Accueil » Aviation Générale » Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres

Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres

Finch Aircraft qui tourne la page CEAPR dans la douleur. Christophe Robin qui s’éloigne encore un peu plus de Dyn’Aero. Décidemment, la vie des industriels du pole aéronautique de Darois est tout sauf simple…

Le DR400 aura-t-il un jour un successeur ?

Le DR400 aura-t-il un jour un successeur ? © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Deux communiqués émanant de Darois, viennent nous rappeler que l’onde de choc de la liquidation des avions...

10 commentaires

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres
    DR 400 Un avion toile et bois,de conception ancienne !..
    Peut etre !…Mais quel autre appareil peut pretendre a de telles performances et qualites?
    Fiabilite securite agrement du pilotage performances…
    Aucun autre appareil ne vieillit aussi bien si il est correctement entretenu…
    Je vole toujours sur l appareil de mon ecole…plus de 20 ans bientot 20000h de vol …
    Comment voulez vous que de nombreuses equipes ne veulent pas relancer la fabrication de ce magnifique appareil !….
    Bravo aux anciens de Darois qui se sont remis au travail dans ce contexte difficile.

    Répondre
  • Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres
    Belle réponse de Mr Thiriet,
    alors un coup, il annonce relancer la fabrication d’avion, après c’est plus le cas.
    Y a un partenariat avec Finch aircraft pour relancer la fabrication d’avion, et voila maintenant qu’il n’y a plus de partenariat avec Finch Aircraft: Contentieux entre les 2 parties ?
    Et maintenant, Robin aircraft sort du chapeau de MR Thiriet pour un partenariat.
    ET alors bizzarement Robin aircraft a été créé par des salariés de CEAPR

    C’est Dallas à Darois

    Répondre
  • Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres
    Je découvre avec surprise que vous considérez que moi-même et par conséquent CEAPR avons « jeté l’éponge discrètement » sur l’avenir de la construction des avions Robin.

    Si je peux accepter que pour moi la discrétion est préférable aux effets d’annonce, je conteste avoir jeté l’éponge de quelque manière que ce soit et l’activité de CEAPR depuis deux ans et demi ainsi que les projets en cours le prouvent.

    Relisez nos communications et entretiens que nous avons tenus début 2009, et vous ne pourrez que constater que nous tenons nos engagements.

    Notre objectif était de fournir les pièces de rechange et assurer la maintenance des avions. Cet objectif a été largement tenu. Depuis mai 2009, au départ avec une équipe de 12 personnes aujourd’hui passée à 20 personnes, nous assurons la disponibilité de toutes les pièces des avions, la maintenance et les remotorisations. Nous avons pu faire certifier le nouveau moteur de 155CV sur DR400 Ecoflyer.

    En revanche, il n’a jamais été question que CEAPR se lance dans la construction d’avions neuf. CEAPR n’en a tout simplement pas les moyens. La relance de la construction d’avions neufs ne pouvait être réussie que par de nouveaux investisseurs. C’est ce qu’a tenté la société Finch Aircraft à travers un contrat de coopération avec CEAPR, contrat qui été rompu faute d’entente.

    Nous reprenons actuellement un partenariat avec la société ROBIN AIRCRAFT créée récemment et qui devrait pouvoir commercialiser des avions neufs dès le mois de septembre 2011.

    Bernard THIRIET

    Répondre
  • Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres
    La population des Clubs vieillit, la flotte des avions encore plus, le nombre d’heures de vol par pilote diminue, chronique d’une mort annoncée pour ceux qui s’accrochent à une aviation d’un autre siècle au lieu de chercher à évoluer vers des machines modernes qui attirent les « jeunes ailes » (Young Eagles aux USA).

