Accueil » La FAA se penche sur le cas Boeing 787

La FAA se penche sur le cas Boeing 787

Suite à une série d’incidents récents sur des Boeing 787 en exploitation, la FAA (administration américaine de l’aviation civile) lance une étude sur la conception, la fabrication et l’assemblage de l’avion.

15.01.2013

Dans les jours à venir, les inspecteurs de la FAA (Federal Aviation Administration) vont investir les bureaux d’études et les ateliers de Boeing, mais aussi ceux de ses sous-traitants. Ils devraient y rester quelques semaines… L’administration américaine de l’aviation civile a, en effet, annoncé, le 11 janvier 2013, qu’elle lançait une étude approfondie sur la conception du 787 Dreamliner, sa fabrication et son assemblage. Cette décision fait suite à une série d’incidents récents survenus en l’espace d’une semaine sur des appareils en exploitation.

Le dernier événement en date est survenu sur un 787 de All Nippon Airways (ANA). Une fêlure a été détectée sur un hublot du cockpit. Le même jour (10 janvier 2013), un autre appareil de la même compagnie, a été victime d’une fuite sur un moteur. La veille un 787 d’ANA n’avait pas pu partir à cause d’un problème sur le système de freinage. Ces trois événements faisaient suite à un dégagement de fumée (7 janvier 2013) au niveau des batteries utilisées pour le démarrage de l’APU sur un 787 de Japan Airlines (JAL) à son arrivée à Boston. Le lendemain (8 janvier 2013) c’était une fuite sur autre 787 de JAL.

Boeing cherche à relativiser cette série noire en soulignant que le 787 totalise 50.000 heures de vol et qu’il accomplit chaque jour plus de 150 vols. « Ses performances en exploitation sont comparables à celles de l’avion qui a réussi la meilleure entrée en service de l’histoire de l’aviation, le Boeing 777 », fait remarquer le constructeur américain. « A l’image du 777, le taux de fiabilité au décollage de l’ensemble de la flotte de 787 après 15 mois de service est nettement supérieur à 90 % ».

Au passage, Boeing fait remarquer implicitement que la FAA a certifié l’avion dans les règles de l’art : « Il y a plus d’un an, le 787 a conclu le processus de certification le plus complet et le plus rigoureux de toute l’histoire de la FAA. Nous continuons à accorder une totale confiance à la conception et au système de production de cet avion ». La FAA a, en effet, facturé 200.000 heures d’intervention de ses experts.

Boeing a déjà livré une cinquantaine de 787. Il lui en reste encore près de 800 à livrer.

La rédaction

A propos de Martin R.

chez Aerobuzz.fr
Martin R. est le développeur et webmaster d’Aerobuzz depuis sa création en 2009. Développeur de formation, il a fait ses classes chez France Telecom. Il lui arrive d’oublier ses codes le temps de rédiger un article sur un nouveau produit multimedia ou sur un jeu.

8 commentaires

  • michael tolini

    La FAA clue les 787 au sol !
    La FAA a prix une mesure execptionelle a l’encontre de Boeing en clouant au sol les 787 exploites par United.
    Pour symbolique qu’elle soit cette mesure demontre le degre d’independance de la FAA vis a vis des constucteurs.
    Le BEA et l’EASA devraient prendre exemple .

  • fmasup

    La FAA se penche sur le cas Boeing 787
    Boeing se satisfait de plus 90% !!! cela fait tout de même presque 15 vols par jour avec incident !!!

  • totoro

    La FAA se penche sur le cas Boeing 787
    « 200.000 heures d’experts facturé par la FAA, pour un coût de développement de 34 milliards de dollars d’une durée de 9 ans.. euh, je sais pas moi, mais c’est peu ?  »
    200 000 heures de recettage / contrôle me semblent au contraire beaucoup, que l’avion ait couté 1 milliard ou 34, cela reste un avion « classique ». le développement des parties en carbone par ex ont du coûter cher en mise en place de process d’industrialisation, ce n’est pas pour autant que la FAA va passer 10 fois plus de temps a ausculter la carlingue …
    Et puis au regard de la série noire, il n’y a pas deux problèmes identiques

  • Berlu Urlu

    La FAA se penche sur le cas Boeing 787
    Décollage de Yamaguchi-Ube à 8 h du matin à destination de Tokio Haneda.
    Atterrissage après 47 minutes de vol à Takamatsu à 200 km du départ, puis utilisation des toboggans car cela sentait fortement le cramé.
    C’était, par chance, un vol intérieur…
    Pour les vols transocéaniques, je propose une certification ETOPS 15 minutes !
    C’était de l’humour noir totalement déplacé.
    Mais je pense que les « dreamliners » vont être cloués au sol pendant quelques semaines, le temps de résoudre les problèmes de batteries inflammables.

  • JoJo

    La FAA se penche sur le cas Boeing 787
    200.000 heures d’experts facturé par la FAA, pour un coût de développement de 34 milliards de dollars d’une durée de 9 ans… euh, je sais pas moi, mais c’est peu? non? Au vu des innovations et la durée du développement?

    Je trouve que c’est une bonne chose que la FAA ose « se » remettre en cause et refaire une vérification approfondie…

  • michael tolini

    La FAA se penche sur le cas Boeing 787
    Cela demontre une difference fondamentale entre la FAA et son homologue europeen EASA. Des qu’un probleme survient on sort l’artillerie lourde.
    Pour memoire la FAA avait du force la main a l’EASA pour imposer le changement des sondes anemometriques sur A330/A340 a la suite du crash du AF447.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.