Accueil » Industrie » Avion-cargo XXL : Des Airbus A380 pour remplacer l’Antonov An-225

Avion-cargo XXL : Des Airbus A380 pour remplacer l’Antonov An-225

Tarmac Aerosave propose d'offrir une nouvelle carrière à l'A380 en le transformant en super transporteur. © Tarmac Aerosave

Airbus a lancé l’étude de la transformation des A380 en version cargo (P2F, Passager To Freight). L’objectif du constructeur européen est de se positionner sur la niche qu’occupait l’An-225 avant sa destruction lors d’un bombardement, en Ukraine. Cette idée d’offrir une seconde chance au super jumbo d’Airbus est portée par Tarmac Aerosave en charge de la déconstruction des premiers A380, à Tarbes.

Qu’est-ce qui est plus désolant ? Découvrir l’épave fumante de l’unique exemplaire de l’An-225 Mriya sur les réseaux sociaux ou assister au démantèlement des premiers Airbus A380 à Tarbes ? Dans les deux cas, le spectacle est affligeant…

Le constructeur ukrainien a lancé une souscription pour réunir les fonds nécessaires à la construction d’un nouvel An-225. On parle de 3 milliards de dollars. Même si les images ont ému les passionnés d’aviation à travers la planète, le pari qui soulève...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

28 commentaires

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(6060) } array(1) { [1]=> int(6060) }
  • Belle idée mais de nombreuses contraintes dont la reprise du fuselage et pire, l’ouverture dorsale à la façon des feu-navettes spatiales permettant l’emport à l’époque du télescope Hubble. Car la conception d’origine du A380 et tout son cablage doit poser de nombreuses questions pour une telle transformation .

    Répondre
  • Le traffic merchandise en aerien croit de 42 pourcents. Fedex ,par exemple, est en demande de plus de capacite soute. Oui, l’A380 en super capacite respondra aux besoins de demain. L’idee est une excellente idea.

    Répondre
  • par michel thomachot

    En voilà un problème le chargement par temps de pluie ou de neige .
    J’ai la solution, ne pas charger par temps de pluie ou de neige..
    En général les avions ne volent pas par très mauvais temps et dans ce cas précis il n’y aurait pas de contraintes horaires,

    Répondre
    • Faux… Les avions volent toute l’année, par tous les temps, sauf tornades et ouragans… En Sibérie, au Canada, en Suede, on vole même sous la neige et dans le brouillard, sinon on ne volerait que rarement… En indonésie la saison des pluies ne stoppe pas le trafic pendant 3 mois tous les ans…
      Et les contraintes horaires sont encore pires que pour des passagers car c’est toute une chaîne logistique qui attend en amont et en aval du vol prévu. Un avion en retard d’une heure fout un bazar pas possible, demandez à Fedex ! Et Fedex vous à vendu sur facture que votre colis parti de chine hier soir vous sera livré au fond de la Sologne cette après-midi par le livreur de 15 heures… Si retard, ils perdent de l’argent, et ils aiment pas ça…

      Répondre
  • par michel thomachot

    L’idée de relancer une version cargo n’est sûrement pas aussi stupide puisque l’unique Antonov est à terre ce qui ferait du A380 le seul ayant cette capacité.
    C’est certainement faisable.. ! Quant au coût d’exploitation il serait forcément inférieur au an 225 qui a été construit il y a fort longtemps pour des raisons strictement logistiques surtout pour l’armée qui n’a que faire de la rentabilité .
    De tout façon quand vous êtes le seul sur le créneau ou est le problème .
    En ce qui me concerne , j’ai du mal à accepter l’on mette au rebut une merveille technologique qui a demandé tant de travail et de moyens financiers alors qu’à l’époque de son lancement on s’entêtait à faire voler un Concorde non rentable juste pour la gloriole 🤓

    Répondre
  • Moi naïvement je ne vois pas pourquoi l’A380 serait financièrement rentable en cargo alors qu’il semble ne pas l’être (disent-ils ) en transport de passagers !!!!

    Répondre
    • par Jacques DUCELLIER

      Pourtant très simple, la rentabilité d’un avion est fonction de son taux de remplissage. On peut considérer que en dessous de 60- 70% l’avion n’est pas rentable mais pour le fret, on ne fait partir l’avion que lorsqu’il est plein.

      Répondre
      • « mais pour le fret, on ne fait partir l’avion que lorsqu’il est plein. »

        Vous travaillez dans le fret pour affirmer cela ? car j’avais quelqu’un qui y travaillais et les avions cargo avaient des impératifs de livrer au moins certains colis dans des temps les plus courts possibles au point que cette personne assurait parfois des « suivis d’embarquement » à Roissy en pleine nuit.

