Accueil » Aviation Générale » Le Perlan d’Airbus fait une découverte scientifique inattendue.

Le Perlan d’Airbus fait une découverte scientifique inattendue.

Airbus-Perlan-Mission-II-surpasses-U-2-02

En septembre 2019, l’équipe Airbus de la mission Perlan s’est confrontée à un phénomène météorologique qu’elle n’avait pas anticipé : une augmentation de la température de la haute atmosphère de 10°C à 20°C par rapport aux vols de la saison dernière. Cette singularité est peu connue et se nomme « réchauffement stratosphérique soudain ».

Le Perlan est le nom du planeur imaginé par Airbus. L’équipe en charge de cette mission a deux objectifs : Atteindre la frontière de l’espace sans motorisation et étudier l’impact que peuvent avoir les ondes orographiques de haute altitude sur le climat de notre planète.

La mission 1 a déjà permis de démontrer, grâce au Perlan I, que ces ondes orographiques de haute altitude étaient un bon moyen pour un planeur d’atteindre la stratosphère.

La mission 2 est celle qui se déroule actuellement....

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

10 commentaires

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Des fa jaises du Cap Blanc Nez , 62000 , par bon vent d’ ouest , pas besoin de tracteur, dévale dans la Pente …! Ki

    Répondre
  • Merci Pilotaillon du 21 ème siècle, le Grob Egrett est la bonne piste.
    Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=9PwQZDqw9PA
    et d’autres vidéos spectaculaires …

    Répondre
    • Le Grob l’amène à 40000 pieds, en dessous de la tropo. Il reste encore à profiter des ondes pour l’emmener à plus de 60000. Les ondes sont tellement puissantes qu’elles ne déferlent pas à la tropo. Toute la masse troposphérique, puis la tropo et la stratosphère continuent d’onduler, ce qui permet certainement, avec un peu de technique de soaring appliquée aux ondes, de transformer le cinétique en potentiel pour accrocher un record. On n’a pas beaucoup d’explications sur le pilotage de la part du projet…

      Répondre
  • Les courants ascendants ?… Je n’y crois pas : la tropopause bloque tous ces phénomènes aérologiques. Il n’y a pas de tête de cunimb dans la stratosphère.
    Ma question reste entière …

    Répondre
    • Cela semble lié aux ondes qui se développent au dessus de grosses chaines de montagne. Comme pour les nuages lenticulaires / Orographiques. Si le planeur monte ( en tout cas ne descends pas) , c’est que la masse d’air autour de lui monte aussi… environ 1m/s minimum. 200 pieds minutes. Ce n’est pas lié a un phénomène thermique ( comme les CB) mais dynamique.

      Répondre
    • Les zondes des Zandes ?

      Répondre
  • Très intéressant, mais ça ne dit pas comment le planeur ainsi équipé (pressu) grimpe aussi haut ?…

    Répondre
  • par Stéphane VANDER VEKEN

    Le « Perlan » n’a pas été imaginé par Airbus. Il est le résultat de plusieurs décennies d’efforts d’Einar Enevoldson, ancien pilote d’essai de la NASA, qui a mobilisé des milliardaires comme Steve Fossett ou, après la mort de ce dernier, Dennis Tito (le premier « touriste de l’espace » ayant visité la station spatiale internationale), pour financer le Perlan I (un planeur biplace DG-505M modifié) et le Perlan II (un prototype unique). Le but était de prouver l’existence d’ondes stratosphériques puis de les explorer.

    Airbus, qui n’avait joué aucun rôle jusque là, est devenu le sponsor principal du projet en 2014, ce qui a permis de terminer la construction du Perlan II.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.