Accueil » Montée en puissance du moteur diesel de SMA

Montée en puissance du moteur diesel de SMA

Le motoriste français lance le développement d’une version de 300 cv de son moteur diesel, alors que les certifications du 230 cv de base sur le Cessna 182 et le TB20 se font attendre.

1.06.2003

A l’occasion du salon du Bourget, SMA a officiellement annoncé le lancement du développement d’un moteur diesel de 300 ch, directement dérivé du SR305-230 de 230 cv. Le futur moteur reprend l’architecture du moteur existant. Sa cylindrée (5 litres), son encombrement et sa masse (192 kg à sec) sont identiques à ceux du 230 cv. Les modifications se situent principalement au niveau de l’injection carburant, des pistons et des culasses. Les essais au banc ont démontré que la puissance de 300 cv était obtenue à un régime compris entre 2300 et 2400 t/mn (le SR305-230 développe 230 cv à 2200 t/mn).

Même si cette évolution était attendue, son annonce est à rapprochée de la présentation par l’allemand Thielert, au dernier salon de Friedrichshafen (voir A&C N°1889), d’un moteur de 300cv dérivé d’un V8 Mercedes. Une course de vitesse est engagée entre les deux motoristes. Même s’il se lance dans la course en deuxième position, l’avantage est au français : « ce n’est pas un nouveau moteur, mais une évolution vers une autre puissance. Il sera optimisé en ratio puissance-masse par rapport à un moteur équivalent dérivé de l’automobile ». SMA table sur une vingtaine de mois pour obtenir les certifications européenne et américaine : « nous pensons les décrocher au premier trimestre 2005. « La livraison des premiers prototypes à des constructeurs est prévue pour le 2ème semestre 2004 », affirme Antoine Grenier, PDG de SMA.

L’avionneur britannique Britten-Norman s’est déclaré intéressé. William Hynett, son directeur, a révélé être « en négociations avec SMA depuis trois ans ». A noter que Britten-Norman était initialement impliqué dans la procédure de certification du TB20 équipé d’un SR305-230 avant que SMA ne décide de reprendre les travaux à son compte. Le constructeur de l’Ile de Wight dont la production d’avions neufs est modeste (5 unités livrées en 2002) déclare s’intéresser au marché du retrofit. Sur les 1250 Islander sortis d’usine depuis 1965, 800 sont encore en situation de vol.

Si les négociations entre les deux partenaires aboutissent, Britten-Norman pourrait se lancer dans une certification de type de son BN2 équipé du SR305-300. Deux constructeurs, l’américain Maule et l’italien Vulcanair, sont engagés dans une telle démarche : « nous leur avons livré les trois premiers moteurs SR305-230 de série début juin », affirme le motoriste qui annonce la mise en service de sa nouvelle usine de production de Bourges en octobre 2003. Il a reçu son agrément de production en mars dernier.

Pour l’heure la quinzaine de distributeurs que compte SMA et les premiers clients s’impatientent. Les dossiers de certification du moteur sur le TB20 et le Cessna 182 traînent en longueur. Pour justifier les retards accumulés, le motoriste évoque le « manque d’expérience des européens en matière de STC (supplemental type certificate) de remotorisation ». Face aux difficultés rencontrées par les deux sociétés (Britten-Norman et Reims Aviation) auxquelles il avait initialement confié ces dossiers, SMA a décidé fin 2002 de les reprendre à son compte.

Une équipe d’une douzaine de personnes placée sous l’autorité d’un chef de projet canadien a été constituée à Bourges où les deux pilotes d’essais, Gérald Ducoin et Daniel Muller, ont réalisé 250 heures de vol entre janvier et mai 2003 sur les deux avions opérés par la société. Ils ont notamment refait l’ensemble des essais de vrille du fait du changement du centre de gravité situé désormais plus en avant et du nouveau capot-moteur. « Mi-juin, nous avons remis à la DGAC 20 des 26 dossiers que comporte la procédure », affirme Antoine Grenier qui prévoit désormais l’obtention de la STC pour le Cessna 182 remotorisé, courant juillet. Celle du TB20 devrait suivre : « le programme des vols restant est évalué à 50 heures. Il bénéficiera de l’expérience accumulée sur le C182 ce qui nous permet d’espérer d’obtenir la certification JAA dans les trois prochains mois ».

Au vu des essais d’endurance qui ont porté sur 10.000 heures de fonctionnement au banc, le potentiel (TBO) au moment de l’entrée en service sera de 2000 heures de vol. « Grâce aux essais complémentaires et au suivi de nos premiers clients professionnels, nous pensons obtenir rapidement une extension à 3000 heures ». Les approvisionnements des pièces pour les premiers kits de série (bâti et capot moteur, échangeur, monomanette, hélice) ont été lancés. SMA se déclare prêt à livrer les premiers kits aux clients dès l’obtention des certifications. Aerostock l’un des deux agents français agréés par le motoriste propose la transformation à 92 000 euros hors taxes. Il affirme détenir une dizaine d’intentions de commandes portant principalement sur des Cessna 182.

Gil Roy

Article paru dans l’hebdomadaire Air & Cosmos N°1896 / Juin 2003

—-

Lire aussi…

-*L’américain Continental va produire le moteur diesel SR-305 de SMA sous licence 13 mai 2010

-*SMA remet à plat son moteur diesel SR-305-230 Juillet 2009

-*Le motoriste SMA revoit sa copie Juin 2009

-*SMA redoute l’onde de choc Thielert sur le marché américain Juin 2008

-*SMA mise désormais sur la première monte Juin 2007

-*Le motoriste français SMA en difficulté Février 2005

-*Luc Pelon de retour aux manettes de SMA Juillet 2005

—-

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.