Accueil » Airbus à la veille d’un grand chambardement

Airbus à la veille d’un grand chambardement

Tom Enders, PDG d'Airbus Group, hisse les couleurs du groupe lors de l'inauguration du nouveau siège social, transféré de Paris à Toulouse, en janvier 2014. © Airbus Group

Tom Enders, le PDG d’Airbus Group, pourrait franchir très prochainement une étape cruciale dans la réorganisation du groupe. La rumeur gonfle. A la tête des filiales, les jours de Fabrice Brégier (Airbus), Guillaume Faury (Airbus Helicopters) et Dirk Hoke (Airbus Defense and Space) sont désormais comptés.

Même si c’est Airbus qui a inventé le pilotage à deux des avions de ligne, Tom Enders se verrait bien seul aux commandes. Le grand patron d’Airbus Group, la maison-mère qui couvre toutes les activités du groupe, s’est employé, depuis 2012 qu’il est à la tête du géant aérospatial européen, à redistribuer les fonctions.

L’année dernière, le point de non retour a été franchi quand les finances, les ressources humaines et la communication ont été centralisées à l’échelon du groupe. Les...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

4 commentaires

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Bonjour,

    L’accueil des clients dans la division hélicoptère en France est un chef-d’oeuvre de suffisance, poussé à son paroxysme, cela a un effet dévastateur!

    Chez d’autres constructeurs, le remerciement va de soi pour le simple achat d’une casquette ou d’un porte-clef, tout ceci agrémenté d’une petite phrase pour vous dire que vous faites partie de l’histoire de la marque en tant que passionné (c’est du marketing pur, mais c’est efficace).
    Airbus Helicopter devrait suivre l’exemple de Bell avec son nouveau 505, et proposer un appareil d’entrée gamme en accord avec la réalité économique du marché.

    Tout le monde ne peut pas investir autant d’argent sur des Colibri, pour faire des vols en biplaces, sauf Hélidax (humour).

    Christophe

    Répondre
  • Il me semble que le B737 à été certifié en équipage a deux en 1967…

    Répondre
  • Ce personnage est avide de pouvoir et trop de pouvoir dans une seule main, c’est pas bon… dommage…

    Répondre
  • Avec des objectifs et des marchés aussi différents que les avions de ligne, les hélicoptères et le spatial, je doute que se soit une bonne idée de tout regrouper sous la responsabilité d’une seule personne !
    Elle ne pourra pas s’impliquer dans chaque projet et forcément a un moment donné priorité sera donné a un secteur sur les autres, l’ego d’un patron n’est pas censé mettre en danger toute une entreprise, surtout de la taille d’Airbus Group !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.