Accueil » Boeing mise sur l’accélération du renouvellement des flottes des compagnies aériennes

Boeing mise sur l’accélération du renouvellement des flottes des compagnies aériennes

Les experts de Boeing revoient à la baisse leurs perspectives de croissance pour les 20 ans à venir, mais dans des proportions qui demeurent modestes. Ils tablent sur la capacité du transport aérien à rebondir après les crises. Reste à savoir quel sera l’impact définitif du Covid-19 comparé à celui des attentats du 11 septembre 2001 ou de la crise financière de 2008.

7.10.2020

"L’histoire nous a montré à maintes reprises que le transport aérien est un secteur résilient." Darren Hulst, vice-président de Boeing en charge du marketing commercial. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Malgré la crise sans précédent que connait depuis début 2020 le transport aérien mondial, Boeing a publié son analyse prospective annuelle du marché aéronautique (Commercial Market Outlook, CMO) pour les 20 ans à venir. Darren Hulst, directeur commercial et marketing de Boeing justifie ce choix en rappelant que le transport aérien étant une industrie à cycle long, il est indispensable d’établir des prévisions. « Cela est encore plus vrai aujourd’hui ! », affirme-t-il. Le Covid-19 sera-t-il un incident de parcours ou...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Un commentaire

  • Athos7

    Ce genre de communication prédictive de la part d’un grand industriel n’a aucun autre objectif que de beurrer les lunettes de Wall Street.
    En général d’ailleurs quand un industriel prend la peine d’expliquer aux analystes que le marché va être booming, c’est pour sous-entendre que sa propre entreprise le sera nécessairement aussi, et ainsi dissimuler des réalités internes bien différentes.
    Au lieu de prétendre mesurer le recovery de son industrie après le COVID, et de calculer à 10 unités près le nombre d’avions que le marché est sommé d’acquérir dans les X prochaines années, il me semble que Boeing serait mieux inspiré de réfléchir à sa propre recovery après le 737MAX et à la façon dont il pourrait espérer sauver une part significative de ce futur « eldorado ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.