    Répondre
    • Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres
      Bonjour, je ne sais pas pour qui vous parlez ? mais sachez que volez est et doit rester une passion ! donc même une aviation d’un autre siècle est toujours de l’aviation … et pourvu que ça dure. Perso, je vole sur pa 28 ,cessna , robin, je peux vous garantir que de voler sur un jodel et faire de la montagne c’est aussi extra que de voler sur les avions les plus modernes qui soient.

      Répondre
  • Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres
    Enfin voila de bonnes nouvelles officialisées et à venir…
    Laissons les professionnels du commerce et de l’organisation mettre en oeuvre une politique volontariste tournée vers la satisfaction des clients, ainsi les ingénieurs-créateurs se recentreront sur la conception de bons et beaux avions.
    Les entreprises du pôle aéronautique de Darois ont une chance extraordinaire: elles disposent déjà de bons et beaux avions reconnus par les pilotes et les aéroclubs. A elles de se saisir de cette rare opportunité et de mettre en oeuvre des propositions modernes de diffusion des matériels, avions et pièces, en s’inspirant par exemple de ce qui se pratique dans l’automobile.
    Ainsi les adhérents des aéroclubs auront la chance de pouvoir voler dans un avenir proche sur des machines récentes au lieu de voler sur des vieux « coucou » tenus en état de vol en pillant des engins encore plus vieux bons pour la casse…il serait intéressant de connaître l’âge moyen des avions en aéroclub! quelqu’un a t’il une info?

    Répondre
  • Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres
    Quand la bataille des égos gagnent l’espace de vie d’un aéroclub, en chassant la passion de voler, le club décolle vers sa perte! Moi je comprends pas tout, mais il me semble que ces dernières années, l’histoire des entreprises basées à Darois semble partis dans vers le même niveau de vol catastrophique. C’est suicidaire et les clients vont malheureusement ne plus rentrer dans la boutique!

    Répondre
  • Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres
    Bonjour eh oui il semble bien difficile à Darois d’accoucher de quelque chose, le MCR 4S semblait etre la réalisation la plus aboutie pour créer une gamme moderne du biplace au quadriplace de tourisme performant,qu en est-il exactement ? ce serait dommage qu il ne puisse etre produit en série,les cafouillages des décideurs dijonnais,leurs prétentions à vouloir faire chacun de son coté le remplaçant du DR400,du moins tel qu’on peut en avoir l impression vu de l’exterieur; qui à les droits de production ? avenir inconnu et pourtant déja 3 ans qu APEX est mort,et toujours rien en perspective pour les dirigents de club.Alors bonne chance a dyn aéro et ex APEX, aux APM et leur SIMBA et TECNAM et autres étrangers l’avenir est tout rose pour eux

    Répondre
  • Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres
    Comment un pays comme l’Autriche sans véritable passé aéronautique peut créer et vendre des avions de tourisme modernes, développer un moteur, alors qu’en France on ferme boutique? L’alliance de la passion et de la gestion ne serait pas possible sous nos latitudes?
    On ne peut ressasser éternellement Mermoz ,St Ex et les autres, on doit écrire l’histoire du XXIè siècle.

    Répondre
  • par Jean-Christophe Andriot

    Dyn’Aero, Finch Aircraft, CEAPR… et les autres
    Cette agitation sur le plateau de Darois autour de notre bon vieux DR400 fait plaisir à voir. Espérons que d’une multitude d’initiatives individuelles, en résultera un consortium Bourguignon fort pour une nouvelle production durable. Même si les choix techniques initiaux des sociétés Finch et Dyn Aircraft Aerodif sont différents (fibres vs composites), j’imagine qu’un rapprochement est possible. Des hommes passionnés, des professionnels d’expérience et de terrain en aviation légère, pilotes, et connaissant parfaitement l’univers « aéroclub », font la force de ces deux entités. Quant à CEAPR, il semblerait que les repreneurs n’ont pas tiré les enseignements de la chute d’APEX, sachant que ( je caricature volontairement) pour vendre du « Jodel » ont à plus besoin de menuisiers que de financiers.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.