Accueil » Le match Airbus et Boeing se déplace sur le front du cargo

Le match Airbus et Boeing se déplace sur le front du cargo
premium

Jusque-là peu présent sur le marché des avions cargos, Airbus frappe un grand coup avec une version fret de son biréacteur à succès A350XWB. L'avionneur européen prend de court Boeing dont la seule riposte possible est le 777XF, extrapolation du programme 777X confronté à une accumulation de retards qui se chiffre à quatre ans. Après avoir pris l'ascendant sur le marché des monocouloirs en imposant l'A320neo face au 737MAX, Airbus semble être en passe de récidiver sur un marché qui jusque-là semblait appartenir à Boeing.

22.11.2021

Officialisé en juillet 2021 par Guillaume Faury, l'A350F a reçu sa prémière intention de commandes pour 7 appareils lors du salon aéronautique de DubaÏ en novembre 2021. © Airbus

Dans son étude prospective sur la demande en avions cargo à l'horizon 2039, Boeing estime les besoins des compagnies à 2.430 avions à terme pour accompagner la croissance du secteur, dont 900 gros porteurs tels que le 747-8 dont la production est arrêtée, ou le 777, d'une génération antérieure qui n'est plus compétitive. Force est de constater que l'offre est à construire, d'autant que la pandémie à démontrer que le transport aérien de marchandises était dépendant de la disponibilité des...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

4 commentaires

  • ddechamp71

    Quand le rédacteur de l’article précise que c’est la première fois qu’Airbus va construire des avions spécifiquement cargo, il se trompe : il existe un A330-200F, reconnaissable extérieurement (outre à son manque de hublots) au renfort au niveau du train avant, débordant sous le fuselage. Même si jusqu’ici l’avion s’est peu vendu, à une petite quarantaine d’exemplaires.

    DC

    • Fabrice Morlon

      Bonjour,
      Vous avez tout à fait raison, l’A330-200F, successeur de l’A300F est également la base du Beluga. Il me fallait préciser dans l’article que c’est le premier programme depuis près de 20 ans qu’Airbus s’engage dans un nouveau programme d’avion cargo.
      Merci pour votre lecture attentive! J’apporte la précision dans l’article.

  • Jean Baptiste Berger

    Et c’est sans doute pour sa clairvoyance en matière d’avenir du fret aérien que Mme. Parly, éxécutante zélée du non-moins brillant Dejuniac a « tué » l’activité fret a Airfrance et exerce maintenant ses talents en matière de politique militaire .
    Exemple, s’attaquer (verbalement) aux Russes en relayant comme un perroquet les affirmations du pentagone concernant la destruction de l’un de leurs anciens satellites et favorisant, dans le même temps, la vente de Rafale aux pays qui nous font déjà insidieusement la guerre grâce au pétrole et à la religion….
    A l’époque, déjà, Hollande avait fait payer aux seuls Français les milliards de la rupture du contrat naval avec les Russes, suite à une décision pourtant commune des pays Européens (donc de l’OTAN), et avait ensuite offert ces bateaux de guerre à l’Egypte….
    Et le même Hollande, sans y voir la moindre contradiction et avec la complicité de Juniac, avait également favorisé le paiement cash et sans aucun retour pour l’économie du pays à une compagnie cargo Russe pour rapatrier nos forces militaires d’Afghanistan (hommes et matériel) au détriment d’Airfrance, certes un chouïa plus cher, mais dont l’activité et la santé ont un impact direct sur l’économie du pays. (Au lieu de payer un petit delta en plus qui dynamise l’activité industrielle nationale, on préfère aligner durablement les milliards du coût social qui rend justement la main d’oeuvre Française moins compétitive, et c’est visible bien au delà du fret aérien….)
    Rien n’a beaucoup changé depuis…les mêmes Enarques gérant le pays avec le même manque de bon sens global. (A part savoir se faire placer ou élire et se gaver sur le dos de la communauté nationale qu’est-ce qu’on peut bien leur apprendre dans cette école ?)
    Pour Airbus, ce nouvel engouement pour le cargo est plutôt une très bonne chose.
    Je crains hélas que les politiciens aux commandes de la France ne soient capables d’accompagner la vente de ces nouveaux avions qu’en offrant encore plus des lignes déjà sacrifiées d’Airfrance aux acheteurs étrangers qui l’ont dėjà affaiblie grâce à cette pratique commerciale anti patriotique.
    Et si ces nouveaux Airbus sont si performants, gageons qu’Airfrance n’aura donc pas, pour cela, l’opportunité d’en exploiter…
    A quand un gouvernement Français capable de prendre des décisions globales positives pour l’économie de son pays au lieu de s’aplatir devant une politique Européenne qui lui est systématiquement défavorable ? (Le ciel unique, voté par 27 membres dont aucun, à part l’Allemagne, suppôt des Américains, n’a de compagnie aérienne de la taille d’Airfrance.)
    Et que dire d’Alsthom, du nucléaire, du blé, de la pêche….j’en oublie sûrement quelques-uns.
    Tiens, ça me rappelle que Mme. Parly avait, sur dénonciation des Allemands qui s’en étaient alors défilés bien que co-accusés, payé une amende mirobolante à l’UE pour « entente illicite sur le fret cargo »…..dans le même temps où « les moulins de Paris » payaient une amende équivalente aux mêmes voyous de Bruxelles pour entente sur le prix des céréales…
    Ne se ferait-on pas systématiquement rouler dans la farine (sans jeu de mot..) avec ces partenaires si amicaux ?
    Je souhaite à Airbus (même si et sans doute parce que ça profite aux Allemands) de vendre beaucoup de ces nouveaux A350 cargos.
    Au moins quelques emplois Français seront ainsi préservés en région Toulousaine.
    Jean-Baptiste Berger.

  • Nicolas BENSSE

    A la fin de l’article, la comparaison entre la distance franchissable du 777-8 et de l’A350F ne me parait pas forcément judicieuse, un avion cargo et passager n’ayant pas les mêmes caractéristiques de ce point de vue. La distance franchissable du potentiel futur 777XF sera certainement beaucoup plus proche de celle affichée par l’A350F aujourd’hui. Mais il nous faudra être patient pour en savoir davantage sur cette nouvelle version de l’avion de Boeing.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.