Accueil » Thales pilote à distance les tours de contrôle

Thales pilote à distance les tours de contrôle

L’idée des chercheurs de Thales est de donner les moyens à un contrôleur aérien de gérer le trafic d’un aérodrome situé à des centaines de kilomètres de distance. Associée à la réalité virtuelle, la précision atteinte par les systèmes de positionnement actuels (ADS-B, radar sol, GPS différentiel, etc) ouvre des possibilités. 

14.06.2017

Le pilotage à distance d'une tour de contrôle grâce à la réalité virtuelle… Une des pistes de recherche de Thales. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

La finalité de ces recherches menées par Thales est de réussir à télépiloter un aéroport à distance avec de moyens vidéo enrichis par la réalité augmentée. La Suède et la Norvège autorisent le contrôle à distance (Remote control). D’ici quelques mois, l’aéroport d’Hong-Kong mettra en service sa troisième piste située en mer. Elle sera associée à une tour de contrôle déportée.

La tour de contrôle déportée

Dans le nord de l’Europe, comme en Asie, les contrôleurs aériens ne bénéficient évidemment pas encore du degré de réalisme que promet Thales, ni du caractère intuitif du système et des multiples possibilités qu’il offre (à titre expérimental) notamment grâce à la réalité virtuelle.

Thales destine ce système de contrôle à distance aux petits aérodromes qui présentent un faible trafic. C’est un moyen de réduire les coûts d’exploitation en les mutualisant. Au moment où se pose la question du maillage aéroportuaire et où la rentabilité des plates-formes est de plus en plus visée, il y a ici une piste de recherche profitable.

 

Gil Roy

 

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

4 commentaires

  • Arès

    A la première méga cyber attaque, on va se marrer.. enfin pas tous..

  • Diho

    Bonjour,
    pour information, les allemands test depuis ce printemps, une tour de contrôle déportée sur l’aéroport de Sarrebruck (EDDR) à la frontière française.
    La mise en production est prévue pour cet automne.
    EDDR accueille du trafic IFR de ligne (air Berlin, Luxair,Ryanair,etc..) et du trafic VFR.
    Le contrôle se fait depuis Chemnitz (dans l’Est de l’allemagne, à environ 500km d’EDDR).

  • G LESCALUP

    Encore un futur moyen de faire payer des taxes à des avions VFR atterrissant sur des aérodromes dédiés à l’aviation légère qui n’ont besoin d’aucun service. Je pense à Chavenay ou à Cuuers par exemple.
    Fichtre, l’obsession de toujours taxer plus….

  • Fred

    « …petits aérodromes qui présentent un faible trafic. » De quoi parle-t-on ? C’est quoi un « petit » aérodrome ? C’est quoi « faible trafic » ? Le service du contrôle seulement pour les IFR sur des plate-formes VFR quand il n’y a pas d’IFR ? Ou serait-ce pour faire de l’AFIS à distance ?
    Avec des pilotes entraînés, l’auto-information entre vols VFR suffit dans bien des cas. Après, dans divers cas de mixité VFR/IFR je serais très intéressé de savoir comment çà se passe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.