        Répondre
      • Non, les avions de fret ne partent pas quand ils sont plein, mais bel et bien à l’heure prévue (créneaux de vols, plans de vols, logistique), et en fonction des délais vendus de livraison… Sinon ces avions partiraient voler au petit bonheur la chance, un coup à 6h du mat’, un coup à 8h en pleine heure de pointe, un coup demain… etc… Ingérable !
        C’est le boulot des transporteurs de faire en sorte que leurs avions volent plein, tout comme pour le transport civil. Donc de faire en sorte que les colis soient arrivés à l’avion en quantité suffisante, ou de choisir l’avion de la bonne taille. Fedex étaient ravie de pouvoir disposer de tels avions A380, mais ça ne s’est pas fait.
        Pour Stanloc, il doit être plus facile de planifier des vols de fret que des vols avec passagers. Et la quantité de fret qui voyage par avion (commandes rapides en chine 48h chrono, fedex, dhl…) est assez énorme et stable dans l’année, et ne souffre pas des problèmes de santé qui ferment les frontières aux touristes du jour au lendemain.

        Répondre
      • par Jean Baptiste Berger

        Stanloc a raison.
        D’ailleurs la plupart des compagnies cargo ont des programmes de vol et des horaires réguliers (Airfrance, fedex, dhl, lufthansa, B.A etc.).
        C’est tout un savoir-faire, pour les commerciaux travaillant dans ce secteur, de faire coïncider et d’optimiser les demandes des clients avec ces programmes qui ont eux-même été conçus pour bénéficier des meilleures conditions de rentabilité (escales, routes…).
        Certains vols sont cependant effectués « à la demande », mais il s’agit alors de vols « spéciaux » pour des évènements et des transports très particuliers et dans ce cas c’est la complexité du transport qui est facturée plus que le volume ou le poids chargés dans l’avion.
        Les visionnaires (constructeurs, compagnies de fret…) qui ont compris depuis longtemps l’intérêt de ce commerce d’avenir construisent et mettent en oeuvre les avions les mieux adaptés à la diversité des contraintes de ce métier spécifique.
        Les énarques et autres technocrates qui ont malheureusement été pour un temps responsables de cette activité dans les compagnies aériennes ont hélas une vision à beaucoup plus court terme et sont même capables, pour le seul bénéfice de leur carrière, de détruire un outil efficace bâti depuis des décennies pour présenter un bilan financier ponctuel vaguement positif avant de s’empresser de changer d’activité là où les dégâts qu’ils ont causé ne leur seront jamais renvoyés à figure.
        On a ainsi vu la responsable du fret d’Airfrance (placée là politiquement) vendre la totalité des avions les mieux adaptés au cargo rentable (B747/400) .
        Aujourd’hui encore (quinze ans après !) les compagnies qui ont racheté ces avions se font de « c… en or !).
        Ensuite, après un bref passage au secteur court courrier de la compagnie , qu’elle a également bien abîmé au profit des low cost…) elle est devenue….ministre !

        Jean-Baptiste Berger

        Répondre
  • Après vous avoir lu, le patron d’Airbus va s’écrier, façon inspecteur Bourrel : « Bon Dieu ! Mais c’est bien sûr !!… »

    Répondre
  • C’est avec des idées stupides que on peut créer des rêves grandieux, ou c’est le contraire !? Putin,ou pourtant!? ,je suis peut être perdu…

    Répondre
  • par BERNARD BACQUIÉ

    C’est un poisson d’avril pas si con que ça. Roy président ! au moins des projets Airbus. Et puis je vais vous citer un autre poisson d’avril qui n’en était pas un. Donc pour les ignares, à quelle date Adrienne Bolland a traversé la cordillère des Andes ? 1921, exact ! Mais le 1er avril ! L’histoire de la cartomancienne est peut-être une fable, d’autant qu’au versant ouest de la fabuleuse barrière les Chiliens s’étaient mobilisés pour lui faire un accueil mémorable, même si, contrairement à ce que raconte Kessel qui n’était qu’un bon romancier, elle ne fut pas la première à traverser… environ la dixième, et, – fait inconnu de tous les Français – la seconde compatriote. Le premier avait été Fernand Prieur. Mais bien sûr la première femme au monde. Donc, revenons à elle. Du coup, à son arrivée à Santiago Del Chile, fanfare, Marseillaise, officiels chiliens, mais… pas de ministre de France, puisqu’encore en l’absence d’Ambassade de France, c’était une Légation. Monsieur le ministre aurait dit : « Croyez-vous que je vais me déplacer parce qu’on m’annonce qu’une femme va traverser les Andes en avion ? Traverser les Andes, ce n’est déjà pas rien, mais une femme ! Je ne vais pas me laisser avoir par un poisson d’avril ! »

    Répondre
    • …et il reçu Adrienne le lendemain ou dans les jours qui suivirent, bien embêté… L’air d’un … le légataire ! Autres temps, autres mœurs…

