Accueil » L’IATA dénonce le bonus-malus imposé par la Chine aux compagnies étrangères

L’IATA dénonce le bonus-malus imposé par la Chine aux compagnies étrangères

Le 4 juin 2020 la CAAC (Civil Aviation Administration of China) a introduit un système de bonus-malus auprès des compagnies aériennes étrangères. Elles seront suspendues une semaine si au moins cinq de leurs passagers sont testés positifs au Covid-19 à leur arrivée en Chine. Face à ce dictat du ciel, Air France n’a pas commenté alors que l’IATA dénonce…

17.06.2020

Depuis Pékin, Air China comme toutes les compagnies chinoises a pu continuer de se rendre vers Paris alors que Air France n'est toujours pas autorisée par la CAAC à revenir avec des passagers... © Airbus / Master Films

Des pratiques « punitives » qui n’ont pas lieu d’être comme l’a précisé l’IATA à Aerobuzz.fr ce mardi 16 juin 2020 : « L’IATA est d’avis que si un passager s’avère positif à l’arrivée, les compagnies aériennes ne devraient pas être « punies » par des sanctions financières telles que des amendes ou des pénalités opérationnelles telles que le retrait du droit d’opérer sur le marché. »  Les « bons » élèves (si aucun passager n’est testé positif durant trois semaines d’affilée) se verront en revanche autorisés à effectuer une seconde liaison hebdomadaire.

Depuis le 26 mars 2020, la Chine dicte les règles du ciel en autorisant au compte goûte le retour de certains vols internationaux sur son territoire. Seuls 28 opérateurs étrangers (contre 128 en temps normal) avaient le privilège de pouvoir opérer une seule liaison vers une ville chinoise selon la règle du « 5-1 » (1 pays, 1 route, 1 compagnie, 1 vol, 1 semaine). L’administration Trump a vu là une concurrence déloyale alors que les compagnies chinoises continuent de se rendre partout. Le 3 juin 2020, les américains ont menacé de les interdire d’entrer aux Etats-Unis dès le 16 juin.

En réponse, la CAAC (Civil Aviation Administration of China) a dès le lendemain publié de nouvelles règles du jeu et porté son quota de liaisons hebdomadaires à une cinquantaine d’opérateurs mais sous condition de se plier au bonus-malus sanitaire… Deux compagnies américains (Delta et United Airlines) font partie des cinquante ce qui a soulagé les tensions entre Est et Ouest…

En revanche, Air France n’est toujours pas autorisée à revenir en Chine de façon régulière avec des passagers (seuls les vols cargos se poursuivent). Contacté par Aerobuzz.fr, un porte-parole nous précise que « Air France est prête, dans les starting-blocks, et attend les autorisations… » tout en ne commentant pas la position chinoise « chaque pays est libre d’instaurer ses règles ».  Des règles qui pourraient se durcir de nouveau. Face à la crainte d’une seconde vague épidémique, les autorités chinoises viennent d’annuler (17 juin) 1.255 vols au départ et à l’arrivée des aéroports de Pékin, soit 70 % de ceux initialement prévus…

Jérôme Bonnard

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Jérôme Bonnard

chez Aerobuzz.fr
Journaliste polyvalent, à la fois rédacteur et vidéaste, Jérôme a couvert tous types d'actualités en France comme à l'étranger et a été co-finaliste du Prix Albert Londres en 2012 pour sa couverture du conflit Libyen. Il est surtout passionné par tout ce qui vole depuis son plus jeune âge et pilote sur ULM 3 axes. Il écrit pour Aerobuzz.fr depuis 2018 et consacre la plus grande partie de ses activités au monde aéronautique en réalisant aussi des films.

Un commentaire

  • Alexandre Aubin

    Les chinois sont responsables de l’épidémie et maintenant ils nous sanctionnent pour favoriser leurs compagnies aériennes…
    Lâché par l’Amérique, l’Europe est impuissante à faire face à l’empire du milieu qui prend de plus en plus une posture de super puissance, voire de maitre du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.