Accueil » Transport Aérien » Essoufflement de la croissance en août 2016 sur les aéroports français

Essoufflement de la croissance en août 2016 sur les aéroports français

Exposition "Carte blanche a Jean Jullien", coursive de debarquement de la jetee internationale, Terminal Sud, Paris-Orly. © ADP

A chaque mois, sa nouvelle grève qui vient impacter les résultats des aéroports français. En août, c'était au tour des hôtesses et stewards d'Air France. Ce climat social dégradé conjugué au sentiment d'insécurité des touristes étrangers et à l'effondrement de plusieurs destinations du bassin méditerranéen, entraine une baisse du trafic passagers sur plusieurs aéroports, à commencer par Paris. Quelques régionaux tirent toutefois leur épingle du jeu de manière spectaculaire.

En août 2016, le trafic de Paris Aéroport est en baisse de 1,6 % par rapport au mois d’août 2015 avec 9,5 millions de passagers accueillis, dont 6,5 millions à Paris-Charles de Gaulle (- 2,4 %) et 3,0 millions à Paris-Orly (+ 0,3 %). La courbe semble s’inverser, non seulement à Paris, mais en région aussi. Nice qui enregistre un repli de 0,3% relativise en expliquant que « la variation du mois d’août 2016 est à mettre en perspective avec la performance...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(2) { [0]=> int(1270) [1]=> int(3) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(1270) [1]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.