Accueil » Le 53ème salon aéronautique du Bourget à l’heure de tous les bilans

Le 53ème salon aéronautique du Bourget à l’heure de tous les bilans
premium
libre

Alors que les professionnels cèdent leur place au grand public, les avionneurs et motoristes habillent leurs bilans pour les faire résonner dans les médias et sur les réseaux sociaux. Les ventes d'avions annoncées au 53ème salon du Bourget sont toutefois en nette replis par rapport à l'édition 2017. Les spécialistes du MRO (maintenance) avec en première ligne, AFI KLM E&I, tirent leur épingle du jeu sur un marché en forte croissance.

21.06.2019

Le vrai salon du Bourget se joue dans les chalets et les halls, entre professionnels. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Les analystes l’avaient annoncé. Il ne fallait pas s’attendre à un salon record en termes d’annonces de commandes à l’occasion de l’édition 2019 du salon du Bourget. Depuis plusieurs mois, en effet, les avionneurs peinent à remplir leurs carnets de commandes. A mi-parcours de 2019, le solde est même négatif pour Airbus (-57 avions à fin mai 2019) et Boeing (-125). Dans ce contexte, il fallait sauver les apparences.

L’A321neo XLR porté sur les fonds baptismaux

Airbus fait état de 363 commandes, un chiffre à relativiser puisque plus de la moitié (214) sont des options ou intentions. Il reste donc au final 149 commandes fermes dont 48 concernent la nouvelle version longue portée de l’A321neo, le XLR, présenté pour la première fois au Bourget. Dans la course aux mono-couloirs long-courriers, Airbus a pris une longueur d’avance sur Boeing (qui à ce jour ne propose aucun modèle similaire). 79 appareils ont aussi fait l’objet d’intentions et 99 sont des commandes existantes d’A321 convertis en XLR. Parmi les futurs acquéreurs, American Airlines (50 appareils), Qantas (36) ou le groupe Indigo Partners (50).

En outre Airbus consolide sa présence sur le marché du régional avec 85 A220 commandés (dont 50 par Air Lease Corporation) ainsi que sur les gros porteurs avec 24 A330neo dont 16 pour Cebu Pacific et 8 pour Virgin Atlantic.

Sous le signe du 737 MAX

Pour la première fois, Boeing n’a pas présenté de bilan chiffré du salon, se contentant de passer rapidement sur les commandes annoncées pendant l’événement. La plus grosse surprise concerne les 200 737 MAX 8/10 d’IAG (International Airlines Group). Boeing espère voir se confirmer cette intention d’achat d’une valeur de pus de 24 milliards de dollars avant la fin de l’année).

British Airways apporte un soutien inattendu à Boeing

Le 787-9 ou -10 a lui fait l’objet de 35 commandes ou options chez Korean Airlines (d’une valeur de 6,3 milliards de dollars pour 20 appareils) et Air Lease Corporation (5 versions -9 pour 1,5 milliards de dollars). On notera le beau succès du Boeing 737-800BCF (avion converti en cargo) avec 35 unités entre ASL Aviation Holdings et GECAS.

ATR 42-600 STOL décolle au Bourget

Le constructeur européen d’avions turbopropulsés a annoncé au Bourget un total de 75 commandes pour une montant de 1,7 milliards de dollars. 35 appareils, des ATR 72-600 iront chez Nordic Aviation Capital (NAC) un des plus fidèles clients. ATR qui se retrouve quasiment seul sur le marché des turbopropulseurs régionaux depuis le retrait de Bombardier, affirme être dans ses objectifs de ventes pour l’année 2019.

ATR en sole position

L’avionneur a de plus annoncé 17 intentions d’achat pour le tout dernier modèle ATR 42-600S (ou STOL pour Short Take Off landing), capable de se poser ou décoller à partir d’une piste pas plus longue que 800 mètres. Air Tahiti fait partie des clients de lancement avec deux appareils.

L’E195-E2 en vedette au Bourget

De son côté l’avionneur brésilien a lui annoncé des contrats ou options pour 78 appareils. Parmi les plus gros clients, KLM s’est engagé à acquérir 35 (15 fermes et 20 en droits d’achats) E195-E2 afin de renouveler la flotte de sa filiale Cityhopper. Une valeur catalogue de 2,5 milliards de dollars. De l’autre côté de l’Atlantique United Airlines s’est de nouveau engagée sur l’Embraer 175. La compagnie américaine a acquis 39 appareils (20 fermes et 19 options).

Le moteur LEAP à plein régime

La filiale 50/50 de Safran et GE a annoncé des commandes et des engagements pour plus de 1.150 moteurs LEAP, de la part de clients de longues dates mais aussi de nouveaux opérateurs comme IndiGo avec 560 LEAP-1A (un record historique). Le Bourget 2019 pour CFM c’est 50,2 milliards de dollars au prix catalogue, contre une trentaine en 2017. Il faut dire que cette année le motoriste a vendu aussi du service et support client à long terme, notamment à Air Asia avec un contrat d’entretien sur 20 ans des 800 LEAP de la compagnie, pour une valeur de 20 milliards de dollars (à laquelle s’ajoute 200 moteurs neufs commandés).

AFI KLM E&M rafle la mise

Le MRO est un enjeu crucial pour les compagnies aériennes et le marché du support explose. Le salon du Bourget qui, n’en déplaise aux salons spécialisés, est (aussi) devenu le premier salon au monde de la maintenance a été le théâtre de nombreuses annonces et lancement de nouveaux services.

Trois filiales de Safran (Safran Electronics & Defense, Safran Electrical & Power et Safran Nacelles) ont été distinguées par Airbus qui de son côté gagne du terrain avec son réseau Wise orienté vers la maintenance. Dans le même temps, la filière continue de se structurer à travers des rapprochements. C’est ainsi que Parker Aerospace et Air France Industries KLM Engineering & Maintenance (AFI KLM E&) ont signé un accord de long terme de support, réparation, révision et entretien d’équipements Boeing 787. Ce partenariat couvre la grande majorité des équipements réparables et  » test-only  » du système hydraulique du 787 conçu par Parker.

Triumph Group et Air France Industries KLM Engineering &Maintenance ont annoncé leurs pourparlers en vue de conclure une alliance stratégique destinée à offrir aux compagnies aériennes et aux clients MRO une couverture mondiale sur le marché secondaire des services de maintenance, réparation et révision (MRO). Au cours des quatre premiers jours du salon du Bourget la filiale MRO d’Air France KLM a multiplié les annonces de contrat avec des compagnies aériennes du monde entier lui confiant le support de toute ou partie leurs flottes.

Et il est évident que les ventes d’avions et de services ont ruisselé jusqu’aux halls, et en particulier les halls 2 et 4 où se concentrent les sous-traitants. Pour eux, sans doute plus que pour les avionneurs, cette édition 2019 du salon du Bourget, fera date.

Gil Roy et Jérôme Bonnard

 

Carton plein pour le 52ème salon du Bourget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.