Accueil » Les pilotes de la Sécurité Civile contestent le rapport sur l’accident du Tracker

Les pilotes de la Sécurité Civile contestent le rapport sur l’accident du Tracker
premium

Dans un communiqué, le Syndicat National du Personnel Navigant de l'Aéronautique Civile s'élève contre certaines affirmations du BEA-É dans son rapport sur l'accident du Tracker 22 publié au début du mois de juillet 2020. Le SNPNAC n'hésite pas à mettre en cause l'administration de la Sécurité Civile.

16.07.2020

Le syndicat des pilotes de la Sécurité civile semble vouloir porter désormais le débat sur la place publique. © F. Marsaly / Aerobuzz.fr


Si les circonstances techniques de l'accident semblent bien établies, les compétences professionnelles contestées à demi-mot de leur collègue décédé ne passent pas : "Franck Chesneau, après plus de 12 ans passés au contact récurrent des feux ne saurait être considéré comme un pilote « connaissant peu les phénomènes aérologiques liés à certains incendies »

https://www.aerobuzz.fr/aviation-generale/laccident-du-tracker-t22-de-la-securite-civile-explique/

En effet, le rapport précisait que les pilotes effectuant des missions GAAr (guet aérien armé) pouvaient manquer d'expérience sur les feux établis.  Or, Franck Chesneau, comme...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Frédéric Marsaly

chez Aerobuzz.fr
Frédéric Marsaly, passionné par l'aviation et son histoire, a collaboré à de nombreux média, presse écrite, en ligne et même télévision. Il a également publié une douzaine d'ouvrages portant autant sur l'aviation militaire que civile. Frédéric Marsaly est aussi le cofondateur et le rédacteur en chef-adjoint du site L'Aérobibliothèque.

2 commentaires

  • Stormy
    Stormy

    Les rapports du BEA sont bien loin d’être parole d’évangile….
    * Il y a quelques années, un pilote se tue en ULM – c’était un ancien des Jaguars, et on lisait dans le rapport – qui doit pouvoir être retrouvé, c’était en 1996 à peu près – que le pilote était « habitué aux réactions de fusée des avions qu’il pilotait habituellement »… le brave enquêteur n’avait visiblement aucune idée de ce que pouvait donner un Jaguar chargé, par temps chaud, au décollage ou en évolutions…
    * un C130A de lutte anti-incendie se cassa en deux aux US. Entendu alors de la bouche d’un CDB testeur de l’OCV de la DGAC (pas le BEA d’accord, mais le même genre de types qui prétendent tout savoir…) « c’est normal, c’était un avion militaire, et les militaires ne font pas d’essais structures pour leurs avions » Besoin d’en dire plus ?
    * le même écrivait dans un rapport du BEA cette fois, concernant un incident de BAE 146 à CDG : « cet avion pour lequel on fait l’arrondi au trim » – mais quel délire !
    * un accident de P-51 Mustang de collection, crashé suite à un tonneau basse altitude, le BEA encore : « sur cet avion, il faut pousser sur le manche pendant le tonneau, pour que le nez ne passe pas sous l’horizon » … oui, sauf que ce n’est pas propre au Mustang !!! c’est comme ça sur tous les avions.
    * des amis eurent à supporter à l’EPNER d’Istres un technicien (non pilote) du BEA qui y fit une année de scolarité (il y a presque 30 ans, donc sans doute sévit-il encore) et c’était une purge complète, qui aurait mieux fait d’aller en fac de Droit plutôt que de prétendre régenter l’aviation.
    Pourquoi les rapports du BEA ne sont-ils pas signés ? là à Nîmes il semble y avoir eu du souci lors de l’enquête. Maintenant et pour équilibrer, la SC, il faut se les cogner…. c’est comme les villages corses, ça fait envie vu de l’extérieur parce que c’est beau, mais une peu mois une fois qu’on connait l’ambiance dans les murs…

  • bob

    Bonjour,
    Quelqu’un aurait il le lien vers ce communiqué de presse ? il n’y a a pas le communiqué sur le site du SNPNAC.

    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.