Accueil » Boost décollera avec des A321

Boost décollera avec des A321

Dans un premier temps, Air France prévoit que Boost assurera ses liaisons long-courrier low cost avec quatre A340-300. © Air France

Alors que le SNPL (Syndicat national des pilotes de ligne) demeure opposé au projet de la création, par Air France, d’une filiale moyen/long-courrier à bas coût du groupe, la direction dévoile le déploiement de la flotte de Boost qui devrait atteindre à l’été 2021, 28 avions dont 10 A350

Pour mémoire, Boost est une nouvelle filiale à 100% qu’Air France entend lancer l’hiver prochain ; une nouvelle compagnie dans l’esprit low cost long-courrier, une formule qui a le vent en poupe en ce moment dans le transport aérien. Le modèle du genre est Norwegian qui depuis trois ans déploie ses 787 sur les Etats-Unis et l’Asie, au départ d’Europe.

Air France à la remorque

Lufthansa s’est positionnée sur ce segment de marché avec Eurowings en 2016. En juin 2017, Level, la low...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

15 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Les pilotes d´AF,á force d´exiger,se retrouveront un jour á piloter pour Pôle Emploi.

    Répondre
  • par nono le mecano

    qui se souvient d’ air charter,filiale d’AF, et d’Aeromaritime qui fonctionnait bien, se developpait., et possedait des droits de traffic anciens et etendus?
    celle ci jetee aux orties par Attali sur l’ autel d’ AF……
    tout cela pour revenir au low cost apres des annees de profond mépris…AF est elle capable de gerer autrement une flotte low cost?

    Répondre
  • Que de bêtises racontées tout au long de cet article et dans les commentaires associés.

    Répondre
  • AF s est debarrasse de ses 747. Sa partenaire KLM ne possede toujours pas d A380 mais il lui reste des 747 et sa flotte de 777 a pris doucement le relais. Des raisons financieres et strategiques modelent ces choix. Le cargo paie bien. Outre Atlantique de grandes compagnies se portent bien mais le challenge est tres difficile et la concurrence est rude. A l image des cours boursiers suivi d heure en heure par les investisseurs et actionnaires, tout se joue au quotidien. Ce qui fonctionne aujourdh ui peut s ecrouler subitement. Pas de meilleur acteur dans ce domaine que celui qui saura anticiper mais n est pas devin qui veut.

    Répondre
  • La location d’un avion neuf type 777 ER coûte 1,3 millions de dollars par mois. C’est pourquoi conserver en ligne un avion ancien mais complètement amorti dans la flotte n’est pas forcément une mauvaise affaire, même s’il consomme un peu plus et coûte plus cher en entretien. Delta utilise pleinement cette possibilité en conservant une partie de sa flotte constituée d’avions plus anciens pour lesquels elle a mis en place une maintenance en moyens propres pour contenir les coûts d’entretien. Ce choix n’empêche pas Delta d’être le compagnie la plus rentable au monde. Nos décideurs d’Air France devraient peut être s’inspirer de ce modèle à l’heure où le carburant est peu cher et la cote des avions d’occasion très basse. De ce point de vue, se séparer de la flotte 747 était une véritable erreur, et que dire de l’acquisition des A380 qui pour Air France sont à la fois peu fiables (beaucoup de pannes qui désorganisent l’exploitation), coûteux en carburant (contrairement à la publicité qui lui est faite, il a pris de l’embonpoint pour des raisons de résistance structurale, de plus les réserves de carburant pour le dégagement sont bien souvent plus importantes que pour un autre avion car il doit choisir un dégagement pouvant l’accueillir), peu adapté au réseau (on arrive tout juste à prendre tous les bagages des passagers d’un avion plein, donc aucune place pour le cargo qui à contrario améliore bien la recette des 777 par exemple).
    Dans ce contexte, on peine à adhérer à un projet (boost) qui fait un peu « petits bras »
    où ce sont toujours les mêmes recettes de casse sociale qui sont proposées par une direction en mal d’inspiration et de courage pour aller réclamer à notre tutelle les moyens d’une concurrence équitable.
    Je ne suis guère optimiste pour la suite…

    Répondre
  • Le détricotage de la souveraineté Française, par les instances européennes, continue de plus belle. Quel machiavélisme!.

