Accueil » Aviation Générale – brèves » La GAMA tacle le projet de privatisation du contrôle aérien aux U.S.A.

La GAMA tacle le projet de privatisation du contrôle aérien aux U.S.A.

A peine élu, en juin 2017, Donald Trump avait fait connaître son intention de privatiser le contrôle aérien. Alors que la modernisation de la gestion de l'espace aérien est en cours, de nombreux acteurs s'inquiètent de cette privatisation. © FAA

Dans un communiqué publié le 12 février 2018, le président de la General Aviation Manufacturers Association (GAMA), Pete Bunce, a exprimé son désaccord profond et son inquiétude face aux propositions du gouvernement Trump de privatiser la gestion de  l'espace aérien. Les prévisions budgétaires du gouvernement Trump pour 2019 ont en effet confirmé l'intention de transférer la gestion du trafic aérien, opéré actuellement par la FAA, à une entreprise privée.

Malgré l’opposition grandissante du Congrès et de près de 200 représentants de l’aviation générale, consommateurs, syndicats, petits aéroports, départements d’aviation et élus locaux (sans parler du coût estimé à 100 milliards de dollars), Donald Trump maintient son intention de retirer à la FFA la gestion du contrôle de la circulation aérienne. Le président directeur général de l’association des constructeurs en aviation générale ne cache pas son incompréhension dans le communiqué publié sur le site de la...

2 commentaires

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Le Président de la GAMA se demande pourquoi changer un système qui fonctionne?
    Par idéologie (libérale en l’occurrence) et par appétit financier de certains lobbys qui, aux USA, sont toujours derrière les propositions de « réformes » (il faut bien amortir les milliards de dollars dépensés en donations durant les campagnes électorales…).

    Répondre
  • C était vers 1980 et le président Reagan avait renvoye 80/100 des grévistes , alors le contrôle ici annonçait sur l atis aux destinataires USA qu ils courraient un danger a partir . Dans la foulée , ils avaient recrute rapidement des centaines d agents sur la base de test calcul mental et autres , et on dit qu une majorité de garçons de café et autre wimpis étaient arrives au micro … Why not ?! Adios cinematic et c concentric me croc ! Bis repetita ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.