Accueil » Avec le premier vol du C919, la Chine se rappelle au bon souvenir de Boeing et d’Airbus

Avec le premier vol du C919, la Chine se rappelle au bon souvenir de Boeing et d’Airbus

Pour son C919, Comac fait état de 570 commandes venant de 23 clients essentiellement chinois. C'est un début. Les ambitions du constructeur de Shanghai ne se limitent pas à la Chine. © Comac

  Avec le C919, avion de 168 places propulsé par deux moteurs Leap-1C de CFM International, la Chine ouvre une brèche dans le duopole Airbus – Boeing qui se partage le juteux marché des monocouloirs. L’Américain et l’Européen seront-ils capables de conserver leur longueur d’avance sur le Chinois ? Pour cela, il faudrait que pendant que Comac acquiert le savoir-faire sur son marché captif, Boeing et Airbus lancent les successeurs du 737 et de l’A320 que le monde leur réclame. Il y a urgence maintenant que le C919 vole !

Sur les 20 ans à venir (2016-2035), Boeing estime que les compagnies chinoises auront besoin de 5.100 avions monocouloirs neufs de type 737MAX et A320neo. Comac, avec son C919, ne devrait pas peser encore très lourd sur cette période, même si avant le premier vol, il revendiquait déjà 570 commandes 23 clients, essentiellement chinois, autrement dit… captifs.

Comac voit au-delà de la Chine

Les deux constructeurs sont bien décidés à ne rien lâcher et à continuer de s’accaparer la plus grosse part...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

9 commentaires

array(3) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) [2]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • EH oui les chinois ont acheté un airbus A320 qui n’a jamais volé , donc demonté en pieces pour tout copier!!

    Répondre
  • Entre les annonces médiatiques et la réalité des choses, il y a un monde.

    Il est urgent d’attendre pour savoir ce que va devenir cet avion. Tout n’est pas si rose que ce que cet article laisse supposer.

    Répondre
  • De toutes façons tous ce qu’ils n’auront pas obtenu par la négociation il le prendront par l’espionnage c’est se voiler la face que de ne pas le reconnaitre et leurs moyens sont illimités la coopération permet de limiter la casse momentanément pour combien de temps c’est la toute la question mais il joue aussi en notre faveur quand les Chinois aspirent à de meilleures conditions de vie !

    Répondre
  • par Jarry Philippe

    N’oublions pas que le premier A300 avait aussi un moteur américain, des systèmes US… Il faut bien commencer. POur ce qui concerne le C919, d’ailleurs, si les grands Equipementiers occidentaux se sont tous précipités à Shanghai lorsque COMAC a ouvert les candidatures pour la sélections de ses Fournisseurs, c’est bien que ces Occidentauxallaient pensaient que ce serait un succès!
    Enfin, pour le successeur des A320 et 737, la clé c’est la motorisation: en lançant le 320Neo, Airbus a verrouillé les motoristes sur le LEAP et le PW1000G: ceux-ci vont devoir durer trente ans pour couvrir les frais de développement. Donc, qui ferait le moteur d’une nouvelle génération d’avions Airbus ou Boeing ? C’est bien la question cruciale qui se pose à Boeing dans sa réflexion actuelle sur le MoM aircraft: mais avec quel motoriste et quel moteur entièrement nouveau ???

    C’était cela la question-clé-stratégique du lancement de l’A320neo…COMAC et Boeing n’ont eu alors qu’à se servir du Leap qui devenait disponible.

    Répondre
  • Euh, première brèche… je dirai plutôt un bateau qui coule…
    C’est un peu oublier d’autre concurrent comme Embraer et Bombardier (CS Series).
    @shiualilapa : oui mais 10ans plus tard, airbus n’a rien de nouveau à proposer.

    Répondre
  • En réalité, les Chinois fabriquent quoi dans cet avion ? Voir l’article sur Liebherr, moteurs Leap, etc.. Il me semble qu’ils dépendent encore beaucoup de fournisseurs non chinois. C919 avion assemblé en Chine. Quant à dire avion chinois ?

    Répondre
  • Ils ont mis 10 pour copier un A320.
    Encore pas mal de temps pour concevoir un avion a partir d’une feille Blanche.
    D’ici la les vrais constructeurs auront sorti des nouveaux modeles.

    Répondre
  • Il est un peu trop tard pour jouer les vierges effarouchées!. C’est avant qu’il fallait réfléchir, au lieu de considérer la Chine comme le nouvel eldorado, et leur offrir sur un plateau notre technologie. Navrant de constater un tel angélisme de notre part.. La Chine est un adversaire, pas un partenaire, et on va le payer lourdement. Sans regrets.. à trop vouloir chercher le bâton pour se faire battre, et bien , on le trouve!!.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(3) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) [2]=> int(3) } array(0) { }

array(3) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) [2]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.