Accueil » L’ONERA souffle le Dewoitine D551 de Réplic’Air

L’ONERA souffle le Dewoitine D551 de Réplic’Air
premium

Réplic'Air poursuit l’effort et tient le cap. La reconstruction du Dewoitine D551, dont les dernières pièces sont en fabrication et qui seront assemblées à partir de fin 2018, devrait effectuer son vol inaugural en 2019. De manière à préparer ce premier vol, une campagne de tests dans une soufflerie de l'ONERA a été menée fin juillet 2018 à Lille. L'objectif est de donner au pilote un maximum d'informations sur le comportement de l'avion en vol ainsi que lors des phases critiques que sont le décollage et l'atterrissage. L'ONERA participera aussi aux essais en vol.

12.09.2018
[gallery ids="4396383,4396389,4396379,4396388,4396387,4396386,4396384,4396382,4396381,4396380,4396390,4396378"]

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

4 commentaires

  • Gilles

    Bonjour,
    Merci pour ce chouette reportage !
    Je me permet quelques commentaires/questions sur des points qui me semblent incohérents :
    – la notion de moteur « conçu sur étagère » me semble paradoxale. Est-ce un moteur pris sur étagère (prééxistant) ou conçu spécifiquement ? Il me semble que c’est une conception spécifique.
    – l’air de la soufflerie est-il pulsé ? C’est à dire soufflant de manière périodique ? Il me semble que l’air est soufflé de manière continue dans ce type d’essai. Par contre il se peut que la soufflerie soit de type à rafale (en opposition avec une installation en boucle fermée).
    Merci de vos éclaircissement !

    • Fabrice Morlon
      Fabrice Morlon

      Bonjour Gilles,
      Merci pour votre message et pour vos remarques et questions auxquelles je m’efforce de répondre :
      – le moteur est constitué de divers éléments préexistants qui ont été choisis séparément de manière à être en phase non seulement avec les contraintes de place disponible dans le nez de la maquette qui était à l’origine un planeur, mais également pour reproduire la puissance et les effets du moteur Hispano-Suiza qui équipera l’avion. L’ONERA de Lille, qui réalise de nombreux planeurs pour le compte des industriels, ensuite testés dans ses souffleries, s’est fait une spécialité de ce genre de travaux.
      – la soufflerie SV4 de Lille est verticale. Elle est imposante et son coffrage est bien connu des lillois : elle culmine à 30 mètres de hauteur (qui offre entre parenthèses une vue imprenable sur la ville et ses alentours!) pour 18 mètres de large, pour une veine de 4 mètres de diamètre. Le moteur produit un souffle qui transite vers le haut et qui circule ensuite dans un conduit à effet Venturi pour remonter au cœur de la veine. Le processus se poursuivant en circuit fermé. L’air est en effet soufflé de manière continue lors d’un essai dans une position donnée, où l’on cherche à quantifier les coefficients de portance et trainée pour une configuration précise (volets ou train sorti, gauchissement…). Le souffle est stoppé pour reconfigurer le planeur ou la maquette en l’occurrence.

  • Fausto

    Serait ce possible de connaitre qui a réalisé cette belle maquette de soufflerie ainsi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.