Accueil » Al Haynes n’est plus

Al Haynes n’est plus

Alfred C. Haynes, âgé de 87 ans, est décédé le 25 août 2019. A l'instar d'un Sullenberger, il était devenu célèbre pour avoir sauvé une partie des passagers de son DC-10 en 1989 à Sioux-City.

29.08.2019

Alfred "Al" C. Haynes dans le cockpit d'un DC-10. © United Airlines

Ancien pilote de l'US Navy, il entra à United Airlines en 1956. Le 19 juillet 1989,  il assurait le vol UA232 entre Denver et Chicago à bord du DC-10-10 N1819UA comme Commandant de Bord. Un peu plus d'une heure après le décollage, une aube du réacteur situé dans la queue de l'appareil se disloqua et coupa les trois circuits hydrauliques. L'équipage, Al Haynes, Bill Records et Dudley Dvorak, épaulés par un instructeur DC-10 simple passager sur ce vol, Dennis Edward Fitch,...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

8 commentaires

  • michael tolini

    Ci dessous une video (bien documentee) qui retrace les derniers moments du vol.
    https://www.youtube.com/watch?v=3Ra5TEuZxSw

  • FanaAlouette

    Un grand respect pour ce GRAND pilote commandant de bord, exemple souvent abordé en Facteurs Humains de ce qu’un cockpit synergique peut apporter dans une situation aussi critique que celle dans laquelle s’est trouvé le vol UA232; surtout à une époque où le pilotage avec perte des 3 circuits hydrauliques et seul contrôle à la poussée des réacteurs restants n’avait pas été envisagée en essais lors de la mise au point du DC10. HATS OFF Captain HAYNES. « A pilot never dies. He just flies away and does not come back » : Antoine de St-Exupéry

  • Pamp le mousse

    S’il a décroché en finale, le ou les circuits de la profondeur en plus de la direction dont on comprend qu’elle fut remplacée par les 2 moteurs restants, faisaient partie édes circuits détruits ?

    • Frédéric Marsaly

      Lacet et tangage « contrôlés » avec les deux moteurs restants… pour l’approche, pas de sortie de volets non plus et train descendu en secours.

  • colsonf@air-english.com

    Un A300 de DHL avait connu un problème similaire (perte totale hydraulique) suite à un tir de missile. L’équipage (le commandant était Belge) avait réussi à ramener l’avion sans casse. Une prouesse d’exception dont peu se souviennent….

  • Galligani

    Bravo à ce Mr. Qu’il repose en paix.

    • nono le mecano

      Bonjour.
      On a teste la panne des 3 circuits hydrauliques au simu UTA a l’ epoque.
      Notre ‘avion’ etait leger, et trime en croisiere lente.
      Ca n’ est qu’ apres quelques crashs que l’on est arrive a le vautrer sur une piste, mais ca n’ est pas du gateau.,d’ autant plus qu’ au simu, on ne risque rien (motion sur off) ni le simu.
      Et quand on a sa peau dans l’ avion, le stress est evident.d’ autre part, on conaissait leur methode.
      Les DC 10 ont ete modifies apres cet accident,une alarme et une vanne de bas niveau coupe un des circuits hydrauliques au niveau de la derive pour le sauvegarder en cas d’ explosion du moteur 2.
      Respect a tous ces equipages qui font preuve d’ un sang froid exceptionnel
      Slts aeronautiques

  • fildru

    Chapeau bas ! Peut être le léger dièdre de l aile du DC10 à aidé au sauvetage bimoteur restants, toujours un dièdre svp les constructeurs !!?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.