Accueil » Transport Aérien » La FAA se penche sur le cas Boeing 787

La FAA se penche sur le cas Boeing 787

Suite à une série d’incidents récents sur des Boeing 787 en exploitation, la FAA (administration américaine de l’aviation civile) lance une étude sur la conception, la fabrication et l’assemblage de l’avion.

Une cinquantaine de 787 sont en service dans le monde. Ils effectuent 150vols par jour.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

8 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • La FAA clue les 787 au sol !
    La FAA a prix une mesure execptionelle a l’encontre de Boeing en clouant au sol les 787 exploites par United.
    Pour symbolique qu’elle soit cette mesure demontre le degre d’independance de la FAA vis a vis des constucteurs.
    Le BEA et l’EASA devraient prendre exemple .

    Répondre
  • La FAA se penche sur le cas Boeing 787
    Boeing se satisfait de plus 90% !!! cela fait tout de même presque 15 vols par jour avec incident !!!

    Répondre
  • La FAA se penche sur le cas Boeing 787
    « 200.000 heures d’experts facturé par la FAA, pour un coût de développement de 34 milliards de dollars d’une durée de 9 ans.. euh, je sais pas moi, mais c’est peu ?  »
    200 000 heures de recettage / contrôle me semblent au contraire beaucoup, que l’avion ait couté 1 milliard ou 34, cela reste un avion « classique ». le développement des parties en carbone par ex ont du coûter cher en mise en place de process d’industrialisation, ce n’est pas pour autant que la FAA va passer 10 fois plus de temps a ausculter la carlingue …
    Et puis au regard de la série noire, il n’y a pas deux problèmes identiques

    Répondre
  • La FAA se penche sur le cas Boeing 787
    Décollage de Yamaguchi-Ube à 8 h du matin à destination de Tokio Haneda.
    Atterrissage après 47 minutes de vol à Takamatsu à 200 km du départ, puis utilisation des toboggans car cela sentait fortement le cramé.
    C’était, par chance, un vol intérieur…
    Pour les vols transocéaniques, je propose une certification ETOPS 15 minutes !
    C’était de l’humour noir totalement déplacé.
    Mais je pense que les « dreamliners » vont être cloués au sol pendant quelques semaines, le temps de résoudre les problèmes de batteries inflammables.

    Répondre
  • La FAA se penche sur le cas Boeing 787
    200.000 heures d’experts facturé par la FAA, pour un coût de développement de 34 milliards de dollars d’une durée de 9 ans… euh, je sais pas moi, mais c’est peu? non? Au vu des innovations et la durée du développement?

    Je trouve que c’est une bonne chose que la FAA ose « se » remettre en cause et refaire une vérification approfondie…

    Répondre
  • La FAA se penche sur le cas Boeing 787
    Cela demontre une difference fondamentale entre la FAA et son homologue europeen EASA. Des qu’un probleme survient on sort l’artillerie lourde.
    Pour memoire la FAA avait du force la main a l’EASA pour imposer le changement des sondes anemometriques sur A330/A340 a la suite du crash du AF447.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.