Accueil » JetFly double sa flotte et la diversifie.

JetFly double sa flotte et la diversifie.

A Genève, Jetfly a officialisé la commande de 4 Eads-Socata TMB850, 6 Pilatus PC12 et 4 Piaggio Avanti II. Ces 14 nouveaux avions seront livrés entre 2008 et 2009. En l’espace de deux ans, la flotte de cette société d’aviation d’affaires en propriété partagée va ainsi passer de 11 à 25 unités. " Les délais de livraisons étant longs actuellement, il était indispensable pour nous de sécuriser nos marchés pour 2008 et 2009 afin de garantir notre développement ", explique Jacques Lemaigre du Breuil, fondateur et administrateur délégué de Jetfly. " Sur les cinq prochaines années, nous prévoyons une croissance annuelle de 50% de notre activité, en termes d’heures de vol comme de nombre de copropriétaires ".

L’entreprise qui a sept ans d’existence revendique 77 copropriétaires et un chiffre d’affaires de 12 M€. " La société est bénéficiaire depuis 2001 ". Le pari de Jacques Lemaire du Breuil de transposer, en Europe, le concept de la propriété partagée inventé aux USA par Netjets, en misant sur le turbopropulseur, n’était pas gagné d’avance.

La montée en puissance a été relativement lente. Jetfly a du faire ses preuves pour convaincre les sceptiques. " Les turbopropulseurs sont adaptés au marché européen. Les distances sont plus courtes qu’aux Etats-Unis et les infrastructures sont différentes. Nos avions offrent l’accès à trois fois plus d’aéroports que les jets ". Le discours du fondateur n’a jamais varié, il est naturellement devenu plus écologiste ces dernières années. " L’empreinte CO2 d’un turbopropulseur est également plus faible que celle d’un jet. C’est un argument qui commence à compter ".

Jetfly a d’abord éprouvé son concept avec des TBM700 avant de l’étendre au PC12, en réponse à une partie de copropriétaires désireux de voyager à bord d’avions plus spacieux et de pouvoir bénéficier d’une capacité d’emport de bagages plus importante. L’élargissement de la flotte au bimoteur Avanti II correspond, aujourd’hui, à une demande des clients souhaitant voyager plus rapidement sans renoncer aux atouts de la cabine du PC12. " Seul un biréacteur de 15 M$ pouvait satisfaire cette attente, mais avec le double inconvénient de présenter des coùts opérationnels sensiblement plus élevés et un nombre réduit de pistes accessibles.

Avec une vitesse en croisière de 400 kts et une cabine dont le diamètre est comparable à celle d’un Falcon 50, le Piaggio nous permet de donner satisfaction à nos clients tout en restant dans le créneau du turbopropulseur qui est la force de la formule ". Une formule apparemment plébiscitée par les copropriétaires : " 80% de nos nouveaux clients sont amenés par les copropriétaires ". Ce qui n’a pas empêché Jetfly de renforcer son équipe commerciale à Genève et d’ouvrir un bureau à Londres, le siège demeurant au Luxembourg.

Après avoir confié, l’année dernière, la décoration extérieure et l’aménagement intérieur des Pilatus PC au designer Philippe Starck, il s’est tourné, cette année, vers Jean-Michel Wilmotte pour dépoussiérer celle des TBM850 datant de plus de dix ans. Le résultat est particulièrement réussi et élégant et vient souligner le caractère haut de gamme de la prestation offerte. C’est sans doute parce qu’il est parvenu à élever le niveau de son service aux exigences de la clientèle de l’aviation d’affaires que Jacques Lemaigre du Breuil a réussi à imposer le turbopropulseur sur un marché où le standard est le jet. Il ne cache pas son intention d’obtenir une certification qualité de son entreprise. " En termes de relations avec les clients une certification ISO est plus importante qu’une introduction en Bourse ", estime-t-il.

La maintenance de la flotte est confiée aux constructeurs respectifs, ainsi d’ailleurs que la formation des pilotes. " Pour chaque achat d’un nouvel avion, nous négocions quatre qualifications de type ". Le recrutement de nouveaux pilotes pour accompagner la mise en service des futurs appareils est l’une des difficultés à laquelle est confrontée la société. La croissance du transport aérien européen et la spectaculaire montée en puissance de Netjets Europe génèrent une vive tension sur le marché de l’emploi des pilotes professionnels. Actuellement, chez Jetfly, le ratio est de 2,5 pilotes par avion. Il doit passer à terme à 3. L’objectif immédiat est de recruter 8 professionnels sur les trois mois à venir, à la fois pour faire face à l’accroissement de l’activité, mais également, dans une moindre mesure, pour remplacer les partants. Ce problème d’effectif risque de devenir d’autant plus crucial que Jetfly a d’ores et déjà annoncé, qu’il prévoyait de passer de nouvelles commandes, avant la prochaine édition d’Ebace.

Gil Roy

Air & Cosmos - N°2080 / 1 Juin 2007

28.06.2007

A propos de Martin R.

chez Aerobuzz.fr
Martin R. est le développeur et webmaster d’Aerobuzz depuis sa création en 2009. Développeur de formation, il a fait ses classes chez France Telecom. Il lui arrive d’oublier ses codes le temps de rédiger un article sur un nouveau produit multimedia ou sur un jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.