Accueil » Marseille-Provence voit loin

Marseille-Provence voit loin
premium
libre

L’aéroport de Marseille est lancé dans un chantier de 500 M€ destiné à augmenter ses capacités et à monter en gamme. L’ouverture de lignes long courrier est affichée comme une de ses priorités. Si l’arrivée dans les compagnies aériennes d’avions monocouloirs peut l’aider à atteindre cet objectif, d’autres pistes sont également travaillées.

17.01.2019

Avec 438 sièges, le Triple 7 d'Air Austral est le plus gros-porteur accueilli à Marseille-Provence. Mais le long courrier passera aussi dès le printemps 2019 par l'A321neo d'Air Transat. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

En commentant les résultats 2018 (croissance de +4,3% à 9,4 millions de passagers), Julien Boulay, directeur commercial et marketing de l’aéroport Marseille-Provence insiste sur la répartition du trafic. Avec 3,6 millions de passagers, le national (+2,3%) représente 39% (1 point de moins sur un an) du trafic total, contre 61% (5,7 M de passagers, +6%) pour l’international (1 point de plus) : « En seulement 15 ans, la proportion s’est inversée ». Il rapproche cette évolution du poduim des meilleures progressions enregistrées au cours de l’année écoulée.

Volotea, Lufthansa, Air Austral sur le podium de la croissance

Volotea qui a créé une base à Marseille en 2018 (deux 717 basés) se place largement en tête. Elle a ouvert 11 lignes et affiche une croissance de +78,3%, soit plus de 100.000 passagers de plus en un an. En deuxième position arrive Lufthansa avec le lancement en avril 2018 d’un troisième vol quotidien sur Francfort. Pour son entrée dans le TOP 10 des destinations internationales, Francfort se classe cinquième, avec un bond de +55,7%.

Enfin, sur la troisième marche du podium des meilleures croissances 2018, monte Air Austral. Alors que la compagnie réunionnaise a opéré son vol sur la Réunion pendant deux mois en 2017, elle a été présente toute l’année 2018 à raison de deux vols par semaine. La destination fait un bond de +387%. « Ce podium reflète la stratégie de développement de notre réseau : le point à point sur l’Europe, le renforcement de l’accessibilité aux grands hubs internationaux et le long courrier », résume Julien Boulay.

Marseille mise sur le long courrier

« Le développement du trafic international, et notamment long courrier qui a progressé de +26,3 % en 2018 est un des axes stratégiques prioritaires de l’aéroport Marseille Provence. De nombreuses compagnies continuent d’ouvrir des lignes ou d’augmenter la capacité de leurs lignes existantes vers ces destinations. »
L’augmentation du trafic long courrier a été portée en 2018 par le renforcement des fréquences vers Montréal avec Air Transat et Air Canada, le développement du trafic d’Air Austral vers La Réunion, de XL Airways vers les Antilles, d’Aigle Azur vers Dakar ou encore le doublement des vols charters Korean Air en provenance de Séoul.

Dans l’attente d’une décision de l’Europe, en juin 2019, sur l’équitabilité de la concurrence des compagnies du Golfe, l’aéroport de Marseille garde le contact avec ces dernières qui sont synonymes d’importantes connexions et de service de qualité.

10 millions de passagers dès 2019 ?

Pour l’heure les priorités marseillaises sont les Etats-Unis avec plus particulièrement New York, et la Chine avec Pékin et Shanghai. Les discussions avec les compagnies sont bien engagées. « Sur New York, la concrétisation peut être facilitée par le développement de nouveaux avions tels que l’A321neo », souligne Julien Boulay, qui annonce l’arrivée à Marseille du premier A321neo sous les couleurs d’Air Transat dès le printemps 2019.

Sur la dynamique de 2018 (+4,3%), Aéroports de Marseille s’autorise à rêver d’un franchissement de la barre des 10 millions de passagers. « C’est une très forte ambition », reconnaît Philippe Bernand, président du directoire de la société aéroportuaire phocéenne. « 10 millions est un cap historique. C’est une taille qui positionne un aéroport dans la cour de ceux qui comptent au niveau européen ». Pour l’atteindre, il faudra gagner en 2019, un peu plus de 600.000 passagers, ce qui représente une croissance de plus de 6% sur l’année.

Marseille-Provence terre de low cost

Marseille compte évidemment sur les low cost basées pour atteindre cet objectif ambitieux. Volotea qui affirme avoir réalisé en 2018, à Marseille, un de ses plus beaux lancements de base (taux de remplissage de 94%) a affiché une croissance, comme nous l’avons déjà souligné, de +78,3%. En 2019, elle prévoit d’ores et déjà d’ouvrir quatre nouvelles lignes.

2019, marque aussi l’ouverture de la base marseillaise de Ryanair, avec deux avions basés, 40 destinations (soit 11 de plus qu’en 2018) et 150 vols hebdomadaires. Le fait de baser des avions permet de proposer des destinations plus éloignées comme Agadir et Ouarzazate au Maroc, ou Varsovie, en Pologne. Au total, en 2019 avec l’arrivée de quatre nouvelles compagnies (Aeroflot, Laudamotion, SAS et Sun Express), ce seront 38 compagnies qui opèreront 167 lignes au départ de Marseille.

A la veille du lancement d’un vaste chantier

Cette croissance attendue justifie le spectaculaire investissement lancer en 2016 et qui porte sur 500 M€ sur 10 ans. 42 millions ont été investis en 2018 pour, notamment, l’amélioration du confort des passagers, la création de nouveaux postes avions, ou encore la rénovation et l’extension du terminal 2. Des travaux préparatoires au lancement du Cœur d’aéroport ont également été réalisés au cours de l’exercice écoulé.

Le Cœur d’aéroport sera l’élément structurant de Marseille-Provence tel que pourront le vivre les passagers à l’horizon 2026. Cette réalisation confiée au cabinet d’architectes Foster+Partners a pour vocation de redonner de la cohérence à l’aérogare et développer la capacité de l’aéroport.

« Coeur d’aéroport » signé Foster

Initié en 2017, le projet de Cœur d’aéroport (20.000 m2) reliera les halls historiques A et B du terminal 1 à horizon 2023 et portera sa capacité d’accueil de 8 à 12 millions de passagers annuels. L’échéancier se précise avec le début des travaux préparatoires en mai 2019. La première  pierre sera posée en 2020 pour une inauguration en 2023. En 2027, ce sera la nouvelle jetée d’embarquement qui sera inaugurée à son tour, complétant ainsi la mue de l’aéroport.

Dans l’immédiat 4 millions d’euros de plus qu’en 2018, soit 46 M€, seront investis en 2019, dont 6,7 M€ dans la poursuite des études du projet d’extension du terminal 1 et dans le démarrage des travaux du futur Cœur. Le terminal 2 sera aussi au cœur des attentions avec une enveloppe de 5,6 M€ pour la poursuite et la finalisation des travaux d’extension.

5,4 M€ seront investis dans le démarrage des études et des travaux de création d’un nouveau parc à étages sur l’emprise du P3 existant, dont le dernier étage sera équipé de centrales photovoltaïques. « A partir de 2020, l’aéroport sera un chantier permanent pendant trois ans avec un trafic de plus de 10 millions de passagers », prévient Philippe Bernand.

Gil Roy

Top 10 des compagnies à Marseille-Provence

 

RangCompagniesNombre de passagers
1Hop ! Air France2.717.629
2Ryanair1.863.600
3Air Corsica639.500
4Air Algérie496.857
5easyJet454.981
6Lufthansa443.915
7British Airways260.410
8Vueling252.102
9Volotea250.965
10Tunisair241.693

 

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.