Accueil » Bombardier pourrait vendre ses avions d’affaires à Textron

Bombardier pourrait vendre ses avions d’affaires à Textron

Si Textron reprend la branche avions d'affaires de Bombardier, la donne va changer sur le marché de l'aviation d'affaires et en particulier dans le haut de gamme. © Bombardier

L’information a été révélée par le Wall Street Journal qui a la réputation d’être fiable. Si cette nouvelle se confirme, Textron pourrait offrir le plus étendu de tous les catalogues d’avions d’affaires.

Bombardier va mal et cela n’est un secret pour personne. Pour tenter d’arrêter l’hémorragie dans le passé et faire face, aujourd’hui, à ses échéances, le groupe industriel canadien a entrepris de brader ses actifs. Il a vendu, en 2017, à Airbus la majorité dans le programme du monocouloir C-Series, rebaptisé depuis A220. Faute d’être en capacité de suivre son partenaire dans ses projets d’investissements nécessaires à la montée en cadence de production, Bombardier pourrait sortir du capital.

Le canadien s’est...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Un grand, trop grand qui a trébuché et a beaucoup de peine à se relever. Triste histoire.

    Répondre
    • Les yeux plus grand que le ventre ?

      Répondre
      • Surtout des gestionnaires incompétents, qui étaient plus préoccupés par leurs revenus qu’à la survie de la compagnie.

        C’est en fait un mal devenu endémique au Québec (toute une nouvelle génération de patrons incompétents), qui est en train de créer une pénurie artificielle de main d’œuvre : les gens préfèrent rester au BES (Bien être social, équivalent du RSA) ou se mettre à leur compte, que de subir un patron qui partage mal les bénéfices.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.