Accueil » Industrie » Le GIFAS et le BDLI à la recherche d’une collaboration franco-allemande plus étroite

Le GIFAS et le BDLI à la recherche d’une collaboration franco-allemande plus étroite

Le président du GIFAS, Guillaume Faury (à gauche), et le président du BDLI, Dr. Michael Schöllhorn, prônent un renforcement de coopération européenne dans l'industrie aérospatiale. © VK Thomalla / Aerobuzz.de

Une délégation de 57 entreprises françaises membres du GIFAS (Groupement des industries françaises de l’aéronautique et du spatial) vient de passer une semaine en Allemagne. Elle était conduite par Guillaume Faury, président du groupement et CEO d’Airbus. Le GIFAS et son homologue allemand BDLI affichent leur volonté d’explorer de nouvelles voies de coopération, notamment au niveau des petites et moyennes entreprises. L’occasion aussi d’évoquer le SCAF.

« Nous avons besoin d’une coopération plus forte entre l’Allemagne et la France, tant dans l’industrie que dans la politique « , a déclaré Guillaume Faury, président du GIFAS. Le GIFAS, c’est 432 entreprises membres, 190.000 salariés et un chiffre d’affaires annuel d’environ 55 milliards d’euros. Le BDLI, c’est 240 entreprises, plus de 100.000 salariés et un chiffre d’affaires annuel de 31,4 milliards d’euros.

D’un côté du Rhin comme de l’autre, les entreprises sont confrontées aux mêmes difficultés de recrutement. Une coopération plus étroite entre les entreprises du BDLI et du GIFAS peut également être utile sur la question de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Christophe Cador, membre du conseil d’administration du GIFAS, a présenté à ses homologues allemands l’initiative « L’Aéro recrute« . 

Au-delà de ce problème spécifique, « Les enjeux sont importants. » affirme le président du GIFAS.  L’industrie fait actuellement face à plusieurs défis. Et d’évoquer entre autres la relance de l’activité après la crise déclenchée par la pandémie de COVID, la montée en puissance de la production de la famille A320 chez Airbus avec pour objectif 75 unités par mois, les ruptures dans la chaîne d’approvisionnement et les efforts de décarbonation de l’aviation. La coopération franco-allemande est au cœur de la maîtrise de ces enjeux.

Guillaume Faury a également rappelé que les Européens sont confrontés à une rude concurrence de la part des États-Unis et de la Chine. Une success story s’est écrite en Europe dans les secteurs de l’aéronautique et de l’aviation civile. Bien qu’il y ait eu des ratés dans la coopération franco-allemande comme moteur de la coopération européenne, ces secteurs font partie de la solution et non du problème.

Lors de la conférence de presse qu’ils ont organisée à Berlin, les deux présidents du GIFAS et de la BDLI n’ont évidemment pas échappé aux questions sur le SCAF. Le programme franco-allemand de système de combat aérien du futur, auquel est associée l’Espagne, a du mal à se mettre en marche. Pour Michael Schöllhorn, il n’y a pas d’alternative au SCAF. Guillaume Faury est convaincu qu’une étape sera franchie avant la fin de cette année.

 « La complexité de ce programme ne peut être sous-estimée. Vous avez trois partenaires au niveau politique et industriel, et ils se rejoignent. Nous voyons le programme sur la bonne voie. », affirme le président du GIFAS et CEO d’Airbus.

Pour sa part, Michael Schöllhorn a souligné : « L’Eurofighter volera jusqu’à l’arrivée du SCAF. Et il en va de même pour le Rafale. Nous avons pris le temps nécessaire pour voir ce qui pouvait être fait. En tout cas, il vaut mieux avoir les discussions maintenant que dans deux ans, quand on tombera sur ces problèmes en plein programme. » Si le programme SCAF échoue, le président du BDLI craint la perte de l’indépendance technologique européenne. « Il n’y a pas d’alternative à la coopération européenne. Aucun pays ne peut gérer seul de tels programmes. »

Volker K. Thomalla

Volker K. Thomalla

Journaliste aéronautique et pilote privé, Volker K. Thomalla est spécialisé dans les questions de l’aviation d’affaires et du trafic aérien. Il a écrit une douzaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a été rédacteur en chef des magazines aéronautiques allemands Flug Revue et Aerokurier entre 1995 et 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.