petit fute

Accueil » Industrie » ATR entrouvre la porte de la Chine

ATR entrouvre la porte de la Chine

ATR vient de signer ses deux premiers contrats avec des compagnies chinoises. Ils portent sur des ATR 42-600 limités à 30 sièges, histoire de ne pas bousculer les constructeurs en place. Pas question de ruiner les chances d’obtenir la certification chinoise. Au pays de la contrefaçon, ATR doit avancer à pas mesurés.

ATR met en oeuvre en Chine, la même stratégie de pénétration du marché, que celle qui lui a réussi au Japon. © ATR

La stratégie gagnante mise en œuvre par ATR pour pénétrer avec succès le marché japonais commence à bourgeonner en Chine. Tout en misant sur la dynamique du groupe Airbus, en s’inscrivant dans le sillage d’Airbus Helicopters et d’Airbus Avions Commerciaux, ATR a ouvert, il y a deux ans, un bureau de représentation à Pékin. Cette tête de pont a notamment permis de nouer des relations avec les autorités locales et de déboucher sur deux premières commandes dévoilées en ouverture du salon du Bourget 2017.

ATR 42-600 face au MA600

Chez ATR, on ne crie pas encore « victoire ! ». La finalisation des ces deux premiers contrats est liée à l’obtention du certificat de type chinois. Et à ce niveau, rien n’est encore joué. Xi’an Aircraft a développé dans les années 2000 un biturbopropulseur régional qui ressemble singulièrement à l’ATR. En dire plus serait politiquement incorrect et ce n’est évidemment pas dans l’intérêt de le faire remarquer.

Le constructeur franco-italien doit faire avec. Non seulement, il n’est pas question de parler de contrefaçon, mais en plus, il faut se garder de concurrencer l’ATR chinois. D’où le choix de limiter la capacité de l’ATR 42-600 à 30 sièges, soit 19 de moins que son aménagement optimal. L’ATR chinois MA600 est un 50/60 sièges.

ATR a déposé un certificat de certification en Chine. Il semblerait que le constrcucteur chinois Xi’an ait l’intention d’en faire autant en Europe. Si tel est le cas, la partie ne va plus seulement se jouer entre ATR et la Chine, mais également avec l’EASA. Ca risque de ralentir la pénétration du constructeur franco-italien sur le plus prometteur des marchés.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Bannière Tbm910
cfc

Sur Facebook