Accueil » Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787

Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787

Sur un Boeing 787-8 de la compagnie Ethiopian Airlines, la batterie qui équipe la balise de détresse a vraisemblablement pris feu alors que l'avion était stationné, sans personne à bord et hors tension. La FAA ordonne d'inspecter ou, plus radical, d'enlever la balise. (Mise à jour le 29 juillet 2013 à 8h50)

 La balise RESCU 406 AFN d'Honeywell, sans doute en cause dans l'incendie d'un Boeing 787 à Heathrow.Le...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

10 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787
    une balise de détresse automatique n’est en effet pas obligatoire pour un aéronef pour voler. cette balise ne sert qu’à émettre un signal radio pour pouvoir localiser l’avion

    Répondre
  • par Le randonneur Azuréen

    Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787
    Problème de batteries ou de chargeur. Branchez-vous sur le site d’Electravia, grand spécialiste des batteries au lythium et vous saurez tout de la grande complexité de leur chargement. Sondes de température, sondes de tension sur chaque cellule, uniformisation de leurs tensions avant rechargement, etc… Au dire des experts financiers de Wall Street en 2011 (source Flightglobal.com) la livraison de chaque 787 occasionnerait une perte à Boeing. D’où la possibilité d’un mégottage généralisé sur tous les éléments, y compris ceux liés à la sécurité des vols…

    Répondre
    • Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787
      Pour info les balises de détresse 406 MHz sont autonomes et le modèle de Honeywell ne déroge pas à la règle. Il n’y a pas de chargeur. Cette batterie est en veille pour plus d’une année (5 ans en général) et ce n’est que si elle est activée que l’on commence à « tirer » sur la batterie et lancer le compte à rebours des 50H. Je connais bien ces produits et je ne vois pas comment un élément extérieur ai pu lancer un incendie. A moins d’un toron de câbles à proximité…bref laissons faire les experts

      Répondre
  • Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787
    encore des miséres de batterie sur le Boeing787!!!!!!
    alors la solution finale!!!!!!! la casse!!!!!! cela devient n’importe quoi, bravo pour la sécurité
    des passagers!!!!

    Répondre
  • Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787
    Les mêmes qui s’ennervent contre le fait que le B787 soit toujours autorisé à voler, ont-ils protesté de la même manière, lors des grandes « cascades » de l’A320… : Mt St Odile, Bangalor, Habsheim, Varsovie, etc…. ?

    Répondre
  • Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787
    Pour Alex
    La DGAC a bien laisse voler les A320 equipe de VOR/DME Collins jusqu’au l’accident du Mont Saint Odile.
    La meme DGAC a laisse voler les A330 equipes de sondes Pitot Thales.
    Au final plus de 300 victimes ….
    La liste est longue.
    Quant au balises de detresses concernees, elle peuvent simplement etre retirees sans affecter la navigabilite de l’avion.

    Répondre
    • Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787
      la dgac laisse voler, quand la cause du crash est humaine…Dans le cas du b787, un avion plastique qui prend sans arrêt feu,( pire scénario sur un avion), aucun équipage aussi entraîné soit il, ne peut le gérer…C’est tellement la panique chez Boeing qu’on en est à mettre des cheminées comme seule solution aux incendies…Les clients de celui ci, cachent désormais quand ils ont des incendies, pour ne pas effrayer les passagers, comme ce Boeing 787 de Qatar Airways immobilisé depuis lundi 22 à Doha, pour soit disant un problème technique mineur qui semble s’éterniser, et pour cause, c’était une fois de plus, un début d incendie dans une armoire technique…Ce qui ne brûle pas, part en morceau, par délaminage, ou se fissure, comme les hublots..Le b787, c’est chronique d’une catastrophe annoncée…

      Répondre
  • Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787
    C’est au dela de l’imaginable qu’on puisse laisser voler un tel avion. Ce serait pour une voiture , le constructeur aurait fait revenir tous les modeles concernes a l’usine! Les gens, c’est a dire vous et moi, on le droit de savoir sur quel avion ils volent et bien sur refuser de le prendre si le ticket mentionne un 787. A leur risque et peril. Si les autorites permettent a un avion de voler sans une balise de detresse ( presente physiquement ou deconnectee sournoisement), cela prouve que ces memes autorites sont corrompues. Mais au fait c’est encore pire: la cause exacte n’est pas connue!!! Ce n’est donc qu’une question de temps pour vraiment avoir une veritable catastrophe aerienne.

    Répondre
  • Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787
    Balises détresse pas requises sur avions de transport public ???? Ça me parait bizarre ???

    Répondre
  • Une nouvelle enquête vise une batterie du Boeing 787
    En fait ce n’est pas une balise de détresse…
    Il s’agirait plutôt d’une détresse de la balise…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.