Accueil » 556 morts dans des accidents d’avions de ligne en 2018

556 morts dans des accidents d’avions de ligne en 2018

Même si l'année écoulée ne présente aucune commune mesure avec 2017 qui décomptait seulement 44 morts dans des accidents aériens, 2018 s'inscrit comme l'une des trois meilleures années pour le transport aérien mondial en matière de sécurité.

3.01.2019

Sur les quinze accidents de transport aérien comptabilisés en 2018, un seul a eu lieu en Europe. Il s'agit du crash d'un Junker 52 en Suisse. © Aviation Safety Network

Le record de 2017 (44 morts au total) risque de demeurer longtemps, tant le bilan est remarquable. L’année qui lui suivait ne pouvait qu’être en retrait. C’est effectivement le cas : en 2018, les accidents d’avions de ligne ont fait 557 morts. Néanmoins, ce bilan est considéré comme l’un des plus remarquables par Aviation Safety Network  qui a recensé au total 25 accidents d’appareils civils ou militaires dont 15 d’avions de ligne (sans tenir compte du crash de l’appareil de la Force Aérienne Algérienne qui a coûté la vie à  257 personnes).

Quatre accidents totalisent les trois quarts des victimes de 2018 :

La tendance constatée ces dernières années se confirme en 2018 où le nombre des accidents en croisière demeurent majoritaires. © Aviation Safety Network.

Douze accidents ont impliqué des vols passagers et trois des vols cargo. Trois des 15 avions accidentés étaient exploités par des compagnies aériennes figurant sur la liste noire de l’Union Européenne contre deux en 2017.

Notons qu’en Europe, un seul accident mortel est à déplorer en 2018. Il s’agit du crash, le 4 Août,  d’un Junker 52 (HB-HOT) de la compagnie JU Air qui exploitait ce type d’avion de collection en transport public. L’appareil s’est écrasé sur le flanc sud du Piz Segnas,  à 2.540 mètres d’altitude, dans le canton des Grisons.  Il n’y eut aucun survivant parmi les dix-sept passagers et les trois membres d’équipage, qui revenaient d’un voyage de deux jours à Locarno et devaient rejoindre l’aérodrome de Dübendorf à proximité de Zürich, où l’appareil était basé.

 

2018 est la troisième année la plus sûre en termes d’accidents mortels depuis 1946 et la neuvième plus sûre en termes de décès, selon Aviation Safety Network. © Aviation Safety Network.

ASN estime toutefois que 2018 a quand même été une année sûre en la matière. Elle figure ainsi au troisième rang dans le classement du nombre d’accidents et à la neuvième place lorsqu’on prend en compte le total de victimes. En moyenne, un accident mortel aurait eu lieu, selon la même source tous les 2,54 millions de vols.

L’Afrique sub-saharienne demeure particulièrement vulnérable en terme de sécurité aérienne. © Aviation Safety Network.

« La situation s’est globalement améliorée depuis 20 ans » déclare Harro Ranter, directeur général de l’ASN : « Si le taux d’accidents était resté le même qu’il y a 10 ans, il y aurait eu 39 accidents mortels l’année dernière… » précise t’il. « Si le taux d’accidents de l’an 2000 avait été le même en 2018, il y aurait même eu 64 accidents mortels. Cela montre les énormes progrès réalisés en matière de sécurité au cours des deux dernières décennies. »

1972 restera sans doute à jamais la pire année en matière de sécurité aérienne. Selon ASN,  il y a eu cette année-là 72 crashs mortels faisant 2.380 victimes.

Philippe Chetail

 

A propos de Philippe Chetail

chez Aerobuzz.fr
Président d’Airshow, spécialiste de l’organisation de manifestations aériennes, Philippe Chetail a organisé plus de 230 meetings aériens depuis 1973. Egalement co fondateur de France Spectacle Aérien, il est l’un des meilleurs connaisseurs européens de tous ceux qui gravitent autour des spectacles aériens. Il a rejoint Aerobuzz en juillet 2011. Philippe Chetail couvre, en particulier, l’aviation de collection et les évènements aéronautiques.

Un commentaire

  • Eschbach

    Il y a également une très forte augmentation du nombre de morts dans les crashs de tous les autres aéronefs (ulm, avions de tourisme, avions militares, hélicos, et même parapente)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.