      Répondre
    • par Jean Baptiste Berger

      Bravo Gil pour ce joli poisson (comme Jean-Mi, j’ai mordu jusqu’au chargement par le toit ! heureusement que tu as ajouté ce genre de détail pour ne pas pêcher les plus naïfs, comme moi….)
      Merci Bernard pour cette anecdote sur notre héroïne nationale, Adrienne Bolland ; comme elle a réalisé son exploit hors territoire national, au moins les statues à sa gloire érigées en Amérique du sud ne risquent pas d’être un jour déboulonnées par les crétins de chez nous pour quelque fumeuse et idiote raison….
      Ça me rappelle un poisson d’avril vécu il y a quelques années une nuit à l’aéropostale :
      Sur la fréquence compagnie des opérations, pendant près d’une heure, les appels d’un vol spécial, « Airfish one » un DC8 cargo canadien transportant une dizaine de chevaux de course depuis Montréal pour vérifier que les cinq tonnes de foin prévues pour leur accueil étaient bien positionnées sur le parking.
      Le chef de quart, Ben, d’abord surpris par ce vol dont on ne l’avait pas informé, s’est démené tout ce temps pour rassurer l’équipage canadien et chercher en urgence une solution au problème.
      Tous les harras de la région furent réveillés ainsi que le comptable de la compagnie et même le président pour garantir l’avance aux éventuels fournisseurs…
      L’avion s’étant annoncé au parking, à vingt mètres du bâtiment des opérations, Ben se mit à hurler que cet équipage c’était vraiment des ânes ! Le DC8 avait, en plus, dû se tromper de parking puisque invisible……
      …Maudits canadiens !
      C’est alors que le commandant du B737 de l’Aéropostale, Patrick, qui venait de parquer son avion venant de Toulouse devant les yeux de Ben, sortit, hilare, la tête par la fenêtre de l’avion, en même temps que son copilote et, dans son micro lui aussi sorti par la fenêtre, s’écria « c’est vous les ânes! »
      avec le même accent Canadien qu’il avait pris depuis son départ de Toulouse, une heure avant !
      Personne n’a mangé de foin cette nuit là, mais on n’a jamais oublié ce numéro de Patrick.
      Patrick n’est plus là, mais ce sont des personnages comme lui qui m’ont fait adorer ce métier, à une époque où travailler sérieusement et vivre joyeusement n’étaient pas incompatibles….

      Jean-Baptiste Berger

      Répondre
  • par davidjm4711@yahoo.fr

    A oui un grand bravo pour ce 1er avril.
    J’ai un souvenir d’une maquette de l’A380 tout cargo vu à un Salon du Bourget et ayant été Cordo-Loadmaster chez AF Cargo pourquoi pas ! ! !

    Répondre
  • L’idée n’est pas si poissonèsque… Depuis le temps qu’on vous dit d’en faire un cargo… C’était même prévu au catalogue ! Et la quasi intégralité de la flotte est dispo pour modification.
    Bon, par contre, l’ouverture par le toit… J’aurais plutôt vu une ouverture façon Super Guppy, autre poisson notable… Le Mrya qui ne peut plus faire sa génuflexion sur les pattes avant, se serait bien incliné devant tel spectacle.
    Un Béluga 380, quand même, ça fait rêver ! Bravo Gil…

    Répondre
  • Meme si on est le 1er avril, il est à se poser la question effectivement si l’appareil pourrait être un gros cargo et aussi donc remplacer l’AN225.. l’avion existe aujourd’hui, donc pourquoi pas!

    Répondre
  • l’Antonov-225 est bien plus pratique que l’A-380! Un Airbus pareil n’a jamais été pensé d’en faire un cargo jusque-là, sauf si il s’agit d’un poisson d’avril! Bien-sûr il a la possibilité d’être transformer en cargo?…

    Répondre
    • par Dominique de Champeaux

      Il était question pourtant d’en décliner une version cargo au début du programme. FedEx était sur les rangs et poussait de toutes ses forces pour qu’elle fût réalisée. Dommage que ça n’ait pas été le cas car le programme vivrait peut-être encore, avec des avions neufs en cours de production et/ou au moins des rétrofits d’appareils existants, même si passer d’un double-pont à un pont unique pour les très grosses charges ne serait sans doute pas une mince affaire.

      Répondre
  • On nous sert du caviar ,avec ce béluga comme poisson d’avril.

    Répondre
  • Après les cétacés (Beluga), Airbus s’oriente vers les poissons, semble-t-il 😉

    Répondre
  • par Patrick GHISELLI

    L’imitation de la navette pour le chargement par le toit pose un problème opérationnel avec la météo:pluie,neige et vent fort !
    Petit-être 1 er Avril…!!!😂

    Répondre
  • Plus c’est gros, mieux ça passe 😉

    Répondre
  • … et motorisation électrique, bien sûr 😉

    Répondre
    • Safran est sur les rangs. Mais ils n’ont pas voulu répondre à nos questions. Dommage…

      Répondre
    • Oui surtout qu’ils ont trouvé une solution pour voler économiquement (l’huile de friture a des limites en volume) certes en baissant les performances . Ils vont remplacer les deux réacteurs extérieurs par des aérogénérateurs électriques et les deux réacteurs intérieurs par des moteurs électriques entraînant des hélices dernière génération. La batterie servira au décollage et en générateur tampon uniquement donc faible volume.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(6060) } array(1) { [1]=> int(6060) }

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(6060) } array(1) { [1]=> int(6060) }

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.