Accueil » Daher va proposer l’autoland sur le TBM940

Daher va proposer l’autoland sur le TBM940

Trop tôt pour dévoiler le système de secours HomeSafe du TBM 940, même si les essais en vol ont débuté il y a 18 mois. Daher comme ses concurrents ne veut pas bousculer les autorités de certification. © Daher

Après Piper sur le monoturbopropulseur M600 et Cirrus sur le monoréacteur personnel SF50, c’est au tour de Daher d’annoncer son intention d’équiper son modèle haut de gamme avec le système de secours « autoland » de Garmin. Pour l'heure ce dispositif n'est certifié sur aucun avion.

C’est à l’occasion de la présentation du millésime 2020 des TBM 910 et TBM 940 que Daher a annoncé que le nouveau système d’atterrissage de secours développé par Garmin équiperait prochainement son avion. Ce dispositif ne devrait être disponible que sur le TBM 940 puisqu’il est lié à l’automanette et que seul le TBM 940 en est équipé. Pour l’heure, Daher, à l’image de Piper et Cirrus, fait profil bas dès lors qu’il s’agit d’avancer une date de certification et...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

8 commentaires

array(3) { [0]=> int(2) [1]=> int(4474) [2]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • L’homme d’affaire « décideur » a beaucoup mieux à faire que de piloter un TBM si ce n’est finir entre 4 planches un jour ou l’autre au commandes de son jouet.

    Répondre
    • Dans ce cas, je ne comprend plus l’argument parachute de secours de Cirrus, du PA et des dispositifs de sécurité de l’aéro non commerciale.
      Vous avez certainement raison mais je perçois néanmoins un « tout ptit bout » du syndrôme « je sais, j’ai testé pour vous et vous n’êtes pas prèts d’en arriver là ».
      -« Y’en a qui ont essayé… mais ils ont eu des problèmes », des Chevalier & Lespalès.

      Répondre
  • @ FBS
    Attention, le système développé par Garmin, Daher Piper et Cirrus n’a pas du tout la même fonction que l’autoland d’un avion de ligne. Le but recherché n’est pas du tout d’avoir un atterrissage automatique pour les opérations normales, encore moins d’avoir des minima réduits. L’objectif est d’avoir un système d’urgence, activable par les passagers, qui ramène l’avion et ses occupants au sol de manière sûre en cas d’incapacité subite du pilote. Rien à voir avec les automatismes des liners pour les approches CAT III.

    Répondre
    • Je l’avais pas vu comme ça en effet. En gros, c’est un pilote de secours pour les passagers , pas si inutile si l’unique pilote n’a qu’une médicale classe 2 de surcroît – faudra t’il qu’ils sachent s’en servir (un bon briefing s’imposera)

      Répondre
  • L’avenir des pilotes est derrière eux !

    Répondre
    • par Pilotaillon du 21eme siècle

      Au contraire, si l’on se dit certains hésitent mais ne franchissent pas le pas de l’aviation faute de se sentir suffisamment en sécurité.
      Alors un tel argument peut compter pour voir se manifester de nouveaux propriétaires.

      Répondre
      • Avec mon entraînement IFR très insuffisant, j’arrive encore sans trop de peine à garder les aiguilles de l’ILS au centre (et idem en PBN), donc l’autoland ne serait pas dans mes priorités d’acheteur. A la rigueur si cela s’accompagnait de minimas réduits , comme dassault le propose avec ses hud à vision infrarouge.
        Côté sécurité , même si c’est massivement utilisé en compagnie, j’aurais peur d’une contribution négative : encore moins d’entraînement pour le pilote et un système qui est prêt à le trahir au plus mauvais moment, quand il sera en confiance et ne surveillera pas le fonctionnement de l’automatisme comme le lait sur le feu

        Répondre
      • @FBS
        C’est le parfait argument de « celui qui sait »…
        Mais pas forcément l’avis d’un décideur qui doit optimiser son temps et assurer – en priorité – ses affaires.
        Pas davantage de Mme qui a son mot à dire : béotiens (le couple) de la pratique, ils sont en droit de douter.
        Il me semble que le TBM est l’intermédiaire « amusant car on peut le piloter soi-même » entre le PC12 en temps partagé contraignant de JetFly et le Mooney toujours disponible car il suffit juste de le sortir du hangar.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(3) { [0]=> int(2) [1]=> int(4474) [2]=> int(1270) } array(0) { }

array(3) { [0]=> int(2) [1]=> int(4474) [2]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.