Accueil » ATR dans l’attente du feu vert d’EADS pour son « 90 sièges »

ATR dans l’attente du feu vert d’EADS pour son « 90 sièges »

ATR qui capte 61% du marché mondial des avions de transport régional avec l’ATR 42-600 (50 sièges) et l’ATR 72-600 (70 sièges) n’est pas encore parvenu à convaincre son actionnaire EADS de l’intérêt d’ajouter à sa gamme un biturbopropulseur de 90 sièges.

ATR est engagé dans une montée en cadence avec pour objectif d'atteindre 90 avions par an en 2014.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

5 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Un choix possible : Une Industrie active ou des Actionnaires passifs ?
    L’engorgement aéronautique de Toulouse deviendrait-il un handicap pour lancer cet avion ATR92? Ou alors les Actionnaires frileux d’EADS empêcheraient-ils notre économie de s’engager dans ce développement à cause du léger risque encouru par leurs confortables portefeuilles boursiers?
    Comment admettre qu’EADS s’enorgueillisse de cette politique « anti-embauche boursière », par association aux « licenciements boursiers », alors que ces gens là profitent encore des succès de nos entreprises nationalisées ?
    Avant d’envisager une re-nationalisation de ce secteur, parce qu’il n’est loin d’être en détresse, un concept plus patriotique et solidaire voudrait qu’EADS renvoie l’ascenseur au pays qui a sacrifié beaucoup à son succès en développant Concorde, Airbus et ATR42.
    Toulouse n’a aucune exclusivité aéronautique, il serait donc de bonne augure que l’Etat, qui sait dépenser beaucoup d’argent dans des projets sans fin comme le Skylander à Chambley avec une centaine de millions d’Euros investis, favorise une meilleure répartition géographique de cette industrie vers ces régions en grande difficulté qui pour cette raison n’ont d’autre choix que de s’engager un peu plus dans des voies sans grands espoirs.
    Monsieur le Ministre du Développement Productif, soutenu par le Président de la République, pourrait favoriser le lancement de cet ATR92 et Monsieur Masseret, avec la détermination dont il a fait preuve durant ces cinq dernières années, pourrait s’engager dans l’assemblage d’un avion prometteur fabriqué à Pomigliano (Italie) et à Saint Nazaire (France). Des infrastructures importantes ont été aménagées sur l’ancienne base de l’Otan de Chambley, des moyens et une main d’œuvre, bien que limités, existent toujours alors pourquoi ne pas en faire bénéficier les Lorrains qui ont déjà misé beaucoup dans cette affaire et qui en récompense ont vu toute la sous-traitance de proximité, pourtant promise, migrer vers le Sud Ouest. Emmener simultanément à terme ce « beau projet Skylander » dans lequel le Conseil Régional de Lorraine croyait tant, n’est pas impossible. Mener à bien au moins l’un de ces deux projets, serait un challenge porteur d’espoir pour le développement tant espéré de nos régions et de la Lorraine en particulier.

    Répondre
  • ATR dans l’attente du feu vert d’EADS pour son « 90 sièges »
    Ne pas faire cet avion serait une erreur stratégique mais la place est à occuper maintenant car d’autres y travaillent. Ne renouvelons pas l’erreur du non-remplacement
    du Dassault « Mercure »….

    Répondre
  • ATR dans l’attente du feu vert d’EADS pour son « 90 sièges »
    donner le feux vert et commencer l’ étude  » petitement  » doit être possible, cela permettrait de prendre position pour le marché à venir dans cette catégorie, c’est mieux que de laisser  » filer  » les acheteurs potentiels chez d’autres constructeurs.
    il s’agit d’un programme à moyen terme,, donc possible. bomme chance à ATR

    Répondre
  • ATR dans l’attente du feu vert d’EADS pour son « 90 sièges »
    Il faut pouvoir contrer le Q400X s’il voit le jour.

    Répondre
    • ATR dans l’attente du feu vert d’EADS pour son « 90 sièges »
      Sans oublier les Chinois qui envisagent, eux aussi, de lancer leur turbopropulseur de 90 places à l’horizon 2018-2020 !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.