Accueil » Le crash du vol AF447 reste inexpliqué

Le crash du vol AF447 reste inexpliqué

arton407

Six mois et demi après la perte dans l’Atlantique de l’Airbus A330 du vol AF447 d’Air France (Rio – Paris), à défaut d’explication, le BEA (Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile) émet une première série de recommandations. C’est l’usage en pareil cas.

« A ce stade de l’enquête, et malgré les analyses approfondies menées par le BEA à partir des éléments disponibles, il n’est toujours pas possible de comprendre les causes et les circonstances de l’accident », reconnaît le Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile dans son deuxième rapport d’étape sur l’enquête daté du 17 décembre 2009 sur l’accident de l’AirbusA330-203 d’Air France entre Rio de Janeiro Galeão et Paris Charles de Gaulle, le 31 mai 2009.

 

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Le crash du vol AF447 reste inexpliqué
    Une boite noire qui lors de l’impact répandrait un liquide fluo (à la surface de l’eau ) et qui serait reliée par un très long fil (style fil de pêche) à un ballonnet flottant en feuille d’aluminium qui se gonflerait tel un airbag lors du choc à l’hélium par exemple…avec des panneaux solaires sur les parois de la boite noire permettant d’émettre indéfiniment une fois les batteries vides.
    Le ballonnet servirait à la fois de flotteur,d’émetteur ,de ballon captif, et de source d’énergie pour alimenter également la boite noire à laquelle il serait relié. Tout cela n’ encombrerait ni n’alourdirait pas vraiment l’avion …Ca n’est qu’une idée…

    Répondre
  • Le crash du vol AF447 reste inexpliqué
    Le plus simple serait de revoir et d’analyser tous les accidents d’avions afin de savoir quelles sont les parties qu’on a recupere le plus vite et le plus facilement. Avec ces donnees, on pourrait envisager de mettre une boite noire a cet endroit la.
    Si c’est l’empennage qu’on retrouve le plus souvent, il faudrait y amenager une place pour une boite noir! Aussi simple que cela.
    En fait il est logique de la mettre « a l’arriere » de l’appareil car bien souvent lors d’un crash, c’est le nez qui en prend plein la figure!

    Répondre
  • Le crash du vol AF447 reste inexpliqué
    Il est certe difficile de tout doubler,mais sur ce type d’avions les sécurités sont même triplées.
    L’idée de prolonger l’émission des balises à 90 jours est excellente, voir indispensable.
    Une autre idée à envisager :des boites noires doublées dont un exemplaire se détacherait de la cellule en cas d’impact,équipées avec des moyens de flotaison .
    ce n’est qu’une idée qui me vient en lisant l’article, mais elle peut ouvrir un débat dans ce sens .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.