    Répondre
  • Du Low-Cost avec des A340 !!! N’est-ce pas plutôt une façon de revendre à prix d’or des avions obsolètes et de faire ensuite couler sa filiale (avec un arrangement syndical de reprise du personnel), tout ceci au dépend des banques et surtout du contribuable ? Les A350 n’auront même pas eu le temps d’être livrés.

    Répondre
    • par Pilotaillon de première classe

      C’est formidable de voir où se situent les éléments de références.
      J’ai l’impression qu’on a oublié l’évolution de grandes entreprises hégémoniques sur leur marché, dont le modèle correspondait à une époque. Je pense à France Télécom, La poste, Manufrance, etc… Comment se sont-elles repositionnées ? Quelles ont été les larmes et l’ancre nécessaire à démontrer nombre d’arguments ridicules pour au final se dire que c’était plié d’avance ?
      Nous somme très forts en France pour être plus fort que le marché auquel nous participons activement et individuellement… Très fort également pour penser que son avis peut légitimement faire loi.
      Qui utilise AF pour chacun de ses déplacements ?
      Les low-costs sont pragmatiques, ont des clients et gagnent de l’argent (profitent de subvention également).
      L’énergie de l’affrontement est perdue, donne davantage de chance aux challengers. Il serait plus avisé de l’utiliser à co-construire et accompagner le changement et gagner ensemble, salariés et état major.
      Quand va-t-on pouvoir passer à autre chose et voir dans l’évolution de notre quotidien des opportunités ?
      Après ce quart d’heure coup de gueule je vais faire ma prévol pour prendre de la hauteur en tant qu’humain passionné par l’air.
      Soyez prudent, surtout ne touchez à rien le monde devenu dangereux.
      « Un optimiste, c’est celui qui sait que le monde est pourri. Un pessimiste, c’est celui qui le découvre chaque matin. Peter Ustinov ».

      Répondre
  • Bonjour, réponse à Pierre,
    Les pilotes sont ceux d’Air France, avec un contrat élargie. C’est un contrat global, avec augmentation de salaire d’environ 9% et légère augmentation de productivité (plan transforme abandonné en grande partie).
    Par contre, personnel de cabine nouveau, avec nouveau contrat et salaire inférieur de 30 à 40%, sans possibilité de passerelle avec Air France !
    Au final, Boost concurrencera AF pour lui prendre à terme toutes les lignes. Ça commence avec quelques une (Bangkok, Séoul, Osaka, Tokyo, New-York … Sur long courrier) et pas mal de destinations sur moyen/court courrier.
    Les dix A350 qui Iront chez Boost avaient été commandés pour renouveler la flotte AF !!!
    Chaque fois que la direction décidera qu’une ligne est déficitaire, celles-ci passera chez Boost !
    Le but est de tuer AF pour tout externationaliser et peut-être transférer le siège à l’étranger, comme le prévoyait le projet Transavia Europe (siège au Portugal avec droit irlandais.

    Répondre
  • par michael tolini

    Vouloir faire du low cost avec des avions de 20 ans d’age gourmands en carburant, fallait oser.
    Encore une fois AF est a la pointe du non sens economique.

    Répondre
  • Ou BOOST trouvent-ils leurs PNT ?
    Je n’ai pas trouvé une seule annonce de recrutement,
    je n’ai pas trouvé de site internet BOOST non-plus.
    Pierre

    Répondre
  • Comment cette compagnie low cost se situera-t-elle par rapport à l’actuelle compagnie Transavia ?
    Air France, Transavia, Boost : existe-t-il assez de marchés aussi différenciés pour permettre à chaque compagnie de se développer sans cannibaliser les deux autres ?
    On peut en douter d’autant que la concurrence existe déjà…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.