Accueil » 22.000 postes à pourvoir au salon du Bourget 2019

22.000 postes à pourvoir au salon du Bourget 2019

22.000 postes sont à pouvoir immédiatement, mais aussi 8.000 offres de stages et 5.000 contrats d'alternance qui sont autant d'opportunités de carrière. Les DRH sont en première ligne au salon aéronautique du Bourget (17-23 juin 2019).

19.06.2019

L'Avion des Métiers organisé par le GIFAS est une opportunité unique d'échanger pour les jeunes en quête d'une orientation scolaire avec les différents acteurs de la filière aéronautique et spatiale. © Jérôme Bonnard / Aerobuzz.fr

« Le recrutement est l’une des priorités de ce  53ème salon aéronautique, nous voulons faire venir les jeunes. Pour cela les meilleurs ambassadeurs de notre industrie sont les entreprises et leurs DRH !  » a annoncé Eric Trappier, Président du GIFAS et organisateur du salon du Bourget quelques jours avant l’ouverture des portes.

La grand-messe de l’emploi a donc lieu cette semaine au Bourget et quel meilleur endroit pour se vendre ? L’industrie aéronautique qui souffre d’un déficit d’image utilise cette nouvelle édition de son rendez-vous biennal pour aller à la rencontre des jeunes et passer des messages aux familles et aux enseignants. Pour la première fois des équipes DRH se déplacent (lors des trois journées publiques) pour venir dénicher des talents. La filière recrute. Il est donc vivement recommandé de venir au salon du Bourget avec un CV actualisé.

La filière aéronautique peine à recruter faute de candidats

Au coeur même du salon, cette semaine (et en particulier vendredi pour la journée des étudiants et le week-end) tout se passe dans l’Avion des Métiers où le GIFAS et les différentes acteurs (entreprises, scolaires…) accueillent les jeunes et leurs familles. 5.000 scolaires collégiens et lycéens et leurs enseignants sont attendus lors des journées professionnelles (de lundi à jeudi). Dans le hall de 3.000 m2 une maquette d’avion de la taille d’un A320 met en avant une quinzaine de métiers dans la conception, production et maintenance présentés dans une scénographie originale. Une centaine de professionnels s’y relaient toute la semaine pour les présenter aux visiteurs, sans oublier métiers d’avenirs notamment autour de la digitalisation ou ingénierie en intelligence artificielle.

Le CFA des métiers de l’aérien passe en classe supérieure

Au total 70 exposants participent cette année à l’événement dont 44 établissements d’enseignement et de formation. Parents et jeunes pourront aussi partir à la découverte du futur de l’aviation grâce au Paris Air Lab voisin situé dans le Hall Concorde. 150 startups les attendent, avec des essais en simulateurs, séances de réalité virtuelle, et des rencontres avec des ingénieurs ou même un astronaute au détour d’une allée…

Au Bourget, on peut venir se vendre, mais aussi rêver et pourquoi pas déclencher une vocation !

Jérôme Bonnard

A propos de Jérôme Bonnard

chez Aerobuzz.fr
Journaliste polyvalent, à la fois rédacteur et réalisateur reporter (JRI), pilote sur ULM multiaxes, Jérôme a couvert tous types d'actualités en France comme à l'étranger pour différents médias TV ( France 24, Arte, Itele, M6, Public Sénat...). Il a été co-finaliste du Prix Albert Londres en 2012 pour sa couverture du conflit Libyen lors du "Printemps arabe" de 2011. Il est surtout passionné par tout ce qui vole depuis son plus jeune âge. Il réalise des reportages pour la chaîne Aerostar TV, ainsi que des films pédagogiques et découvertes dans le domaine aéronautique. Il développe notamment une chaîne youtube autour de l'ULM avec la FFPLUM.

4 commentaires

  • BERNARD BACQUIE

    C’est bonnard ces opportunités pour nos jeunes ! Et quand on pense qu’un gros pourcentage de nos impôts partent dans les indemnités de chômage…

    • Philippe

      Ne desperons pas. Peut être qu’ un jour un politique plus intelligent que les autres ou moins énarques que les autres se demandera pourquoi le taux de chômage est élevé alors que le taux d emploi non occupe est aussi élevé. Le jour où ils se poseront cette question alors le problème sera à moitié résolu.
      Notre problème va être : comment avoir des politiques qui se posent ce genre de question ? Et je n ai pas la réponse.

      • Fbs

        Déjà éjecter de l’administration le cretin qui a supprimé les formations de chaudronnerie a l’education nationale serait un bon début…

      • JMB

        C’est une vision très petit bout de la lorgnette, le nombre estimé d’emplois non pourvus tourne autour de 300000 en permanence depuis le début des années 2000, quel que soit le nombre de personnes inscrites à Pôle-Emploi, qu’il y en ait 2 millions ou 6 millions comme en ce moment (affirmation facile à vérifier sur le site de la DARES qui collationne les statistiques en la matière).

        Il n’y a donc pas de corrélation statistique forte entre taux de chômage et taux d’emplois non pourvus… L’explication est à chercher ailleurs notamment inadéquation entre profils et exigences des postes (formation, expérience, etc….)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.