début seuls des pros de l’utilisation d’appareils complexes parvenaient à en produire de bonnes…et on était cantonnés à leur vision du monde.
    Aujourd’hui la technique permet à un gamin, avec son smartphone, de prendre des milliers de clichés, tous pré corrigés (pas flous, pas surexposés, etc…) et le seul handicap qu’il a sur le photographe professionnel est qu’il ne sait pas forcément orienter son objectif vers « la photo » qui va émouvoir.
    Les médias utilisent (sans trop de retenue, et je le déplore) certaines de ces images, même mal prises, parce que ça illustre un article « vendeur » (du sang, de la violence…)
    Mais pour les vrais photographes, il est maintenant temps de viser juste ! Car même si la véritable photo d’art est cachée dans une série rafale, c’est la même règle pour tout le monde…
    Et à part pour les amateurs de voyeurisme le public devient de plus en plus sélectif pour apprécier une « belle » image.
    Le talent d’artiste a donc plus que jamais toute sa part dans la photographie, même avec des aides à la prise de vue et des possibilités quasi illimitées de clichés rapprochés (dans le temps).
    Vive la liberté d’expression.
    Merci Gil.

  • Aff le loup

    Bonnes et belles vacances ! Et n’oubliez pas les gestes barrière et le port du masque gracieusement distribué par le président de la région ARA (Ara : bel oiseau aux couleurs de l’arc en ciel qui fait le perroquet à ses moments perdus…)

  • anemometrix

    Regards sympas, comme de l’air frais …
    Bonne vacances ! (avec le smartphone dans la poche … au cas où …)

  • stanloc

    Pourquoi n’évoquer que les photos faites par des photographes professionnels comme étant dignes d’intérêt ? J’ai connu des excellenciés de la Fédération Internationale des Artistes Photographes dont les photos faisaient la couverture des magazines ou qui exposaient dans des galeries internationales. Le fait d’être payé pour faire une photo ne suffit pas à rendre cette photo intéressante.

    • Gil Roy
      Gil Roy

      Entièrement d’accord. Il fallait faire un choix. Il n’est pas impossible que nous choisissions d’ouvrir le sujet à tous, comme nous l’avons fait pour la série Tous VIP. Nous avions au départ soumis notre questionnaire à une vingtaine de « VIP ». Et nous avons ensuite mis en ligne les réponses des lecteurs qui avaient voulu joué le jeu. Au total, la série Tous VIP compte aujourd’hui 122 témoignages que je vous invite à relier. En résumé, nous allons regarder pour ouvrir la série de l’été 2020 à tous…

  • Andrea Artoni

    Ma lecture d’aviation favori en Français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.