Accueil » Il reste encore une trentaine de « planeurs » à livrer chez Airbus

Il reste encore une trentaine de « planeurs » à livrer chez Airbus

Avant de réintégrer les A320neo sans moteur dans la ligne d'assemblage final pour les motoriser il convient de les destocker et de tester les circuits hydraulique et de carburant. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

En 2017, Airbus a stocké à Hambourg, Toulouse et Tianjin, jusqu’à une soixantaine d’A320neo sortis de ses chaînes d’assemblage final sans moteur. La livraison de ces « planeurs », comme les appelle Fabrice Brégier, est un défi supplémentaire dans une phase de montée en cadence de la production.

Quand l’incapacité à suivre la montée en cadence de CFM international et Pratt&Whitney, les deux motoristes du programme A320neo, a été patente, il a d’abord fallu trouver des aires de stationnement pour stocker les A320neo qui continuaient à sortir de chaine… malgré l’absence de moteur. Airbus a en effet rapidement compris que la situation allait s’éterniser.

Les moteurs n’étaient pas au point. Avant même d’envisager de produire en quantité nécessaire, il a fallu corriger les défauts de jeunesse. Sur le PW1000G...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par davidjm4711@yahoo.fr

    J’ai du mal à comprendre cette « haute voltige » entre Airbus et les motoristes car en finale tout le monde est mécontent. Bizarre cette méthode industrielle ! ! !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.