Accueil » Objectif formation pour les compagnies aériennes du Moyen-Orient

Objectif formation pour les compagnies aériennes du Moyen-Orient

L'édition 2017 du salon de Dubai Airshow 2017 (12-17 novembre) a totalisé près de 114 milliards de dollars de contrats. Si les commandes ont atteint des records, confirmant au passage les prévisions de Boeing et d'Airbus pour les 20 ans à venir, les compagnies vont maintenant devoir acquérir les compétences pour mettre en œuvre ces avions.

23.11.2017

Le Moyen-Orient, tout comme l'Aise-Pacifique, représentent une manne pour les avionneurs sur près de 20 ans (730 milliards de dollars d'après les chiffres de Boeing). Si les compagnies achètent des avions en nombre, elles ont aussi besoin de former leurs pilotes dans leurs pays © Emirates

Alors que Boeing estime les besoins dans la région du Moyen-Orient à 3.350 avions sur 20 ans (dont 1.170 mono-couloirs), la formation des ingénieurs et des pilotes aux Emirats arabes unis semble être l'une des priorité du gouvernement. Le 13 novembre 2017, dans le cadre du Dubai Airshow, Emirates a officiellement ouvert son école de pilotage dédiée aux ressortissants du pays mais également aux élèves pilotes étrangers (à partir de 2018). Située dans le sud de Dubaï, l'Emirates Flight Training...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

4 commentaires

  • PIERRE

    Des gosses qui s’expriment parfaitement en Anglais, et qui pour certains d’entre eux finiront sur A380 (néo?)….
    Les temps ont changés, la vie coûte cher le training aéro aussi, donc le training se paie.
    Inutile de tirer à boulets rouges, c’est juste un constat.
    Pierre

    • Stormy
      Stormy

      François, rien compris à ta réponse.
      Pierre, à peine mieux. J’ai déjà entendu parler de ticket d’entrée dans la profession ( par des CDB AF qui vendaient de la formation ) et j’en ai encore la nausée….
      Que le gosse de riche s’exprime « parfaitement » en anglais – ce qui reste à voir d’ailleurs – ne me le rend pas plus sympathique ( le genre « citoyen du monde, rejeton d’expat voire même de pilote de ligne du Golfe) et pour les parents duquel 100 000 € ne sont que deux ans max d’économies, qui méprisera ensuite les pauvres qui n’avaient pas d’argent… qu’il ne croit pas obtenir le respect ainsi.
      Donc il finira sur A 380 , et alors ? (voir réponse précédente…) Un gosse de riche est un gosse de riche, point – et cette école servira à ça, à les caser. Il y a des façons plus sélectives et moins coûteuses pour devenir pilote de machine volante, mais c’est pour ceux qui étaient bons à l’école.
      Et je parle de ce que j’ai vu au cours de ma petite vie aéronautique.

  • François

    De toutes façons Stormy-qui-tire-sur-tout-ce-qui-bouge c’est pas toi qui va la financer leur formation, elle coûtera même moins cher que les cursus intégrés en Europe.
    D’ailleurs seuls les enfants des milieux modestes c’est bien connu peuvent se les payer.
    En anglais on dit « think twice before you speak once »…

  • Stormy
    Stormy

    Et ça coûte combien, la formation de pilote dans cette  » accadémie  » ?

    Pas près de voir autre chose que des gosses de riches dans les cockpits….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.