Accueil » L’aéro-club du Béarn lauréat du Prix FFA de la sécurité

L’aéro-club du Béarn lauréat du Prix FFA de la sécurité

En lui attribuant son Prix de la sécurité, la Fédération française aéronautique a tenu à mettre en lumière l’action de l’aéro-club du Bearn qui a visé à équiper tous ses DR400 d’un pointeau à percussion pour briser la verrière en cas d’accident, afin de permettre une évacuation des occupants de l’avion.

12.04.2018

Le principe de base des « spring-loaded safety punch tools » (pointeau à ressort) est de pouvoir emmagasiner puis restituer grâce à ce ressort et au niveau du seul point d’impact du pointeau, l’intégralité de la force exercée par l’opérateur et ainsi de créer un orifice au niveau du point d’impact à partir duquel des criques vont se propager. © FFA

L’aéro-club du Béarn a estimé vital d’équiper ses DR400 d’un matériel permettant de libérer les occupants en cas de crash, suite précisément à un événement dramatique survenu en 2006. Le pilote est mort dans l’incendie de son avion parce que malgré l’aide de personnes extérieures, il n’était pas parvenu à briser la verrière pour s’extraire de l’avion qui avait basculé sur le dos.

L’enquête de sécurité menée par le BFU (équivalent suisse du BEA, rapport n° u2039) a montré que la verrière en acrylique du DR 400 offre des caractéristiques de résilience telles que des coups répétés, lorsqu’ils sont d’origine physique (coups de pieds) ou portés à l’aide d’un objet non pointu (ex : extincteur), ne permettent pas de fragiliser suffisamment la verrière suite aux excellentes propriétés d’élasticité du matériau qui la compose.

D’après le BFU et le fabricant de la verrière (Mécaplex), l’utilisation par le pilote ou les personnes venues l’assister d’un outil spécifique de type « crash-hammer » aurait permis de fragiliser suffisamment l’acrylique de la verrière au point d’impact de l’outil, pour permettre ensuite que les coups portés depuis l’intérieur ou l’extérieur de l’habitacle provoquent alors sa rupture aux fins d’évacuation.

Suite à ce constat, le BFU a émis la recommandation que les aéronefs légers soient réglementairement dotés d’un marteau de sécurité de type « crash-hammer ». Cette recommandation n’a cependant pas obtenu de réponse favorable de la part des autorités, tant nationales qu’européennes.

Chaque DR400 de l’aéro-club du Béarn est doté d’un pointeau à ressort de ce type dont le prix est d’environ 12 €. © FFA

La commission Prévention Sécurité de l’AC Béarn a mené une étude approfondie sur l’outil le plus adapté à la fragilisation des verrières en acrylique. Il en est ressorti que les marteaux de sécurité sont moins performants pour les surfaces à forte résilience comme l’acrylique. La solution est le pointeau à ressort de compression (d’un coût d’une douzaine d’euros) dont l’aéro-club a choisi de doter chacun de ses DR400

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *