Accueil » Electric Rolls

Electric Rolls

L'avenir aérien sera électrique, est-il tendance d'affirmer. Pour pérenniser son leadership de motoriste, Rolls-Royce a noué des partenariats stratégiques en 2018, racheté l'activité leader du secteur en 2019, et veut s'imposer médiatiquement dans ce nouveau système de propulsion avec un avion emblématique.

Rolls-Royce a affiché sa nouvelle compétence avec éclat. La machine de record portant son fameux logo veut ranimer le mythe des fabuleux Supermarine annonciateurs avant-guerre d’une aviation salvatrice, et motorisés par d’également fabuleux Rolls-Royce.

Une conversion accélérée

Début janvier 2019, l’annonce de cet exaltant projet suivait de peu les alliances avec deux entreprises britanniques : Electroflight spécialiste des systèmes de batteries d’aviation et YASA des systèmes de motorisation et de contrôle. Six mois plus tôt, Rolls-Royce et son tout récent partenaire YASA...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

15 commentaires

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • @ mon cher Tonton Volant

    Je ne vais pas vous contrarier. Croyez bien ce que vous voulez.

    Cela n’enlèvera rien à la réalité.

    Répondre
  • 20 ans, 1 siècle, 1 millénaire… C… de mouche à l’échelle de l’éternité. L’homme préhistorique imaginait-il qu’un jour ses petits-petits-petits-etc… fillots iraient sur la lune ? Joyeux Noël ! 🙂

    Répondre
  • par Bourgeois jean-pierre

    C’est notre système économique globale qui est dans une impasse, pas seulement l’aviation. La raison voudrait qu’on réduise nos activités, la déraison fait qu’on croit encore à la croissance. Faut pas aller chercher plus loin, c’est une équation insoluble.

    Répondre
  • Je ne voudrais pas faire le rabat-joie, mais les impasses technologiques, ça existe (le dirigeable de transport, par exemple).

    Je vous rappelle que cela fait plus d’un siècle qu’on essaie d’alléger les batteries, avec un succès très très moyen. Bien sûr, cela ne signifie pas qu’on n’y arrivera jamais, mais ça devrait tout de même inciter à la prudence avant de décréter que c’est la voie de l’avenir, c’est certain, juré, craché, dans 20 ans, nous volerons tous avec des batteries en soute.

    Comme vous l’avez compris, je suis très dubitatif.

    Si je devais faire un pari, c’est que dans 20 ans, 99 % des vols seront encore aux hydrocarbures.

    Répondre
  • toujours de l’électrique NUCLEAIRE pas un mot sur l’électricité verte éolienne raisonnée et voltaîque …

    Répondre
  • Franchement, vous y croyez à cette technologie qui consiste à embarquer plusieurs enclumes dans un avion es espérant qu’il ira loin ?

    Répondre
    • La question n’est pas d’y croire mais ce que ça peut rapporter en subventions…

      Répondre
    • Bien sur. L’enclume deviendra une plume.
      D’ailleurs , c’est déjà le cas quelque part en chine.

      Répondre
    • Oui, très clairement!!! La technologie évoluera et l’avion de demain sera électrique, électrique au li-ion ou pas, mais électrique. L’élément le plus facile à changer c’est la batterie, le plus difficile à maîtriser c’est le reste. Ignorer l’évolution des tendances, c’est aller droit dans le mur, comme l’a fait Kodak…

      Répondre
      • Bien sûr ? Attention toutefois car qui dit avion électrique dit retour à l’époque du Super Constellation et de sa vitesse moitié de celle des jets et en espérant que l’on ne reviendra pas aussi aux prix que devaient payer les voyageurs sur Super Constellation.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.